Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > L’Union européenne crée un « Erasmus de la religion »

L’Union européenne crée un « Erasmus de la religion »

mercredi 18 septembre 2019, par siawi3

Source : https://www.la-croix.com/Religion/LUnion-europeenne-cree-Erasmus-religion-2019-09-09-1201046266

L’Union européenne crée un « Erasmus de la religion »

9 sep. 19

"Pour faire progresser le « vivre ensemble », l’Union européenne lance un programme innovant visant à soutenir les différents engagements religieux. L’idée est de permettre à ceux qui travaillent sur les thèmes de la foi et de l’inclusion sociale de se rencontrer.

Djakarta, en Indonésie, il y a trois ans. Une idée simple mais novatrice surgit dans l’esprit de Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité : et s’il existait un vaste réseau capable de rassembler tous les acteurs – croyants ou non – qui mettent la religion au cœur de leur action ? Ne serait-ce pas là une formidable manière de promouvoir la coexistence, en Europe et au-delà ?

Le vendredi 6 septembre, Federica Mogherini a annoncé « avec fierté » la future introduction d’une « plate-forme mondiale d’échanges de l’UE sur la religion et l’inclusion sociale ». « Cela nous a pris un certain temps », n’a-t-elle pas caché, notamment car « dans ce domaine, on travaille plutôt à l’échelle nationale ».

Mais que cache exactement cette appellation à rallonge comme Bruxelles sait en produire ? « Une sorte d’Erasmus pour les acteurs de la société civile qui travaillent sur la foi et le vivre ensemble », traduit, dans un sourire, Federica Mogherini. À l’évocation du programme d’échanges pour les étudiants qui existe depuis plus de trente ans, le visage de l’Italienne s’éclaire : elle-même en a profité, mettant à profit son séjour à l’Institut de recherches et d’études sur le monde musulman et arabe d’Aix-en-Provence pour rédiger une thèse sur l’islam.

Ce que souhaite Federica Mogherini avec ce nouveau programme de l’UE, qui devrait être opérationnel début 2020 [1], c’est permettre aux membres d’ONG, de communautés religieuses ou institutionnelles, de gouvernements même, de mettre leur savoir en commun, d’échanger les bonnes pratiques et les idées, pour être aussi présents et entendus que possible.

La cheffe de la diplomatie européenne promet que grâce à cet « échange mondial sur la religion dans la société », les acteurs communautaires implantés aussi bien dans l’UE qu’en dehors pourront être reliés et se rencontrer régulièrement. S’adressant à eux directement, elle a souligné que le rôle des institutions européennes n’est en aucun cas de leur apprendre « comment faire leur travail », mais de parier sur eux et de les aider, « surtout dans cette période où les divisions sont de plus en plus marquées ».

Un million et demi d’euros devraient être alloués au projet. Un appel à projet sera ouvert pour sélectionner l’organisation qui chapeautera les modalités des échanges. Peter Mandaville, professeur de relations internationales à l’université George-Mason, à Washington, est déjà convaincu : « C’est une approche unique qui donnera la possibilité d’agréger le travail de personnes qui ont un impact tangible dans le monde, de ceux qui pensent que la religion n’est pas à séparer de la société civile », explique-t-il. Et Federica Mogherini de s’enthousiasmer : « On ne le répétera jamais assez : plus on partage, plus on reçoit ! »"

[1] Federica Mogherini ne sera alors plus en fonction : son mandat s’achève en novembre et elle sera remplacée par le Catalan Josep Borrell.