Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Ile Maurice : il est "immoral" que les autorités soutiennent la communauté (...)

Ile Maurice : il est "immoral" que les autorités soutiennent la communauté LGBTQ, "groupe malpropre"

Annulation de la Gay Pride

jeudi 7 juin 2018, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/societe/video-derriere-l-annulation-de-la-gay-pride-maurice-un-islamiste-nomme-meetoo

Pour Javed Meetoo, il est "immoral" que les autorités soutiennent la communauté LGBTQ, "groupe malpropre" - Capture d’écran - Inside News

Derrière l’annulation de la Gay Pride àMaurice, un islamiste nommé Meetoo

Par Hadrien Mathoux

Publié le 05/06/2018 à16:45

A Port-Louis, la 13e édition de la Marche des fiertés a dà» être annulée samedi après une contre-manifestation d’islamistes radicaux, scandant "Allah Akbar" et des slogans violemment homophobes. Derrière cette mobilisation intégriste, un prédicateur bien connu àl’île Maurice : Javeed Meetoo.

La presse française a pris ses plus belles pincettes pour relater l’incident : BFMTV rapporte que la 13e édition de la Gay pride àl’île Maurice, dans l’Océan Indien, a été annulée ce samedi 2 juin "sous la pression d’opposants". "Des individus munis de pancartes homophobes" ont fait capoter la Marche des fiertés àSaint-Louis, relate simplement le média LGBT Têtu. Euphémismes qui occultent un élément du scandale : si les "individus" en question ont ainsi "opposé" leur haine àla fierté LGBTQ, c’est au nom… d’un islamisme radical.

Comme les images tournées sur place par l’Amicale des jeunes du refuge - une association de lutte contre l’homophobie - l’ont montré, c’est bien devant le cri très net de "Allah akbar !", proféré par des militants ne cachant aucunement leur appartenance idéologique àun islam rétrograde, que les organisateurs de l’événement et la police ont dà» reculer, et annuler la manifestation qui avait pourtant été autorisée par le gouvernement.

"Ils nous disaient que si le défilé était maintenu, il y aurait un massacre et qu’il ne fallait pas prendre ces menaces àla légère", a témoigné Pauline Verner, porte-parole du collectif Arc-en-ciel qui organisait la Pride. Sur les vidéos, on voit en effet ces centaines de manifestants haineux, arborant des pancartes d’une violente homophobie : "L’homosexualité, c’est la bestialité", "Dites-non au comportement des LGBT", "LGBT attire malédiction bondieu"... Et quand un membre des forces de l’ordre annonce finalement l’annulation de la manifestation, les islamistes qui l’entourent hurlent de joie.

Photo : Javeed Meetoo, leader radical des homophobes de Maurice

Au cÅ“ur de la contre-manifestation, un personnage se distingue : trapu, la barbe broussailleuse, il se nomme Javed Meetoo. Ne vous y trompez pas : derrière son homonymie avec le mouvement progressiste de libération de la parole des femmes, l’homme est un prédicateur radical bien connu sur l’île. Décrit par le journal local Zinfos974 comme "l’un des hommes les plus dangereux de Maurice", l’individu serait suivi de près par les cellules antiterroristes locaux. Il est soupçonné d’être le leader d’un réseau radicalisé qui aurait convaincu plusieurs musulmans mauriciens de se rendre en Syrie afin de combattre aux côtés de Daech. Bref, l’un des personnages clés de l’islamisme àMaurice.

Javeed Meetoo lors de la contre-manifestation du 2 juin - Capture d’écran @AmicaleRefuge

Les médias mauriciens retracent l’emblématique parcours du triste sire. Diplômé de l’Université islamique internationale d’Islamabad, au Pakistan (où il a d’ailleurs échappé de peu àla mort après un attentat-suicide en octobre 2009), Javed Meetoo a fait en 2015 un bref passage au Moyen-Orient, àl’objectif mystérieux : David Ucker, directeur du Programme de lutte contre le terrorisme local, affirme qu’il aurait alors cherché às’installer avec sa famille dans les territoires contrôlés par l’Etat islamique. L’intéressé nie, affirmant qu’il est parti séjourner en Turquie après un pèlerinage àLa Mecque. Évoquant un "travail humanitaire et médical", il ajoute être parti àla recherche de son beau-frère mais dit avoir découvert que celui-ci était "décédé en Turquie".

