Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Resources > " L’islamophobie"

" L’islamophobie"

Book Presentation

mercredi 29 mars 2017, par siawi3

Source : https://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/2016/10/livre.islamophobie.html

Préface du livre " L’islamophobie"

Waleed Al- Husseini

Lorsque je vivais à Qalqilya en Cisjordanie, mes interrogations et mes critiques envers l’islam m’ont valu l’accusation générale d’apostasie.
J’étais un blasphémateur, un traître à la religion, un infidèle. Dans les pays musulmans, nous vivons sous la pression des prédicateurs qui émettent des prêches, voire des fatwas incitant au meurtre des apostats. Je considère ces avis religieux comme des preuves évidentes de leur incapacité à faire de l’islam une religion de tolérance et de paix. La plupart des habitants transmettent ces fatwas, souvent à cause de la peur, parfois par adhésion. Le Fatah, qui gouverne la Cisjordanie, est une organisation officiellement laïque. Cela n’a pas empêché l’Autorité palestinienne de m’emprisonner pendant dix mois en m’accusant de blasphème. Depuis, ma famille continue de subir des intimidations dans mon pays natal en raison de mon renoncement à la religion.

Arrivé à Paris en avril 2012, j’ai reçu beaucoup de soutien, et des personnes qui partageaient mes idées m’ont accueilli avec générosité. Je ne pensais pas qu’en Europe, certains intégristes pourraient nous traiter, ces personnes et moi, d’« islamophobes », terme dont j’ai rapidement découvert l’existence. Ces professionnels de l’accusation en « islamophobie » reprenaient alors le flambeau des islamistes de Palestine qui m’accusaient d’apostasie.

Ainsi, pointer la responsabilité de l’islam – comme celle du christianisme ou du judaïsme – dans le recul des droits des femmes ou des homosexuels est considérée par certains antiracistes autoproclamés comme de l’« islamophobie ». S’interroger sur le voile islamique et débattre de son introduction dans les écoles de la République française serait tout autant « islamophobe ». Certains partisans du différentialisme qui font partie du paysage médiatique nous considèrent, nous les Arabes, comme des citoyens à part, obligés de subir l’oppression de prédicateurs islamistes. Ils oublient volontairement l’histoire française, faite de bras-de-fer avec le Vatican, pour s’émanciper du catholicisme avec la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905. Pour les différentialistes, l’islam est politique, ou n’est pas.

Je parle d’ « antiracisme autoproclamé », car ce sont eux les racistes. Ce sont ces hommes et femmes, pleins de bonne conscience, qui veulent voir les musulmans évoluer dans un monde à part, avec des lois d’exception. L’universalisme de la France, sa laïcité, permettent l’égalité en droits et en devoirs de tous les citoyens. Il reste bien évidemment des progrès à faire en matière de lutte antiraciste sur le plan de l’accès au logement et à l’emploi, et dans des consciences collectives où certains préjugés demeurent. Ces progrès ne se réaliseront pas en assignant les Arabes à leur religion présumée, en faisant de l’islam un dogme incritiquable, et en traitant d’ « islamophobes » les vrais antiracistes.

Confondre l’« islamophobie » avec du racisme, c’est aussi m’accuser moi, Palestinien, avec une mère voilée, une famille pieuse, de racisme. C’est faire ce qu’aucun de mes amis en Cisjordanie n’a jamais pu penser.

La France garantit la liberté religieuse dans sa constitution, elle compte plus de 2500 mosquées sur son territoire, le marché du halal s’y est très largement développé, tout comme les associations musulmanes. La tolérance envers les musulmans a même progressé en France en 2015, malgré les attentats qui ont ensanglanté le territoire. Les quelques agressions insupportables de femmes voilées, les dégradations de mosquées, et les cas de racisme sont actuellement punis par la loi. Tous ces méfaits sont déjà punis pour violence, incitation à la haine, dégradations ou injures en raison de l’origine ethnique ou de la religion supposée de ceux qui en sont victimes, et ce, sans qu’il n’y ait nul besoin de parler d’« islamophobie ».

