Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Sénégal : L’Observatoire de la liberté religieuse

Sénégal : L’Observatoire de la liberté religieuse

vendredi 12 juillet 2019, par siawi3

Source : https://www.liberte-religieuse.org/senegal/


Sénégal : L’Observatoire de la liberté religieuse

Chiffres clés
Légende :

Musulmans : 91.1%

Chrétiens : 5.2%

Animistes : 3.3%

Autres : 0.4%

Superficie : 196712 m2

Population : 15588997 habitants

Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective

L’article 1 de la Constitution du Sénégal établit une séparation claire entre l’État et les organisations religieuses.((Constitution de la République du Sénégal : http://www.wipo.int/edocs/lexdocs/laws/fr/sn/sn015fr.pdf)) L’article 24 garantit aux communautés religieuses le droit de pratiquer librement leurs religions, de se gérer et de s’organiser.((Ibid.))

L’islam est la religion qui majoritaire.((Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, 2016 Report on International Religious Freedom – Senegal, U.S. Department of State, https://www.state.gov/j/drl/rls/irf/religiousfreedom/index.htm#wrapper)) La plupart des musulmans appartiennent à des confréries soufies concentrées dans la partie septentrionale du pays, tandis que la plupart des chrétiens, et surtout des catholiques, vivent dans le sud-ouest du Sénégal. (Pendant la colonisation française au 19e siècle, le travail missionnaire catholique se limitait à ces régions, car l’islam n’y régnait pas encore).((Köhrer Ellen : evangelisch.de, 8 décembre 2011, https://www.evangelisch.de/inhalte/107092/08-12-2011/im-senegal-hat-liebe-keine-religion)) Beaucoup de musulmans et de chrétiens mélangent leurs coutumes aux rites africains traditionnels. La plupart des adeptes des religions africaines traditionnelles se trouvent dans le sud-est du pays.((Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, 2016 Report on International Religious Freedom – Senegal, loc. cit.))

La vie quotidienne au Sénégal se caractérise traditionnellement par un esprit de tolérance. En matière de droit de la famille, les musulmans peuvent choisir entre la charia et le droit civil. La conversion est possible et acceptée.((Köhrer Ellen, loc. cit.)) Tous les groupes religieux doivent s’inscrire auprès des autorités pour obtenir la reconnaissance officielle en tant qu’organisation. Se faire enregistrer est requis pour mener des affaires, ouvrir des comptes en banque, posséder des biens, recevoir un soutien financier privé et se prévaloir de certains avantages fiscaux.((Ibid.))

L’État cherche également à assurer l’égalité de traitement dans le système éducatif. Jusqu’à quatre heures d’enseignement religieux facultatives par semaine sont proposées dans les écoles primaires publiques, et les parents peuvent opter pour un programme musulman ou chrétien.(( Ibid.)) En outre, il existe des écoles gérées par des entités confessionnelles et co-financées par l’État si elles satisfont aux normes éducatives requises. Au sein des écoles chrétiennes, la majorité des élèves sont musulmans.((Ibid.))

En 2016, le gouvernement a aidé quelque 1500 musulmans à accomplir le pèlerinage obligatoire à la Mecque en leur fournissant des billets d’avion gratuits. Une aide a également été fournie pour les pèlerinages catholiques à Rome et en Israël.(( Ibid.))

Le Ministère de l’Intérieur et le Ministère des Affaires étrangères exigent des groupes religieux locaux ou étrangers qu’ils présentent des rapports d’activité annuels comprenant la divulgation de leurs transactions financières. L’intention sous-jacente est d’identifier le financement d’éventuels actes terroristes à un stade précoce. À cet égard, aucun cas d’activité illégale n’a été signalé au cours de la période faisant l’objet du présent rapport (2016-2018).((Ibid.))

