Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Marlène Schiappa "interpellée" par le choix de l’Unef d’une (...)

France : Marlène Schiappa "interpellée" par le choix de l’Unef d’une porte-parole voilée, "signe manifeste de promotion de l’islam politique"

mercredi 16 mai 2018, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/societe/marlene-schiappa-interpellee-par-le-choix-de-l-unef-d-une-porte-parole-voilee-signe?_ope=eyJndWlkIjoiZWU1YTU1MWQyNmQzMmYxMmE0MzMyZDY4NmJjYmFiMmUifQ==

Marlène Schiappa "interpellée" par le choix de l’Unef d’une porte-parole voilée, "signe manifeste de promotion de l’islam politique"

Par Magazine Marianne

Publié le 16/05/2018 à 12:06

Sur France Info, Marlène Schiappa s’est dit ce mercredi 16 mai "interpellée" par le choix de l’Unef d’être représenté par une étudiante voilée à Paris IV.

Peut-on interroger le voile d’une responsable de l’Unef tout en reconnaissant le droit de porter ce vêtement dans l’espace public ? Face à ceux qui voudraient qu’on ne puisse pas questionner ce qui est légal, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a apporté une réponse claire, ce mercredi 16 mai, sur France Info.

Pressée de se positionner par les intervieweurs Bruce Toussaint et Jean-Michel Aphatie, celle qui a récemment publié Laïcité, point critique le choix de l’Unef de promouvoir à Paris IV une porte-parole voilée : "Ça m’interpelle, non pas parce que c’est une étudiante qui porte le voile - c’est son droit le plus strict - mais ça m’interpelle que l’Unef ait choisi comme porte-parole une personne qui a des signes manifestes de promotion de l’islam politique".

video ici 0:55

Jean-Michel Aphatie y voit alors un "paradoxe" : "’On a le droit de le faire mais ça m’interpelle’. Soit on a le droit, soit on n’a pas le droit". La secrétaire d’Etat ne se dérobe pas en évoquant la "contradiction" entre les valeurs d’égalité femmes-hommes portées par l’Unef et le message envoyé par le port du voile : "Il y a énormément de choses qu’on a le droit de faire et qui nous interpellent (..) Il y a quand même une contradiction entre le fait de promouvoir tout ce que signifie le voile, avec les femmes qui partout dans le monde sont en train de se battre pour leur liberté et pour retirer leur voile d’une part, et d’autre part, les valeurs de l’Unef".

La polémique sur ce sujet a débuté ce samedi, quand l’universitaire Laurent Bouvet a repéré le passage sur M6 de Maryam Pougetoux, porte-parole de l’Unef à Paris IV et étudiante voilée. Sur Facebook, il publie le message suivant, auquel il joint une capture d’écran de M6 : "À l’UNEF, la convergence des luttes est bien entamée". S’ensuit une violente polémique sur les réseaux sociaux. L’Unef demande immédiatement des sanctions contre l’universitaire et dénonce un "déferlement de haine" à l’encontre de Maryam Pougetoux. "Notre syndicat défend les principes de laïcité et de féminisme, et c’est au nom de ceux-ci que nous défendons le droit des étudiantes de faire leurs propres choix, dont porter le voile au sein du service public de l’enseignement supérieur", se défend l’organisation étudiante.

Communiqué de presse de l’UNEF défendant son choix ici

Sur Facebook, l’ex-député et responsable de l’Unef Julien Dray s’est désolé, ce dimanche, du choix de ce syndicat : "En tant que membre fondateur de l’Unef... La direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tout notre combat mené dans les universités... Bien des membres de l’Unef doivent être effarés...".

°°°

Source : https://www.marianne.net/debattons/editos/l-unef-se-lance-dans-la-promo-du-voile-islamique

L’Unef se lance dans la promo du voile islamique

Publié le 16/05/2018 à 11:35

Jack Dion
Directeur adjoint de la rédaction

Auteur du livre Le mépris du peuple (LLL).

Naguère, l’Unef exhibait les valeurs de l’émancipation et des valeurs universelles. Désormais, à la fac de Paris IV Sorbonne, la porte-parole du syndicat étudiant arbore le voile islamique, signe ostensible d’une poussée intégriste inédite dans une telle organisation.

Certes, à la différence du lycée, n’importe qui s’habille comme il (ou elle) veut à la fac. Ce n’est pas le problème. Reste à savoir si un syndicat se réclamant de la gauche a vocation à assurer la promotion de responsables qui sont à la laïcité et aux droits des femmes ce que Harvey Weinstein était aux actrices.

Certains s’en sont émus, à l’instar de Laurent Bouvet, politologue, professeur à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, cofondateur du Printemps Républicain. Enfer et damnation. Que n’avait-il pas dit ? Aussitôt, Laurent Bouvet a été trainé dans la boue, accusés d’ « islamophobie » (vieille rengaine), voire de racisme. Il a même été suspecté de sexisme, ce qui ne manque pas de piquant vu le sort réservé aux femmes dans les pays où elles sont obligées d’arborer le voile islamique à l’insu de leur plein gré.

Terrible témoignage d’une époque où il serait interdit de s’inquiéter des dérives communautaristes

Terrible témoignage d’une époque où il serait interdit de s’inquiéter des dérives communautaristes et de l’entrisme pratiqué par des membres de la confrérie intégriste proche des Frères Musulmans, qui ont pris le relais des trotskistes d’antan.

A cette occasion, on a vu se former un front commun réunissant l’Unef, les fréristes du CCIF (Comité contre l’islamophobie en France), l’inévitable Rokhaya Diallo, et quelques autres étoiles de cette étrange galaxie, faire de Laurent Bouvet l’ennemi public numéro 1. Certains d’entre eux n’ont pas hésité pas à demander sa mise au ban de l’université. Et pourquoi pas le jeter en prison ?

Au lieu de tirer la sonnette d’alarme, il faudrait donc continuer à se boucher les yeux et les oreilles. Il faudrait oublier que les prétendus « Indigènes de la République » tendent la main aux « Blacks Blocs » au nom de la lutte contre le « racisme d’Etat » (sic), oublier que le syndicat Sud-Education a tenu des réunions interdites aux Blancs, oublier qu’Act Up est tombé sous la coupe des adeptes d’un identitarisme teinté de religiosité - pour s’en tenir à ces quelques exemples.

Voltaire, reviens, ils sont devenus fous !

.