Problème : Javed Meetoo a en fait été retrouvé, en compagnie de douze autres Mauriciens, àla frontière entre la Turquie et la Syrie. Les individus, soupçonnés de vouloir franchir la frontière, ont été déportés sur l’île. Quant au beau-frère, Reaz Lauthan, il aurait trouvé la mort dès 2013 après avoir rejoint les rangs de Daech en Syrie. Fin 2014, les services mauriciens avaient par ailleurs découvert qu’une "poignée" de ressortissants musulmans s’étaient rendus en Syrie et en Irak pour combattre auprès des terroristes islamistes. Ces hommes auraient fortement été influencés par "un petit réseau d’idéologues", d’après David Ucker, dont... Javed Meetoo. Lequel, publiquement, est pour le moins légère dans sa manière de se distancier de Daech : "Nous ne reconnaissons pas ces États islamiques qui ne cessent de changer d’appellation. Notre mission, c’est de prôner la charia".
"Établir la charia partout"

Cette "mission", Javed Meetoo s’en acquitte avec ferveur sur l’île Maurice depuis qu’il y est revenu en 2015. Le prédicateur a créé sa communauté, nommée "Abu Faaris", et a tissé des liens avec d’autres groupes promouvant l’islamisme radical. Sa stratégie est très élaborée. Il s’est ainsi rapproché de cercles sociaux comme le Zam Zam Islamic Centre, créé dans les années 1990 avec le soutien financier de l’Arabie saoudite. Sous des dehors pacifiques, ces militants de l’islamisme politique ont commencé par protester contre les discriminations dont les musulmans seraient victimes àMaurice, réclamant une plus grande place accordée àla religion musulmane dans la société.

Peu àpeu, le discours s’est durci, àmesure que Javed Meetoo exerçait son influence sur les jeunes générations de musulmans. Désormais, il se prononce ouvertement pour l’instauration d’un Etat islamique àMaurice. Lors de ses entretiens diffusés sur Internet, comme celui pour Inside News, l’homme utilise toujours la même rhétorique : affirmant ne pas être un djihadiste, il déclare cependant être un "fervent supporter" d’un Etat islamique et considère qu’une telle organisation est "le seul Etat capable" d’assurer une existence décente aux musulmans, vivant "plus bas que les animaux" dans les sociétés laïques...

Pour faire passer son message, le prédicateur se démultiplie : il distribue des brochures, fait du porte-à-porte auprès des communautés non musulmanes, anime des conférences en plein air, voire des prières de rue. Il est également accueilli dans les mosquées mauriciennes, où il prononce de longs discours exaltant la vengeance des musulmans contre les autres communautés, et au premier chef les Occidentaux. Cet activisme se déploie également sur Internet, puisque Javed Meetoo dispose de deux sites web, où s’exprime "une propagande critiquant le multiculturalisme du pays et promouvant la vision d’une théocratie islamiste et gouvernée par la charia". La consultation de l’un d’eux, "Islam4Mauritius", est éclairante : l’objectif affirmé est "d’établir la charia partout", de "commander àla société de faire le bien, et lui interdire de faire le mal", le tout de manière "non-violente" mais également "non-rationnelle". Il s’agit en effet de se baser "sur le texte divin" et le prophète Mahomet.

L’homosexualité, "une invitation àla malédiction"

C’est donc dans ce but d’imposer la loi islamique en île Maurice que Javed Meetoo multiplie les éructations homophobes. Déjà, lors de la Pride de 2017, il avait manifesté pour s’opposer àla procession. Muni d’une pancarte sur laquelle il était écrit que l’homosexualité était "une invitation àla malédiction", le prédicateur avait déclaré qu’il était "immoral que les autorités soutiennent ce groupe malpropre". L’islamiste avait même osé lier le mouvement LGBT avec les inondations meurtrières qui avaient frappé l’île Maurice quatre ans auparavant : "Nous ne devons pas faire des actions qui mettraient le Créateur en colère comme le 30 mars 2013, sinon nous allons attirer des malédictions pour notre pays".

Un an plus tard, donc, Javed Meetoo était de nouveau au rendez-vous, au cÅ“ur de la contre-manifestation vociférante du samedi 2 juin, réussissant cette fois àfaire reculer les pouvoirs publics. "C’est une grande victoire de la vérité contre la fausseté, du bien contre le mal (...)" s’est-il félicité àl’issue de l’annulation de la manifestation LGBTQ, saluant le triomphe de "la spiritualité et la moralité" contre les personnes homosexuelles, associées au "démon" et à"Satan". On est bien au-delàd’une homophobie "ordinaire"…