Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > impact on women / resistance > Afrique : LES FEMMES ET MINORITS SEXUELLES SE FONT REFUSER LE DROIT DE PAROLE

Afrique : LES FEMMES ET MINORITS SEXUELLES SE FONT REFUSER LE DROIT DE PAROLE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE LHOMME EST DE PEUPLES

vendredi 14 septembre 2018, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : http://www.cal.org.za/2018/08/17/women-and-sexual-minorities-denied-a-seat-at-the-table-by-the-african-commission-on-human-and-peoples-rights/

LES FEMMES ET MINORITS SEXUELLES SE FONT REFUSER LE DROIT DE PAROLE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE LHOMME EST DE PEUPLES

CAL

17 aot 2018

JOHANNESBURG, AFRIQUE DU SUD. La Coalition des lesbiennes africaines (Coalition of African Lesbians (CAL)) est profondment due par la dcision rcente de la Commission Africaine des Droits de lHomme et des Peuples (CADHP) de lui retirer son statut dobservateur, sous la pression du Conseil Excutif de lUnion Africaine, et de son interprtation rgressive de la Charte Africaine des Droits de lHomme et des Peuples.

La dcision quant au retrait du statut dobservateur de CAL lui a t communiqu par le Secrtariat de la CADHP le 8 aot 2018 dernier et prsente uniquement la raison de ce retrait la ncessit de la CADHP de conformer aux dcisions de 2016 et 2018 du Conseil Excutif de lUA. CAL sest vu accord le statut dobservateur la CADHP en avril 2015, suite plus dune dcennie dactivisme pour la dfense des droits des femmes et des droits sexuels.

CAL est la seule organisation rgionale, base sur le membership, qui travaille spcifiquement afin de faire la promotion des droits des lesbiennes et plus globalement des droits de femmes dans toutes leur diversit en Afrique. CAL a utilis son statut dobservateur afin de faire des dclarations auprs de la CADHP exposant un large ventail de violations des droits humains vcues par les femmes. CAL a aussi travaill avec ses organisations membres afin de prparer des rapports alternatifs lors de lexamen des pays, collabor avec les commissaires de la CADHP sur des rapports thmatiques, y compris sur un rcent rapport sur le dni daccs aux services davortement et aux services de soins post-avortement dfini en tant que forme de torture ; ainsi quun rapport novateur sur la situation des femmes dfenseures des droits de lHomme en Afrique.

Le retrait du statut dobservateur de CAL exclut activement les mouvements et dfenseures africains des droits des femmes des espaces essentiels des droits de lHomme o les dcisions sont prises propos de nous et pour nous, mais ultimement sans nous. Donna A M Smith, la directrice du dveloppement de CAL, note :

Le retrait du statut dobservateur de CAL illustre galement le contre-coup auquel les mouvements de femmes et LGBTQI font face sur le continent dans leur travail pour la reconnaissance des questions dautonomie, de sexualit et de genre dans le cadre des droits de lHomme, ainsi que les attaques persistantes contre leurs liberts dexpression et dassociation.

En se pliant sous la pression de lUA, la CADHP tabli une dfaite importante pour les droits de lHomme en Afrique, et mine sa crdibilit, son indpendance et son mandat en tant quinstitution principale sur le continent charge de dfendre et de supporter les droits de lHomme pour TOUS et TOUTES.

En labsence dune Commission Africaine des Droits de lHomme et des Peuples efficace, indpendante et fonde sur les droits, les dtenteurs de droits individuel sont laisss eux-mmes afin de se dfendre contre les violations de droits routinires et persistantes perptres par ceux qui dtiennent le pouvoir y compris les corporations et les responsables gouvernementaux corrompus.

De plus, la dcision de la CADHP sape sa mission dinterprtation de la Charte Africaine, en permettant un organe politique dimposer sa propre lecture biaise et rgressive de la Charte. Ce retour en arrire illustre clairement, parmi dautres dcisions prises par ces deux organes, que la CADHP a perdu son indpendance et que lespace dvolu la socit civile se rtrcit.

Autres menaces lindpendance de la CADHP

Le retrait du statut dobservateur de CAL ne doit pas tre considr comme un vnement isol, ou une expression unique dun contre-coup patriarcal et misogyne contre les activistes qui dfient les normes conservatrices en Afrique. Les tensions rcurrentes entre la loi et linfluence politique par les tats membres de la CADHP requirent un srieux redressement car celles-ci portent atteinte aux droits et au rle fondamental de la CADHP.

La rcente dcision du Conseil Excutif de lUA (EX.CL/Dec.1015 (XXXIII)), restreint davantage lindpendance du travail de la CADHP en lui ordonnant dobtenir lapprobation pralable dun pays avant dtablir un rapport sur les violations des droits de lHomme ayant cours dans ce pays. En dclarant que la CADHP ne bnficie que dune indpendance fonctionnelle, les tats membres de lUA ont clairement dmontr leur rsistance tre examins et tenus responsables pour les violation des droits de lHomme nationales, rendant inefficaces les institutions charges de protger et de promouvoir les droits de lHomme et des peuples.

Pour conclure, la directive du Conseil Excutif de lUA envers la CADHP daligner ses critres dobtention du statut dobservateur ceux utiliss par lUnion Africaine rendra la participation de la socit civile dans cette espace presque impossible. Les critres de lUA afin dobtenir le statut dobservateur sont extrmement restrictifs et exclueront effectivement la majorit des organisations de la socit civile et des ONGs proccupes par la dfense des droits de lHomme sur le continent.

Les droits de femmes et les droits sexuels sont des droits de lHomme !

Nous appelons tous les membres de la socit civile, les organisations, les dfenseur(e)s des droits de lHomme, les institutions nationales des droits de lHomme, et le public exprimer leurs proccupations leurs reprsentants dtats membres de lUnion Africaine respectifs et de demander des institutions africaines et mcanismes des droits de lHomme transparentes, indpendantes et responsables qui font la promotion, la protection et assure laccomplissement des droits de TOUTES les personnes, y compris les femmes et les minorits sexuelles, sur les continent.

propos de CAL

La Coalition des lesbiennes africaines est un rseau fministe, pan-africaniste et activiste de 14 organisations dans 11 pays en Afrique sub-saharienne qui sont engages faire avancer la libert, la justice et lautonomie corporelle pour toutes les femmes du continent Africain et au-del. Pour de plus amples informations propos de CAL veuillez cliquer ici.

Ressource : A DECADE OF ACTIVISM ON SOGIE AND SRHR AT THE ACHPR

Pour plus dinformation veuillez contacter :

Donna A M Smith
Directrice du dveloppement
donna cal.org.za

Caroline Tagny
Gestionnaire : Mdia et Campagnes
caroline cal.org.za