Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > France : Affaire Ramadan : les nouveaux SMS qui mettent à mal la version du (...)

France : Affaire Ramadan : les nouveaux SMS qui mettent à mal la version du prédicateur

mercredi 26 septembre 2018, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/09/26/affaire-ramadan-les-nouveaux-sms-qui-mettent-a-mal-la-version-du-predicateur_5360399_1653578.html

Affaire Ramadan : les nouveaux SMS qui mettent à mal la version du prédicateur

L’exploitation d’un téléphone conforte le récit d’une plaignante qui affirme avoir été violée dans une chambre d’hôtel à Lyon en 2009.

LE MONDE | 26.09.2018 à 11h11 • Mis à jour le 26.09.2018 à 11h16

Yann Bouchez

C’est un téléphone portable comme il ne s’en vend presque plus. Clavier coulissant et petit écran, pas tactile. Un objet d’une autre époque, pourtant pas si lointaine, celle d’avant l’avènement des smartphones. Le « LG KS360 », commercialisé à partir de la fin de l’année 2008, n’a même pas eu le temps de devenir à la mode qu’il était déjà obsolète. Mais avec ses 10,15 centimètres de haut et ses 108 grammes, cet objet risque de peser lourd dans l’affaire Tariq Ramadan.

Un vieux modèle de ce genre, appartenant à « Christelle » – un prénom d’emprunt –, l’une des trois plaignantes en France accusant le prédicateur musulman de viol, a été analysé par un expert judiciaire, spécialisé en informatique. Et le contenu de l’appareil, des SMS reçus et envoyés dans le courant de l’année 2009, vient balayer en partie la stratégie de défense jusque-là adoptée par l’islamologue. Mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable » le 2 février, il est depuis placé en détention provisoire.

Quatorze scellés fouillés

Face à la plaignante, selon laquelle le viol aurait été commis le 9 octobre 2009, dans une chambre de l’Hôtel Hilton de Lyon, Tariq Ramadan a toujours nié tout rapport physique lors de cette unique rencontre. Elle dénonce des relations sexuelles non consenties et un déchaînement de violence – il lui aurait asséné des gifles, des coups de poing, l’aurait tirée par les cheveux et lui aurait uriné dessus.

Lui conteste l’avoir seulement fait monter dans sa chambre. Il l’a encore répété lors d’une confrontation tendue avec Christelle devant les juges, le 18 septembre. Mais des messages du LG KS360 exhumés par l’expert dans son rapport, dont Le Monde a pris connaissance, contredisent certaines des affirmations du théologien suisse et affaiblissent considérablement sa défense.

Lundi 24 septembre, les trois juges d’instruction chargés de l’affaire ont reçu les conclusions de ce rapport d’expertise informatique qu’ils avaient ordonné cinq mois plus tôt, le 19 avril. Il a fallu fouiller le contenu de quatorze scellés, ordinateurs et téléphones portables des différentes plaignantes et de Tariq Ramadan, saisis lors de l’enquête ou livrés à la justice par les protagonistes. Le LG KS360 avait ainsi été retrouvé par Christelle à son domicile, au début de l’année 2018, au fond d’une boîte à outils, a-t-elle expliqué aux enquêteurs.

« Tu viendras, tu es prête »

L’analyse des données a permis de montrer que, du 31 août au 15 décembre 2009, 255 textos ont été envoyés depuis le portable de Tariq Ramadan vers celui de Christelle, soit plus de deux par jour. En sens inverse, Christelle a adressé 144 messages à l’islamologue. Si les messages qu’elle a reçus de M. Ramadan peuvent être précisément horodatés, les données techniques de l’époque ne permettent pas d’avoir ce même niveau de précision concernant les textos qu’elle a envoyés.

