Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Maroc : L’époux divorce mais accuse son ex-femme d’adultère quand elle se (...)

Maroc : L’époux divorce mais accuse son ex-femme d’adultère quand elle se remarie ... Elle croupit en prison...

Pétition

samedi 13 janvier 2018, par siawi3

Source : https://www.change.org/p/autorit%C3%A9s-marocaine-
lib%C3%A9ration-imm%C3%A9diate-de-hind-el-achabi-emprisonn%C3%A9e-au-maroc-pour-
adult%C3%A8re ?utm_source=Communication+Fondation+des+Femmes&utm_campaign=749f0679cd-
EMAIL_CAMPAIGN_2017_03_03&utm_medium=email&utm_term=0_732ea6d8c6-749f0679cd-92782885

Pétition :

Maroc : « Libération immédiate de Hind El Achab – Fondation des Femmes

Madame Hind El Achabi, femme d’affaires marocaine, a été condamnée à deux ans de prison sur plainte de son ex-mari, l’actuel ambassadeur du Koweït en Autriche, Mr Sadiq Marafi. Elle purge actuellement et depuis 16 mois une peine au sein de la prison Al-Arjet de Salé au Maroc. Après avoir divorcée, elle avait refait sa vie et fondé un foyer, se remariant avec un
homme d’affaires avec lequel elle a eu deux enfants.

Dix jours après avoir donné naissance à sa dernière fille, Hind El Achabi était interpellée au Maroc, jugée et condamnée sur plaine de son ex-mari qui contestait – 19 mois après – la réalité du divorce et considérait ce remariage comme « adultérien ». Alors que le délit d’adultère a été abrogé dans la grande majorité des Etats de droit, au nom de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la protection de la vie privée et de l’intérêt des enfants, le
code pénal marocain autorise le « conjoint offensé », en général le mari, à déposer plainte contre son épouse.

La Fondation des Femmes exprime sa plus vive préoccupation quant aux circonstances qui ont pu conduire à l’arrestation et l’emprisonnement d’une femme, jeune mère de surcroît, pour un tel motif. La Fondation des Femmes exprime son entier soutien à Hind El Achabi et réclame aux autorités marocaines sa libération immédiate.

°

Pour demander sa libération, signer ici