Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Announcements > Les accusations chrétiennes de blasphème au cinéma

Les accusations chrétiennes de blasphème au cinéma

Conférence de Jeanne Favret Saada le 24 novembre à Paris

jeudi 2 novembre 2017, par siawi3

Source : siawi.org, 30 octobre 2017

Jésus, sa mère, et leurs nonnes
Les accusations chrétiennes de blasphème au cinéma (1966-1989)

Paris le 24 novembre 2017
de14h à 16h30
conférence de Jeanne Favret-Saada, suivie d’un débat avec la salle.

Séminaire Sexe et genre
de l’Institut Emilie du Châtelet et de l’UMR 7206 CNRS "Eco-Anthropologie et Ethnobiologie" du Musée National d’Histoire Naturelle

43 rue Buffon, 75005

°°

Présentation

Jeanne Favret-Saada
Jésus, sa mère, et leurs nonnes
Les accusations chrétiennes de blasphème au cinéma (1966-1989)

Aux premiers siècles du christianisme, les évêques sanctionnaient chez les fidèles le péché de blasphème, un "traitement indû" des entités religieuses. Le transfert du droit canonique aux lois de Royaumes gouvernés par des souverains de droit divin transforma ce péché en un crime politique, assorti de sanctions destinées à terrifier les sujets. En France, la Révolution abolit le crime de blasphème, tandis que la République fédérale américaine le maintint jusqu’au début du XXe siècle dans les législations des Etats (mais non de la Fédération), et que la Grande-Bretagne conserva sans l’utiliser une blasphemy law censée protéger son Eglise établie.
En 1988, des protestataires musulmans britanniques réclamèrent la censure du roman de Salman Rushdie, Les Versets sataniques, au nom de leurs "sensibilités religieuses blessées" par les blasphèmes de l’auteur. Ils adoptaient ainsi la reformulation récente de l’accusation de blasphème que des des polémistes chrétiens avaient élaborée de façon simultanée dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique à partir des années Soixante. Les Sensibilités religieuses blessées analyse le cas des quatre films qui ont servi de laboratoire à ce nouvel argument : Suzanne Simonin, La Religieuse de Diderot (Jacques Rivette, 1966) Je vous salue, Marie (Jean-Luc Godard, 1985) ; Monty Python : La vie de Brian (1979) ; et La Dernière Tentation du Christ (Martin Scorsese, 1988).
Jésus, sa mère et leurs nonnes, leurs hétéro- et homosexualités (réelles ou présumées) constituent bien sûr le fondement privilégié de ces accusations, car il est impensable d’évoquer l’Incarnation, à partir des années 60, sans référence au sexe des entités sacrées.

J. F. S., directrice d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section des sciences religieuses (chaire d’Anthropologie religieuse de l’Europe), travaille depuis 1989 sur les accusations de blasphème dans l’Euro-Amérique contemporaine.

Publications sur le sujet
Les sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphèmes et cinéma 1965-1988, Paris, Fayard, 2017.
Une anthropologie des polémiques à enjeux religieux. Le cas des affaires de blasphème, Paris, Société d’ethnologie, 2016.
Jeux d’ombre sur la scène de l’ONU. Droits humains et laïcité, Paris, Éditions de l’Olivier, 2010.
Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, 2007, les Prairies ordinaires ; 2015, nouvelle éd. augmentée, Paris, Fayard.