Jusqu’à présent, Tariq Ramadan affirmait n’avoir fait que boire un verre avec Christelle dans le bar de l’hôtel, ce 9 octobre 2009. Il disait n’attendre « rien » de ce rendez-vous, quand bien même il reconnaissait un « jeu de séduction » depuis plusieurs mois et des messages à caractère sexuel, après que les enquêteurs l’eurent confronté à des échanges explicites sur Skype (un logiciel de vidéo-communication) avec la plaignante. Mais, assurait-il, il n’y avait aucune volonté de contact physique de sa part en ce 9 octobre 2009, juste une simple « curiosité » de voir Christelle. « Dans ma logique, les rencontres humaines ne me font pas perdre de temps, elles me font gagner du temps », a-t-il dit aux juges qui s’interrogeaient sur ses intentions.
Les huit textos écrits depuis son portable à « Christelle », le 9 octobre 2009, dessinent pourtant une tout autre histoire. Ainsi de ce premier message, envoyé à 13 h 57 : « Alors, alors… tu viendras, tu es prête. Je devrai t’attendre en bas car il faut une carte pour monter dans l’ascenseur. A quelle heure ? » Pourquoi évoquer l’ascenseur s’il ne s’agit que de boire un verre avec elle, sans monter à l’étage ? A 14 h 49, il lui envoie l’adresse de l’Hôtel Hilton. A 15 h 51, nouveau message sur le portable de Christelle, en provenance de celui de Tariq Ramadan : « J’étais sous la douche… mais attends ma douce chienne !!!! » Puis, à 16 h 31, elle reçoit encore :« C’est ok. » Ce sera le dernier texto de la journée.

Faute de pouvoir établir une chronologie exacte des messages envoyés par Christelle, il faut se contenter, pour l’instant, de ceux de Tariq Ramadan. Les textos qu’elle a reçus le lendemain de leur rencontre confortent la version de la plaignante. « J’ai senti ta gêne… désolé pour ma “violence”. J’ai aimé… Tu veux encore ? Pas déçue ? », reçoit-elle, à 19 h 29. L’expéditeur ? Toujours le même numéro, celui de Ramadan. Puis quelques heures plus tard, à 23 h 09 : « Tu n’as pas aimé… Je suis désolé [Christelle]. Désolé. »

Authenticité confirmée

Depuis plusieurs mois, contrairement à ceux du 9 octobre 2009, ces textos du 10 octobre étaient déjà versés au dossier d’instruction, mais sous la forme de photos que Christelle avait prises, à l’automne 2010. A l’aide d’un Blackberry, elle avait photographié à plusieurs reprises l’écran de son vieux portable et les SMS échangés. Techniquement, rien ne permettait donc d’affirmer avec certitude qu’ils provenaient effectivement du portable du théologien. Or, confronté à ces photos, Tariq Ramadan dénonçait une manipulation et contestait l’authenticité des documents que les enquêteurs lui montraient. « Ce n’est pas moi du tout qui ai envoyé ces messages », a-t-il répété, le 18 septembre, face aux juges.

Cette ligne de défense s’annonce désormais difficilement tenable, alors que le rapport d’expertise vient confirmer l’authenticité des SMS durant cette période, à l’automne 2009, entre les portables du prédicateur et de la plaignante. Sollicité, l’avocat de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Contacté par Le Monde, Me Eric Morain, l’avocat de « Christelle », a salué la découverte de ces SMS. « Depuis près de dix mois, rappelle-t-il, ma cliente s’est fait injurier, calomnier, menacer, traiter de tous les noms par les soutiens de M. Ramadan et par M. Ramadan lui-même, pas plus tard que la semaine dernière, lors de la confrontation. Elle a tenu. D’autres n’auraient pas eu cette force. Et désormais, on sait qu’elle n’avait pas menti. M. Ramadan est désormais comptable de ce double déshonneur du crime et du mensonge. »

Une nouvelle demande de mise en libertée rejetée

Détenu à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), Tariq Ramadan ne sortira pas tout de suite de prison. Alors qu’il a désormais été confronté, devant les juges, à ses trois accusatrices en France, la défense de l’islamologue suisse avait déposé une troisième demande de mise en liberté, dans la foulée de sa dernière confrontation avec la deuxième plaignante, « Christelle », le 18 septembre. Celle-ci a été rejetée, mardi, par les juges d’instruction qui fondent notamment leur décision sur le rapport d’expertise dont Le Monde a pris connaissance.