Incidents

Les chrétiens sont une minorité respectée au Sénégal. Les fêtes chrétiennes et musulmanes sont souvent célébrées conjointement par les membres des deux confessions. Mgr André Gueye, évêque catholique de Thies, a déclaré : « Nous vivons ensemble dans l’amitié et l’harmonie. Bien sûr, nous avons parfois des problèmes avec les musulmans – c’est comme dans un couple marié. Mais nous essayons de les résoudre par le dialogue ».((Katholische Nachrichtenagentur, KNA, quoted in Islamische Zeitung, 4 janvier 2018, https://www.islamische-zeitung.de/senegal-ist-ein-vorbildliches-beispiel/)) Thomas Volk, un spécialiste des questions islamiques qui gère le Bureau de la Fondation Konrad-Adenauer au Sénégal, est du même avis. Selon lui, « jusqu’à présent, la coexistence des groupes religieux fonctionne. Le Sénégal est un excellent exemple de dialogue interreligieux réussi ».((Ibid.))

Malgré le climat de tolérance qui règne dans le pays, depuis plusieurs années, on a observé des cas répétés d’actes de profanation. Ainsi, des inconnus ont attaqué un complexe paroissial d’une église à Guédiawaye, début février 2018((Vatican News, 6 février 2018, https://www.vaticannews.va/de/kirche/news/2018-02/senegal-islam-christentum-kirche-angriff.html)), détruisant une statue de Marie. Au cours de la messe, le dimanche suivant, le prêtre a dû apaiser les fidèles en colère et les mettre en garde contre les actes de vengeance. Une déclaration du Ministre de l’Intérieur a été diffusée à la télévision, dénonçant une « perturbation de la paix sociale » et une « attaque contre la liberté religieuse ». L’armée et la police sénégalaises ont recruté du personnel supplémentaire pour assurer la protection contre les attaques terroristes islamistes.((Katholische Nachrichtenagentur, KNA, loc. cit.))

Au Sénégal, les fidèles musulmans appartiennent dans leur grande majorité à l’une des quatre grandes confréries soufies. Ils représentent un islam pacifique et se préoccupent traditionnellement du bien commun. L’une des confréries, par exemple, organise le système de transport par autobus à Dakar. Les confréries soufies sont considérées comme un pont faisant le lien entre les peuples et comme un rempart contre l’extrémisme.((Ibid.))

Des milices de l’État islamique (Daech) ont mené des attaques contre plusieurs soufis ces dernières années. Des conceptions plus strictes de l’islam gagnent du terrain au Sénégal. Par exemple, de plus en plus de femmes sont entièrement voilées dans les rues. « Les musulmans sénégalais sont sous la pression de l’Arabie saoudite », explique Thomas Volk.((Ibid.)) L’Arabie Saoudite construit des mosquées, offre des bourses d’études aux jeunes sénégalais et envoie des imams dans le pays. L’Iran vient d’ouvrir une petite université à Dakar. Volk affirme : « Nous sommes souvent témoins de débats par procuration entre l’Iran chiite et l’Arabie Saoudite sunnite. Mais nous sommes moins conscients du fait que ce débat peut également se produire en Afrique ».

Au cours de la période faisant l’objet du présent rapport, un groupe d’organisations non gouvernementales (ONG) a attiré l’attention sur des cas d’abus dans les écoles coraniques traditionnelles connues sous le nom de « daaras ».((Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, 2016 Report on International Religious Freedom – Senegal, loc. cit.)) Dans ces écoles, les enfants subissaient des sévices physiques et sexuels, et étaient forcés de travailler comme mendiants. Les ONG ont demandé au gouvernement d’améliorer les contrôles des écoles coraniques et de poursuivre celles qui commettaient de tels abus. En juillet 2016, le gouvernement a mise en œuvre une loi de 2005 interdisant la mendicité des enfants, phénomène répandu au Sénégal.((Ibid.))

Perspectives pour la liberté religieuse

Des courants extrémistes existent au Sénégal depuis les années 1950, date à laquelle de nouvelles approches strictes de la religion, influencées par l’Arabie saoudite, ont commencé à émerger.((Harjes Christine, Deutsche Welle, 29 janvier 2016, http://www.dw.com/de/wie-stabil-ist-senegals-moderater-islam/a-19012653)) Alors que les wahhabites et les salafistes coexistaient autrefois en paix avec les confréries soufies traditionnelles, le Sénégal craint désormais de plus en plus une radicalisation qui serait due à l’influence de forces extérieures au pays. Bien qu’il n’y ait pas eu d’actes de violence majeurs à ce jour, certains considèrent les attaques contre les institutions chrétiennes et les symboles chrétiens comme des preuves inquiétantes de la radicalisation des musulmans.(( Ibid.))

