Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > Uncategorised > USA : Le gouvernement Trump menace la Cour pnale internationale de sanctions

USA : Le gouvernement Trump menace la Cour pnale internationale de sanctions

dimanche 16 septembre 2018, par siawi3

Source : https://www.wsws.org/fr/articles/2018/09/12/trum-s12.html

Le gouvernement Trump menace la Cour pnale internationale de sanctions

Par Patrick Martin

Mondialisation.ca, 12 septembre 2018

wsws.org 12 septembre 2018

Le gouvernement Trump a annonc lundi quelle exercerait des reprsailles contre la Cour pnale internationale (CPI), une instance judiciaire tablie sous les auspices des Nations unies, si la CPI prenait des mesures contre des responsables militaires ou civils amricains accuss de crimes de guerre en Afghanistan.

Lannonce a t faite par le conseiller la scurit nationale, John Bolton, dans un discours la Federalist Society, lassociation de juristes et de juges dextrme droite finance par de grandes entreprises qui a approuv les deux nominations du prsident Trump la Cour suprme amricaine.

Bolton a profit de loccasion dune apparition devant un groupe davocats pour dclarer que le gouvernement amricain ne se conforme aucune contrainte sur ses actions en droit international, quil a qualifie dattaque contre la souverainet amricaine. Sa principale proccupation ntait pas tant pour les soldats de premire ligne que pour les dcideurs, des commandants militaires sur le champ de bataille aux planificateurs de la guerre et aux stratges Washington, jusqu la Maison Blanche elle-mme, qui, a-t-il dit, risquaient dtre intimids par la menace daccusations de crimes de guerre.

En rejetant la CPI, ladministration Trump na pas adopt de nouvelle politique. Lorsque linstance a t cre pour la premire fois en 2002 en vertu dun accord sign Rome, le gouvernement Bush la rpudie et le Congrs a rapidement adopt une loi bipartite par une crasant majorit. Cette nouvelle loi, la loi amricaine sur la protection des membres des forces armes, avait pour but de protger le personnel militaire amricain et les autres reprsentants lus et nomms du gouvernement des tats-Unis contre de poursuites pnales engages par une cour criminelle internationale laquelle les tats-Unis ne sont pas affilis.

Des vnements ultrieurs ont montr pourquoi ladministration Bush avait rpudi la CPI. En 2003, les tats-Unis ont envahi lIrak dans une guerre dagression criminelle lance sur la base de mensonges. La consquence directe de linvasion a t plus dun million dIrakiens tus et larme des tats-Unis sest livre des actes de torture sadiques et des meurtres grande chelle.

Le gouvernement Obama a galement fait respecter cette loi et Bolton la salue en plaisantant quelle avait t largement surnomme la loi sur linvasion autorise de La Haye, car elle avait approuv lavance le recours la force militaire pour librer les citoyens amricains accuss devant la CPI La Haye aux Pays-Bas.

Le conseiller la scurit nationale a dcrit dautres actions que ladministration Trump tait prte mener bien si la CPI dcidait dagir suite une demande dpose en novembre 2017 pour une enqute sur des crimes de guerre commis en Afghanistan par le gouvernement afghan et des forces extrieures, y compris amricaines. La CPI recueille des preuves sur la torture dans les centres de dtention des tats-Unis, de lOTAN et du gouvernement afghan depuis 2007, sans intenter aucune procdure jusqu prsent, signe de limpuissance de ces instances face lopposition des grandes puissances imprialistes.

Ces actions comprendraient le refus dentre aux tats-Unis pour les membres et les employs de la CPI, de sanctions financires contre les juges et le personnel de la CPI sils ont des actifs dans le systme financier amricain et de poursuites pnales dans le cadre de la loi amricaine. En dautres termes, quiconque oserait enquter sur les crimes de guerre amricains ltranger pourrait se retrouver derrire les barreaux dans une prison amricaine, ou mme dans un centre de dtention comme celui de la Baie de Guantnamo, trait comme un terroriste .

