Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Solidarité de peuple àpeuple, du Pakistan avec la France

Solidarité de peuple àpeuple, du Pakistan avec la France

mardi 17 novembre 2015, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

17 novembre 2015-11-17

Des survivants du massacre de l’Ecole Publique de l’Armée - APS disent àla France : ‘ Vous n’êtes pas seuls’

Peshawar : Les survivants de l’une des plus terribles attaques terroristes au Pakistan ont exprimé leur solidarité aux victimes des attaques sur Paris, décrivant les responsables du massacre comme ‘des animaux’ qui n’ont ‘rien àvoir avec l’Islam’.

La France a subi la pire attaque terroriste de son histoire ce vendredi soir : des fusillades et des attentats-suicide dans des bars, des restaurants et un stade de sports ; 129 personnes ont été tuées, pour la plupart des jeunes gens.

Lundi, lors d’une réunion mensuelle que tiennent les survivants de l’attaque contre une école àPeshawar, Syed Shah, le père de l’une des victimes, a dit que quand il a vu les nouvelles de Paris diffusées sur une chaine de télévision locale, ‘toute notre famille a pleuré pendant des heures’.

‘Cela nous a ramenés en arrière’, a-t-il dit. ‘Nous ressentons la douleur des français mieux que personne, parce que nous la connaissons’.

Une autre étudiante a crié sa colère contre les ‘animaux’ qui ont tué ses amis dans la ville du Nord Ouest et elle répétait qu’ ils ‘n’avaient rien àvoir avec l’Islam’ – un sentiment exprimé encore et encore, en référence avec les attaques àParis, par les parents lors de la réunion.

La solidarité avec la France semble être unanime au Pakistan – ce qui n’était pas le cas lors de l’assaut contre le journal satirique Charlie Hebdo en janvier, au cours duquel des tireurs tuèrent 12 personnes, après la publication de dessins controversés du Saint Prophète.

Cependant depuis vendredi, des leaders politiques et religieux, le gouvernement et les réseaux sociaux ont condamné les attaques terroristes sur Paris.

Azam Mehmud, étudiant àPeshawar, dit qu’il avait trouvé ‘difficile àcroire’ qu’une telle violence puisse frapper le coeur de Paris, capitale qu’il imagine, comme beaucoup de pakistanais, celle d’ ‘un pays très développé, paisible et sà»r’.

D’autres parlèrent de l’attaque des talibans contre l’APS, dans la ville du nord ouest, avec des récits qui faisaient pendant àceux des survivants àParis.

Andalib Aftab, professeure de chimie, a perdu son fils de 16 ans ainsi que de nombreux élèves dans l’attaque de Peshawar. Lors de la réunion de lundi, elle a dit en pleurant qu’elle voulait ‘ dire aux français qu’ils ne sont pas seuls’.

Le 16 décembre 2014, des Taliban armés massacrèrent de sang froid 150 personnes, dont plus de 130 étaient des enfants entre 9 et 19 ans, àl’Ecole Publique de l’Armée (Army Public School-APS) àPeshawar, lors d’un assaut qui mit le Pakistan, pays déjàterrorisé par presqu’ une décennie d’attaques extrémistes, en état de choc et d’indignation.