Les réalités sur le terrain semblent justifier certaines de ces inquiétudes. Selon des observateurs, de plus en plus de jeunes Sénégalais choisissent de fréquenter les écoles coraniques ou l’université arabe.((Ibid.)) Cela limite les débouchés possibles sur le marché du travail, où la connaissance du français est souvent une condition préalable.((Ibid.)) Depuis quelques années, on constate qu’un nombre croissant de jeunes ne veulent pas se joindre aux confréries soufies traditionnelles, leur préférant les islamistes qui leur offrent également un réseau social.

Beaucoup disent que la radicalisation religieuse des jeunes est liée à l’augmentation des niveaux de pauvreté dans le pays.((Ibid.)) Non seulement cela pousse de nombreux jeunes Sénégalais dans les griffes des forces radicales, mais cela leur donne aussi une raison de fuir vers l’Europe. Le Sénégal se classe quatrième parmi les pays d’Afrique subsaharienne, et premier en Afrique de l’Ouest, en termes de nombre d’émigrants. Selon les estimations officielles, plus de 400 000 Sénégalais ont émigré en 2011. Si l’émigration illégale était prise en compte, ce chiffre serait probablement deux fois, peut-être même trois fois plus élevé.((Fides, 15 janvier 2018, http://www.fides.org/en/news/63564-AFRICA_SENEGAL_Caritas_Senegal_Let_us_give_back_hope_to_young_people_migration_is_not_the_only_way_for_the_future)) C’est un cercle vicieux. La fuite d’un grand nombre de jeunes, souvent bien formés, affaiblit les communautés religieuses traditionnellement modérées et les rend plus vulnérables aux forces radicales et violentes, ce qui, dans bien des cas, redouble le désir d’émigrer.

De ce fait, des mesures adaptées de lutte contre la pauvreté et le manque de perspectives d’avenir contribueraient également à endiguer les risques que représente le djihadisme islamiste en Afrique de l’Ouest. Un effort efficace pour lutter contre la corruption et le népotisme dans les organisations gouvernementales doit être réalisé. Il convient aussi de développer les infrastructures. Enfin, il serait nécessaire de se libérer de structures économiques obsolètes, dont beaucoup remontent à l’ère coloniale, telles que la concentration sur l’élevage d’arachides qui est souvent nuisible à l’environnement et dépend fortement du marché mondial.((Cf. Holzer Birgit, Hannoversche Allgemeine Zeitung, 15 mars 2018, http://www.haz.de/Nachrichten/Politik/Deutschland-Welt/Der-Senegal-will-seinen-Aufstieg-anpacken))

Le succès de la lutte contre le djihadisme dans les pays voisins du Sénégal est également particulièrement important. Le Mali, voisin direct du Sénégal, est particulièrement important. Compte tenu des violences commises par les adeptes d’Al-Qaïda et de l’État islamique au Mali, le Sénégal est confronté à des inquiétudes grandissantes quant à la possibilité d’une attaque par des forces extrémistes. De nombreux Sénégalais sont alarmés par la présence de nombreux jeunes compatriotes radicalisés dans les rangs de l’État islamique en Libye.((Munzinger Archiv 2018, Munzinger Länder : Senegal. www.munziger.de/search/login)) En janvier 2017, on a observé des signes de modération en Gambie, un pays presque entièrement enclavé par le Sénégal. Le président gambien récemment élu, Adama Barrow, a annulé la décision de son prédécesseur, l’ancien dictateur Yahya Jammeh, de déclarer la Gambie République islamique.((Sridharan Vasudevan, International Business times UK, 30 janvier 2017, http://www.ibtimes.co.uk/adama-barrow-removes-islamic-gambias-official-name-1603686 et Munzinger Archiv 2018, Munzinger Länder : Gambia. www.munziger.de/search/login)) Auparavant, cette ancienne colonie britannique était un État laïc.((Scheen Thomas, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 janvier 2016, http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/afrika/kopftuchzwang-in-gambia-den-koenigshaeusern-vom-golf-gefallen-14000515.html))