Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : Face aux attentats, l’unité oui, mais pas àtout prix

France : Face aux attentats, l’unité oui, mais pas àtout prix

samedi 21 novembre 2015, par siawi3

Source : http://www.ufal.org/laicite/face-aux-attentats-lunite-oui-mais-pas-a-tout-prix-pourquoi-lufal-refuse-de-sassocier-a-la-campagne-noussommesunis/?utm_source=mailup&utm_medium=courriel&utm_campaign=flash

Face aux attentats, l’unité oui, mais pas àtout prix : pourquoi l’UFAL refuse de s’associer àla campagne #NousSommesUnis

Par UFAL
le 20 novembre 2015

Nicolas Cadène, Rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, nous a sollicités pour nous associer àla campagne #NousSommesUnis lancée par l’association CoExister (1)Mouvement interreligieux des jeunes. Cette campagne, pourtant soutenue institutionnellement notamment avec les signatures de Jean-Louis Bianco, Président de l’Observatoire (gouvernemental) de la laïcité et de Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), met en avant des personnalités qui n’ont pas brillé par leur défense des principes républicains pourtant visés par les terroristes.

Vous trouverez ci-après la réponse du Conseil d’administration de l’UFAL àM. Cadène.

Cher Nicolas Cadène

Nous avons bien reçu votre invitation àsigner la pétition « nous sommes unis  ». En tant que Républicains laïques, nous tenant àl’écart des croyances comme des incroyances, nous nous sentons peu qualifiés pour participer àune initiative àcaractère interreligieux marqué. S’il est évidemment préférable que les croyants « coexistent  » plutôt que de se massacrer, l’œcuménisme –qui ne concerne qu’une faible partie de nos contemporains- ne saurait être une réponse, devant une offensive dirigée contre la République et ses principes : il s’agit de bien autre chose que des croyances.

Nous ne partageons pas l’idée, affirmée dans votre tribune du Monde, que « seuls les auteurs sont coupables  » des massacres du 13 novembre. Non, les coupables sont les organisateurs du « califat  » auto-proclamé de Daesh, et tous ceux qui, dans le monde en général, et en France en particulier, soutiennent ce projet politico-religieux. Par un acte de guerre, ils ont attaqué notre République parce qu’elle est laïque et démocratique : c’est autour de nos principes –et seulement d’eux- que peut et doit se faire « l’unité  ».

Or l’« unité  » invoquée par votre pétition n’est manifestement pas exigeante en matière de principes, si l’on en juge par certains de ses signataires. Ainsi, Nabil Ennasri, du Collectif des musulmans de France, émanation des Frères musulmans, organisation qui a pour but de restaurer le califat, défendrait la liberté ? Samy Debbah, président du Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), qui combat les lois laïques, soutiendrait l’égalité (en particulier hommes-femmes) ? Quant àla fraternité, elle devrait compter sur le rappeur Médine, qui se proclame « islamo-racaille  », et appelle dans une « chanson  » à« crucifier les laïcards  » ?

Il n’y aura d’unité que républicaine : c’est àcela que l’UFAL, pour sa part, appelle.

Recevez nos salutations laïques et républicaines.

Le Conseil d’administration de l’UFAL

Note
1. ↑ Mouvement interreligieux des jeunes