Ces accusateurs en « islamophobie » refusent également de voir qu’en Iran, être « islamophobe », c’est manifester pour le droit des femmes à ne pas porter le tchador rendu obligatoire sous Khomeiny. Qu’en Arabie Saoudite, c’est être chiite et réclamer plus de droits pour les chiites, comme le Cheikh Nimr Baqr Al-Nimr qui a été décapité en janvier 2016. L’« islamophobie » est à l’international l’arme du totalitarisme. Ce n’est pas un hasard si les pays islamiques qui piétinent les droits de l’homme font pression jusqu’au siège de l’ONU pour reconnaitre le principe de « diffamation des religions » et donc d’ « islamophobie ».

Waleed Al-husseini
Paris, mai 2016

L’islamophobie

sous la direction de Jérome Blanchet-Gravel
avec la collaboration d’Eric Debroise

Contributions de :
Caroline Fourest
Hassan Jamali
Isabelle Kersimon
Renart Léveillé
Fiametta Venner
Claude Simard
Annie-Eve Collin
Alban Ketelbutters

Préface de Waleed Al-Husseini

Les éditions Dialogue Nord-Sud, Québec, QC, Canada
2016-10-04

°°°

Source : https://voir.ca/daniel-baril/2016/10/25/la-deconstruction-du-mythe-de-lislamophobie/

La déconstruction du mythe de l’islamophobie

Daniel Baril

25 octobre 2016

À l’heure où la bien-pensance des « inclusifs » est parvenue à créer, dans une opinion publique mal informée, une association entre laïcité et racisme, voici qu’un groupe d’auteurs vient de procéder à la déconstruction systématique du mythe de l’islamophobie dont se nourrit le communautarisme soi-disant antiraciste.
islamo

L’ouvrage, paru récemment aux éditions Dialogue Nord-Sud sous la direction de Jérôme Blanchet-Gravel et sous le simple titre L’islamophobie, rassemble les analyses de 11 auteurs d’ici et de France. Un livre dont vous n’entendrez jamais parler à Radio-Canada.

J’ai toujours été bien conscient des lacunes du concept d’islamophobie et de son usage pour interdire la critique de l’islam, mais la lecture de ces textes m’a fait réaliser à quel point le concept constitue, pour les antiracistes qui s’en réclament, rien de moins qu’une forme de racisme.

Dans sa préface, Waleed Al-husseini, Palestinien républicain et laïque, torturé pour ses critiques de l’islamisme, considère les antiracistes de l’islamophobie comme des « antiracistes autoproclamés ».

« Certains partisans du différencialisme, qui font partie du paysage médiatique, nous considèrent, nous les Arabes, comme des citoyens à part, obligés de subir l’oppression de prédicteurs islamistes, écrit-il. […] Je parle d’ ’’antiracisme autoproclamé’’, car ce sont eux les racistes. Ce sont ces hommes et femmes, pleins de bonne conscience, qui veulent voir les musulmans évoluer dans un monde à part, avec des lois d’exception. […] L’« islamophobie » est à l’international l’arme du totalitarisme »

Bâillonner la liberté d’expression

Il est impossible de résumer les propos de chacun des auteurs qui recourent tantôt à la philosophie, tantôt au journalisme d’enquête, aux sciences sociales, à la statistique et à la linguistique pour déconstruire le concept d’islamophobie et je m’en voudrais de ne pas rendre justice à chacun. Voici donc une citation tirée de chacun des textes et qui, je l’espère, amènera le public à lire cet ouvrage absolument nécessaire.

Alban Ketelbuters. « Le concept d’islamophobie abolit toute frontière distinguant la foi religieuse de l’appartenance ethnique, le fait d’être musulman et celui d’être d’origine arabe. Or, on ne naît pas musulman, on le devient. C’est la raison pour laquelle ce combat contre l’islamophobie n’a aucune portée légitime au sein du mouvement antiraciste. »

Isabelle Kersimon. « En usant de ces confusions entre racisme et liberté d’expression et en essentialisant les populations dites musulmanes, le but des zélateurs du concept d’islamophobie n’est pas uniquement de lever contre une majorité non-musulmane les minorités concernées. Leur objectif est aussi d’interdire tout ralliement à l’ordre de la République, à ses valeurs d’émancipation universelle et à son socle laïque tout en produisant la société multiculturaliste dont ils rêvent. »

Annie-Ève Collin. « Le racisme inversé consiste à identifier fortement les communautés culturelles (non blanches, non occidentales) à leurs traditions […] comme si ces cultures ne pouvaient pas connaître le changement, la remise en question, la dissidence interne. Ceux qui font preuve de cette forme de racisme critiquent sans problème des aspects des cultures occidentales au nom du progrès et des droits humains, mais, sous prétexte d’anticolonialisme, refusent qu’on fasse de même avec des aspects de la culture musulmane. »

