Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Syrie : Attaque de drones contre Hmeimim et Tartous : « nouvelle page dans (...)

Syrie : Attaque de drones contre Hmeimim et Tartous : « nouvelle page dans l’histoire du terrorisme »

mardi 9 janvier 2018, par siawi3

Source : https://fr.sputniknews.com/international/201801091034670798-hmeimim-tartous-attaque-page-terrorisme/

Attaque de drones contre Hmeimim et Tartous : « nouvelle page dans l’histoire du terrorisme »

Maksim Blinov

08:54 09.01.2018(mis à jour 08:59 09.01.2018)

Les tentatives d’attaque d’objectifs militaires russes en Syrie à l’aide de drones témoignent des nouvelles capacités technologiques des terroristes, estime l’expert militaire russe Igor Korotchenko. Selon lui, des attaques similaires pourraient se produire sur le territoire de n’importe quel État.

L’attaque massive de drones ciblant la base aérienne de Hmeimim et la base de soutien logistique de Tartous est une nouvelle page dans l’histoire du terrorisme international, qui témoigne des nouvelles capacités technologiques des terroristes, a déclaré mardi l’expert militaire russe Igor Korotchenko.

« On peut dire que c’est une nouvelle page dans l’histoire du terrorisme international. Il est à noter qu’en Syrie, les drones ont été lancés d’une assez grande distance. Maintenant, c’est une menace réelle que tous les services spéciaux du monde devront prendre en compte. C’est un nouveau défi que le terrorisme mondial a lancé à tous les États », a déclaré Igor Korotchenko.

Photo : une attaque terroriste massive de drones ciblant la base aérienne de Hmeimim
© le ministère russe de la Défense
Moscou publie les photos des drones ayant tenté d’attaquer Hmeimim et Tartous

L’expert a indiqué que de tels actes terroristes pourraient se produire dans n’importe quel pays, que ce soit en Europe, au Proche-Orient ou en Asie. Selon lui, les cibles pourraient être non seulement militaires, mais aussi civiles, des automobiles, des résidences de chefs d’État, ainsi que des entreprises industrielles, des entrepôts de carburant, des stations d’extraction de gaz.

En outre, Igor Korotchenko a exprimé des doutes sur le fait que les terroristes ont maîtrisé cette technologie de production et d’utilisation des drones sans aide extérieure.

« Aujourd’hui, des dizaines de pays produisent des drones. Il est évident que par leurs propres moyens, il est peu probable que les terroristes aient organisé sans aide extérieure un raid massif de drones équipés d’engins explosifs improvisés. En outre, le mécanisme de largage de ces mini-bombes n’est pas arrivé tout cuit dans une assiette », a-t-il déclaré.

Dans la nuit du 6 janvier, dix drones se sont approchés de la base aérienne russe de Hmeimim et trois autres de la base de soutien logistique de la marine russe dans la ville de Tartous, a déclaré le ministère russe de la Défense. L’attaque terroriste n’a fait aucun blessé ni causé de dégâts matériels, selon le ministère.

Photo : Des bombardiers russes Su-24 à la base aérienne de Hmeimim
© Sputnik. Dmitriy Vinogradov

Député russe : les bases russes en Syrie attaquées avec « l’accord » des pays occidentaux

Pour la première fois, les terroristes ont massivement utilisé des drones lancés à une distance de 50 km en usant des techniques modernes de guidage comme les coordonnées satellitaires GPS. Selon le communiqué du ministère, tous les drones auxquels les terroristes ont eu recours lors de cette attaque ont été munis de capteurs biométriques et de servomoteurs commandant les gouvernes de profondeur. Des détonateurs de fabrication étrangère ont été utilisés dans les engins explosifs improvisés attachés aux drones.

Des unités russes de guerre électronique ont pris le contrôle de six drones. Elles en ont fait atterrir trois d’entre eux sur le territoire contrôlé par les forces militaires russes, tandis que trois autres se sont écrasés. Sept autres drones ont été détruits par des systèmes portatifs de défense aérienne russe Pantsir-C.