Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Iran : Une femme est condamnée à 24 ans de prison pour avoir refusé de porter (...)

Iran : Une femme est condamnée à 24 ans de prison pour avoir refusé de porter le hijab.

mardi 3 septembre 2019, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://tarekfatahenfrancais.wordpress.com/2019/08/31/une-femme-est-condamnee-a-24-ans-de-prison-pour-avoir-refuse-de-porter-le-hijab/

Une femme est condamnée à 24 ans de prison pour avoir refusé de porter le hijab.

Tarek Fatah

31.08.19

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de Saba Kord-Afshari, mais cette Iranienne de 20 ans a été condamnée à 24 ans de prison par la République islamique d’Iran lundi pour avoir enfreint la loi du hijab qui interdit à toutes les femmes en Iran de montrer leur tête découverte en public.

Kord-Ashrafi n’est qu’une des nombreuses femmes musulmanes iraniennes courageuses qui ont défié les mollahs du pays et leurs exécutrices en observant ce que l’on appelle aujourd’hui les « Mercredis blancs », lorsque les filles et les femmes enlèvent leur hijab et mettent leurs cheveux à nu en public.

Sa condamnation choquante serait passée inaperçue et n’aurait pas été rapportée si elle avait été annoncée aux médias grand public au Canada qui étaient trop occupés à célébrer le tissu en tant que vêtement exotique.

Mais Irvin Cotler n’est pas du genre à être réduit au silence. Avec la féministe iranienne Masih Alinejad, il a été parmi les premiers à attirer l’attention du monde sur l’injustice commise envers Kord-Ashrafi. L’ancien procureur général du Canada et militant des droits de la personne a gazouillé : « Dénoncez la sentence brutale et injuste de #SabaKordafshari, qui à seulement 20 ans vient d’être condamnée à 24 ans d’emprisonnement. Son “crime” ? Prendre la parole en faveur des droits des femmes en Iran. Nous devons tous, où que nous soyons, être solidaires des prisonniers du Saba et du mercredi blanc. »(#WhiteWednesdays)

Le procès de Saba Kord-Afshari a commencé le 19 août, lorsqu’elle a été accusée de « propager la corruption et la prostitution en retirant son hijab et en marchant dans les rues sans celui-ci ».

Alors que les femmes iraniennes, saoudiennes et autres musulmanes du monde entier luttaient pour se libérer du hijab, qu’elles considèrent comme un symbole politique qui n’a rien à voir avec la piété, la réaction des milieux libéraux en Occident a été déconcertante. Ici, un nombre croissant de féministes, de gauchistes et de médias libéraux ont glorifié le hijab comme un symbole exotique de la libération des femmes qu’il fallait accepter.

Le jour où Saba Kord-Afshari a été condamnée à 24 ans de prison pour avoir osé jeter son hijab, cette même coiffe a été présentée de façon positive par le Toronto Star dans l’article « Comment placer vos investissements là où se trouve votre conscience sociale » de ses pages financières.

L’article contenait une photo d’une femme souriante vêtue d’un hijab et entourée des mots suivants : « éthique », « intégrité », « respect », « fiabilité », « travail d’équipe » et « attitude » qui tournaient autour d’elle quand elle cliquait sur le bouton « Valeurs fondamentales » au centre.

Cela m’amène à me questionner sur le monde de culpabilité et de fantaisie dans lequel vivent certains de mes collègues plus libéraux.

Le hijab, comme ma collègue Farzana Hassan et moi-même l’avons maintenu pendant des années dans ces pages, est un symbole politique et non un symbole de piété.

Le meilleur exemple en est Ilhan Omar, membre du Congrès américain, l’une des plus célèbres protagonistes du hijab en Amérique du Nord, qui a déclaré au magazine Vogue que porter son hijab lui permettait d’être un « panneau publicitaire ambulant »…« Pour moi, le hijab est synonyme de pouvoir, de libération, de beauté et de résistance », a-t-elle ajouté.

Si le hijab avait été un symbole de piété, je doute qu’une femme musulmane l’ait affiché en sortant avec un homme marié, comme l’affirme une femme de Washington qui prétend qu’Omar et son mari ont une liaison.

Tandis que les islamistes et les Canadiens libéraux vantent les hijabs, Yasmine Mohammed, une Égyptienne, a porté un jugement très défavorable sur ce morceau de tissu. Elle a gazouillé ceci : « Pour moi, le hijab signifie l’assujettissement des femmes, le blâme des victimes et la perpétuation de la culture du viol. »

Un point de vue sévère, mais qui fait écho à de nombreuses victimes musulmanes de l’islamisme.


Traduction
 : Laurence B