Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Italie : IVG - Vérone, première dans la lutte contre l’avortement

Italie : IVG - Vérone, première dans la lutte contre l’avortement

jeudi 11 octobre 2018, par siawi3

Source : https://www.marianne.net/monde/verone-premiere-dans-la-lutte-contre-l-avortement-en-italie

IVG - Vérone, première dans la lutte contre l’avortement en Italie

Par Ariel F. Dumont,
correspondante en Italie

Publié le 10/09/2018 à 07:30

La ville de Vérone vient d’adopter une motion pour soutenir les assos catholiques anti-IGV. Un texte incendiaire au moment où de nombreux parlementaires proches de la mouvance catholique réclament l’ouverture d’un débat pour abroger la loi de 1978 sur l’IVG.

L’adoption d’une motion pro-vie par les institutions municipales de Vérone laisse désormais aux associations catholiques anti-IVG les mains libres
et surtout, les portes des plannings familiaux grandes ouvertes. Elles
pourront aussi lancer des opérations de marketing coup de poing avec de
l’argent public puisé dans les caisses communales véronaises. Présentée par la Ligue (extrême droite) qui a gouverné la ville pendant plus de dix ans avant de soutenir la candidature de l’édile actuel, la motion est passée grâce à une coalition de centre-droit et avec l’appui de la cheffe de groupe municipal du Parti démocrate, Carla Padovani. Un soutien qui risque de lui coûter cher, les démocrates ayant décidé de lancer une procédure d’expulsion à son encontre après cette prise de position.

L’adoption de cette motion pro-vie a suscité la colère des associations qui réclament au contraire un renforcement de la loi sur l’avortement régulièrement remise en question par les lobbies proches des mouvances catholiques. Depuis deux ans, celles-ci tentent de faire pression sur les députés pour obtenir une révision de la loi. Les associations pro-IVG dénoncent aussi le taux grimpant de gynécologues et paramédicaux objecteurs de conscience qui atteint des proportions proches des 90% dans certaines régions comme le sud profond ou encore le Latium. Leur impact est d’ailleurs tel que certaines régions sont en train de basculer, comme vient de le faire la ville de Vérone, du côté des militants pro-vie. En août dernier, le centre de sécurité régional de Naples a par exemple signé une convention avec l’association la Paroisse pour la vie. Cet accord permettait aux militants de l’association d’accéder librement aux locaux des plannings familiaux afin de décourager les patientes en attente d’IVG.

Lire aussi : En Italie, les anti-IVG se déchaînent à l’aube du 40e anniversaire de la loi sur l’avortement

Plusieurs manifestations sont déjà prévues durant le mois d’octobre pour protester contre la décision prise à Vérone et la montée inquiétante au niveau national des mouvements anti-IVG. « L’adoption de cette motion représente un retour en arrière, au Moyen-âge, il faut se battre pour défendre des lois importantes comme la loi sur l’avortement, il en va du respect de la démocratie », a déclaré la vice-présidente du Parti démocrate Barbara Pollastrini en annonçant que l’opposition livrerait bataille au Parlement. Pour faire passer la pilule, les auteurs de la motion ont inséré tout un paragraphe sur l’abandon des nouveaux-nés, un phénomène en hausse de l’autre côté des Alpes, en annonçant le lancement d’un réseau de « berceaux secrets » en milieu hospitalier. Cette mesure permettrait aux femmes d’accoucher dans l’anonymat et de ne pas reconnaître l’enfant à sa naissance. Cette disposition devrait selon les auteurs du texte, faire chuter le taux d’abandon.