Subscribe to SIAWI content updates by Email
Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Espagne : Le fascisme débarque en Andalousie

Espagne : Le fascisme débarque en Andalousie

lundi 3 décembre 2018, par siawi3

Source : https://blogs.mediapart.fr/nestor-romero/blog/031218/le-fascisme-debarque-en-andalousie

Le fascisme débarque en Andalousie

3 déc. 2018

Par Nestor Romero

Pour la première fois depuis la mort de Franco en 1975, le fascisme débarque à nouveau en Andalousie.

Les dernières nouvelles, ce dimanche soir, annoncent l’entrée en force du mouvement fasciste Vox au parlement régional d’Andalousie, donnant la majorité absolue à la droite, PP et Ciudadanos (47 sièges au total), empressés d’accueillir chaleureusement les 12 fascistes qui siégeront désormais au parlement régional. Le terme fasciste est ici tout à fait pertinent pour des hommes et des femmes qui saluent bras tendu et main ouverte en hurlant le « Cara al sol », hymne fasciste de toujours et dont le programme n’a rien à envier à celui de José Antonio Primo de Rivera. Notons sans plus attendre que c’est à ces gens-là que M. Le Pen vient d’adresser ses « vives et chaleureuses félicitations » car ce sont « ses amis », dit-elle.

Ainsi le PSOE exerçant le pouvoir dans cette région depuis trente six ans subit une défaite pour le moins historique. Ce Parti Socialiste Ouvrier Espagnol pourri par une corruption endémique aussi bien au plan national que régional qui a donné le spectacle peu ragoutant d’une lutte sans merci entre Suzana Diaz (Présidente de la région) et Pedro Sanchez pour le poste de dirigeant suprême du parti que ce dernier remporta finalement au grand dam des « historiques », Felipe Gonzalez en tête. Et voici que Pedro et Susana ne cessent durant cette campagne d’échanger de gros bisous devant toutes les télévisons comme s’ils s’adoraient tout à coup... Comment leur faire confiance ?, se sont sans doute dit de très nombreux abstentionnistes.

Quant à « Adelante Andalucia » menée par Teresa Rodriguez, militante anticapitaliste au sein de Podemos, elle semble limiter la casse obtenant 17 sièges (20 aux élections précédentes). Pablo Iglesias n’a pas manqué de venir soutenir « Adelante » ce qui n’était peut-être pas une très bonne idée après la tourmente provoquée par son attitude « jupitérienne » et l’acquisition d’une somptueuse villa, lui qui depuis des années n’a cessé de vitupérer la « Caste » et son mode de vie. Comment lui faire confiance ?

Tout cela ne présage rien de bon pour les prochaines élections municipales et générales, rien de bon pour l’Espagne et pour l’Europe quand le fascisme débarque en Andalousie. La dernière fois c’était le 18 juillet 1936.