Claude Simard. « Le corpus tiré de la banque Eureka montre que la diffusion des mots islamophobie et islamophobe provient de trois sources relayées largement par les médias : 1) d’abord les musulmans eux-mêmes, en particulier par la voix de leurs leaders tant religieux que politiques, et par celle de nombreuses associations qui les représentent comme […] l’Association musulmane du Canada, le Collectif québécois contre l’islamophobie, etc. ; 2) ensuite, des intellectuels d’obédience musulmane comme Tariq Ramadan ou favorable au multiculturalisme comme le philosophe québécois Michel Seymour ; 3) enfin, des membres de la classe politique dite ‘’inclusive’’ comme Françoise David et Justin Trudeau. »

Hassan Jamali. « Les adeptes de la victimisation et de l’islamophobie ont multiplié les interventions en Occident (y compris au Québec) et même au sein de l’ONU pour que des lois et des résolutions interdisant le blasphème et le discours haineux envers les religions soient approuvées. Les institutions publiques au Québec sont tombées dans le piège. L’islamophobie est utilisée dans les documents officiels publiés par le Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion pour justifier le taux de chômage élevé chez les Maghrébins. »

Jérôme Blanchet-Gravel. « Les utilisateurs du concept d’islamophobie perpétuent le fantasme d’une discrimination systémique des minorités culturelles d’occident qui trouve son ancrage dans les séquelles de l’antisémitisme nazi. […] Le concept d’islamophobie est un outil de falsification de l’histoire destiné à nier l’émergence d’un tout autre fascisme : l’islamisme. […] La réalité d’un islamofascisme est si criante actuellement que nous pouvons nous demander comment cette sociologie productive d’ignorance parvient à faire autant d’adeptes. »

Éric Debroise. « Bien que trois fois moins nombreux que les musulmans, les Juifs au Canada ont 13 fois plus de risque d’être victimes d’un crime haineux qu’un musulman. Quant aux catholiques, ils courent presque autant de risque d’être victimes d’un crime haineux que les musulmans malgré qu’ils représentent une population 13 fois plus grande. »

Renart Léveillé. « L’utilisation du concept d’islamophobie devrait être considérée comme une imposture intellectuelle. En s’imposant à toutes les sauces sur toutes les tribunes, l’amalgame que ce concept produit décourage la pensée rationnelle et nuancée pour encourager la pensée binaire, morale, qui sépare le débat entre bonnes et mauvaises pensées. »

Caroline Fourest et Fiammetta Venner. « Des hommes politiques et des intellectuels ont enfin choisi d’éviter le mot confus d’islamophobie pour dénoncer plutôt des ‘’propos anti-musulmans’’ ou ‘’actes anti-musulmans’’, ou ‘’le racisme anti-musulman’’. Ces expressions désignent clairement le racisme et non le blasphème. Ils visent l’égalité au lieu de fortifier la censure ou l’intimidation. »

Appel à la gauche

Ce volume aurait dû être dédié à Françoise David. Je ne suis pas sûr qu’elle aurait osé présenter sa malheureuse motion sur l’islamophobie à l’Assemblée nationale si elle avait pris connaissance des analyses présentées dans ce volume. Mais peut-être que je me trompe.

Dans Le Devoir du 25 octobre, Rachad Antonius tenait des propos similaires à ceux des auteurs du collectif et concluait ainsi : « En refusant d’intégrer, dans leurs analyses, les conséquences de l’idéologie salafiste et en prétendant que le concept d’islamisme ne veut rien dire, les courants progressistes laissent toute la place aux courants de droite qui, eux, utilisent à leur profit les peurs de l’islamisme. […] Ainsi, le glissement marqué vers des positions de droite d’une partie de la population ne résulte pas d’une islamophobie qui serait intrinsèque au Québec et qui remonterait à l’orientalisme. Elle résulte en partie du fait que les courants progressistes n’apportent pas de réponses satisfaisantes et réalistes aux défis posés par la montée des courants religieux conservateurs, fortement imprégnés de la pensée islamiste. »

Puisse la gauche communautarienne qui se drape des habits de l’inclusion entende le message.