Le passage le plus rvlateur de son discours de 30 minutes, a peut-tre t quand Bolton a dcrit ce quil a qualifi de cinq dfauts fondamentaux de la Cour pnale internationale. Le second dfaut tait que les crimes dagression taient dfinis de manire trop vague. Si la CPI avait exist pendant la Seconde Guerre mondiale, elle aurait dclar les Allis coupables de crimes de guerre pour le bombardement de lAllemagne et du Japon la cration dlibre de temptes de feu Dresde, Hambourg, Tokyo et dans dautres villes entranant la mort de centaines de milliers de personnes, et lincinration nuclaire de Hiroshima et Nagasaki.

Bolton soppose ce que ces mthodes soient dsignes par leurs vrais noms, de crimes de guerre, car il reprsente un gouvernement qui a dj test de telles mthodes, Mossoul, Raqqa et dans dautres villes, et se prpare le faire sur une chelle plus vaste encore tels que de mtropoles comme Thran, Moscou et Pkin.

Bolton a joint la dclaration de guerre la CPI une directive de fermer le bureau Washington de lOrganisation de libration de la Palestine parce que lAutorit palestinienne a port des accusations devant la CPI sur la construction de colonies illgales sur la Cisjordanie sur des terres voles aux fermiers palestiniens.

Alors que Bolton se moquait de la CPI en tant quinstance illgitime dpassant largement son autorit, il restait silencieux sur la vritable cible de la colre de ladministration Trump : les 123 tats membres qui participent la CPI et acceptent sa juridiction. Cela comprend tous les pays dAmrique latine, lexception du Nicaragua, de tous les tats des Carabes, lexception de Cuba et dHati, de tous les pays europens sauf lUkraine, la Bilorussie et la Russie, et des pays du Pacifique comme lAustralie, la Nouvelle-Zlande, le Japon et la Core du Sud.

Bolton a affirm que les tats comprenant les deux tiers de la population mondiale et 70 pour cent de la force militaire mondiale taient en dehors de la CPI, sans mentionner que cela se compose principalement des tats-Unis, de Russie, de Chine, de lInde, du Pakistan et des pays de lAsie du sud-est (la plupart sous dictature militaire ou stalinienne) et presque tous les pays du Moyen-Orient et dAfrique du Nord (y compris lIran, lgypte, lArabie Saoudite et Isral).

Cette liste comprend une srie de dictatures brutales soutenues par les tats-Unis, qui commettent quotidiennement des violations des droits de lHomme grande chelle, par la torture, lemprisonnement et les excutions.

En menaant la CPI, le gouvernement Trump ne fait pas que dfier un tribunal international initialement cautionn par Washington. Il dicte effectivement la loi ceux qui taient autrefois les allis les plus proches ou les tats clients de limprialisme amricain : les pays de lOTAN, les pays dAmrique latine et les pays de la ceinture pacifique. Sils vont lencontre des intrts des tats-Unis, ils seront traits brutalement.

En la personne de Trump, Bolton et autres, limprialisme amricain abandonne le faux-semblant des tats-Unis comme chefs du monde libre et dfenseurs du droit international, une position politique qui, bien que fausse, revtait une importance considrable dans la priode de laprs seconde guerre mondiale.

Au lieu de cela, lAmrique de Trump est une puissance imprialiste nue et prdatrice, cherchant ouvertement la domination sur toutes les autres, faisant fi du droit international et des scrupules dmocratiques chaque fois que les intrts de lAmrique dabord lexigent.

Et malgr leurs protestations occasionnelles, le Parti dmocrate ne soppose pas cette attitude de dfiance envers le droit international et toute responsabilit des troupes et des agents amricains lies leurs actions travers le monde.

Au contraire, la principale critique du Parti dmocrate envers Trump est quil na pas t suffisamment agressif et dbrid dans lutilisation de la puissance militaire amricaine, notamment en Syrie, ainsi que sur les frontires de la Russie, dans des rgions comme la Gorgie, lUkraine et les tats baltes.

Article paru en anglais, WSWS, le 11 septembre 2018