Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : « Gilets jaunes » : François Ruffin dénonce une mission parlementaire (...)

France : « Gilets jaunes » : François Ruffin dénonce une mission parlementaire « à charge »

mardi 14 mai 2019, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/05/10/gilets-jaunes-francois-ruffin-denonce-une-mission-parlementaire-a-charge_5460362_823448.html

« Gilets jaunes » : François Ruffin dénonce une mission parlementaire « à charge »

Des députés veulent établir l’impact budgétaire des dégâts causés par le mouvement social depuis six mois.

Par Audrey Tonnelier

Publié hier 10 mai 2019 à 10h10, mis à jour à 17h30

Alors que s’approchent les six mois de mobilisation des « gilets jaunes », une passe d’armes entre députés de la majorité et de la gauche de la gauche est venue rappeler combien le sujet demeure politiquement sensible. Jeudi 9 mai, en début d’après-midi, se tenait à l’Assemblée nationale la première réunion d’une mission parlementaire « impact gilets jaunes », censée être transpartisane. Mais à son issue, les députés François Ruffin (La France insoumise) et Sébastien Jumel (Parti communiste) ont déclaré boycotter l’exercice.

« Il ne s’agit pas d’une mission sur l’impact mais sur le coût des “gilets jaunes”. On parle d’emblée de dégradations, de violences. C’est une mission à charge, alors que les études économiques ont montré les bénéfices du mouvement pour l’économie : la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités jusqu’à 2 000 euros, la prime Macron… », explique M. Ruffin au Monde.

Une référence aux mesures d’urgence annoncées en décembre 2018 par le chef de l’Etat, qui ont dopé le pouvoir d’achat.

« Nous condamnons bien sûr tous les actes de dégradation. Mais les conclusions sont écrites d’avance. De plus, dans sa composition [deux corapporteurs La République en marche et un président Les Républicains, Damien Abad] aucun poste n’a été ouvert à l’opposition de gauche », abonde M. Jumel. Le PS, lui, n’a pas souhaité être partie prenante.
Compléter « sur le terrain » les évaluations

« M. Ruffin communique par les médias avant de nous avertir », a réagi jeudi l’entourage de Roland Lescure, le député LRM à l’origine de la mission, en découvrant ces défections par les réseaux sociaux. Ce coup politique tombe mal pour M. Lescure, nommé corapporteur avec Jean-René Cazeneuve.

Egalement président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée, M. Lescure était aussi rapporteur de la loi Pacte et s’est beaucoup investi pour défendre la privatisation du groupe ADP, remise en cause après le feu vert du Conseil constitutionnel, jeudi, au projet de référendum d’initiative partagée déposé par les oppositions.

« Il ne s’agit pas d’une mission de “gilets jaunes bashing”. Notre but est d’évaluer l’impact économique, budgétaire et social des violences commises en marge du mouvement, qui s’est radicalisé. Cela a assez duré », a défendu M. Lescure, lors d’une conférence de presse.

Réduite à quatorze membres, la mission aura pour objectif de compléter « sur le terrain » les évaluations faites par Bercy, qui avait chiffré à 4,5 milliards d’euros les pertes pour l’économie.

« Nous irons à la rencontre de ceux qui sont en première ligne depuis vingt-cinq samedis consécutifs : artisans, commerçants, petites entreprises, salariés en chômage partiel, mais aussi personnel de santé dans les services d’urgence, fonctionnaires municipaux et élus locaux », énumère M. Lescure, qui compte mener ses auditions à Paris, mais aussi à Toulouse, Bordeaux ou Rouen. Une rencontre avec la maire de Paris, Anne Hidalgo, est prévue le 16 mai.
Lire aussi « Gilets jaunes » : les aides aux commerçants prolongées jusqu’à fin juin

La mission espère rendre son rapport en juillet, notamment afin de déterminer la nécessité de compléter et/ou de prolonger, ville par ville, les mesures de soutien aux entreprises décidées pendant l’hiver par Bercy.
Notre sélection d’articles pour tout comprendre aux « gilets jaunes »

« Gilets jaunes » : moins mobilisés, toujours aussi visibles ; où en est le mouvement cinq mois après le début de la mobilisation ?
Histoire d’un mouvement hors normes ; né sur les réseaux sociaux, il s’est mué en vaste colère populaire.

« Le mouvement des “gilets jaunes” traduit un épuisement démocratique » : l’historien Quentin Deluermoz voit dans cette colère les symptômes d’une crise sociale et politique.

Que reste-t-il après avoir payé les factures ? Ou comment les dépenses contraintes minent le pouvoir d’achat.
Vote blanc, référendum, services publics… Les annonces de Macron ; au terme de trois mois de « grand débat », l’exécutif a apporté sa réponse le 25 avril.

Pourquoi est-il si difficile de maintenir l’ordre dans certaines manifestations ? Nos explications en vidéo alors que la France rejette les critiques de l’ONU sur l’usage excessif de la force par la police.

Audrey Tonnelier