Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Juan Branco, avocat du fondateur de Wikileaks : « Assange est sous le choc (...)

Juan Branco, avocat du fondateur de Wikileaks : « Assange est sous le choc »

samedi 5 octobre 2019, par siawi3

Source : https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/08/31/juan-branco-avocat-du-fondateur-de-wikileaks-assange-est-sous-le-choc/


Juan Branco, avocat du fondateur de Wikileaks : « Assange est sous le choc »

31 Août 19

Oui, il est clair que le fantôme d’Assange hante nos « démocraties », c’est pour cela que nous devons interpeller le gouvernement français et la manière , comme d’autres gouvernments européens, il laisse faire un formidable déni de justice, ce qui le juge lui-même en tant que complice d’une machination d’Etat. IL faut également interpeller la presse complice de ce crime d’Etat(S). Arrêtons de croire au scénario de culpabilité que l’on veut nous imposer et dénonçons la manière dont on assassine un homme. Nous sommes devant l’équivalent de l’affaire Dreyfus du XXIème siècle, le sort d’Assange est celui de nos démocraties (note de danielle Bleitrach)

Eduardo Febbro, de la page 12. Traduction : Joana Benário, de São Paulo
Publié dans : 14/08/2019 03:59

Juan Branco

Un être humain croupit dans une prison de Londres en proie à la machination judiciaire que plusieurs démocraties libérales ont monté contre lui : Julian Assange. Un groupe de 28 pays, qui constituent le groupe démocratique le plus puissant de la planète, est accusé de complicité de crimes contre l’humanité : l’Union européenne. Deux cas traversent la vie de l’avocat français Juan Branco. Ce jeune militant et polémiste est l’un des avocats de Julian Assange et l’un des deux avocats à avoir déposé plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) contre l’Union européenne pour avoir orchestré à la fois l’interception et l’arrestation de 40 000 immigrés qui ont fui la Libye.

En tant qu’avocat de Julian Assange, plaignant contre l’Europe, défenseur des activistes du mouvement des gilets jaunes ou auteur controversé d’essais politiques à haute tension, Juan Branco sait de quoi il parle. Son expérience d’assistant auprès du Procureur de la CPI (2010-2011) a été exposée par un livre révélant les faiblesses et l’extraordinaire légèreté d’une cour, créée pour punir les crimes les plus horribles de l’histoire au cours des années où il était aux commandes. L’Argentin Luís Moreno Ocampo. Le titre est  » Ordre du monde : Critique de la Cour pénale internationale » ( L’Ordre du Monde : Critique de la Cour pénale internationale ).

Julian Assange, dont vous êtes l’un des avocats de la défense, est à la fois victime d’une vengeance judiciaire mondialisée et de la complicité de l’opinion publique avec un Fake News , construit à partir de soi-disant pensées dominantes ou de médias dominants. .

Juan Branco : Nous sommes dans une situation très compliquée. Assange est eb état de choc. Après avoir été piégé dans 20 mètres carrés sans accès extérieur, ils l’ont enlevé (de l’ambassade équatorienne) en 45 secondes. Soudain il y avait toute cette violence. Ils sont arrivés et se sont empressés de le mettre dans une prison à sécurité maximale construite après le 11 septembre 2001 pour les terroristes. Pour comprendre les conditions de sécurité de nos démocraties libérales, cette prison a un tunnel qui mène directement au tribunal. Maintenant, il est là, enfermé 23 heures par jour depuis le 11 avril.

Il a du mal à manger en raison du choc émotionnel qu’il a reçu. Nous sommes en train de perdrecet homme. Toute sa brillante résistance contre les mécanismes de l’oppression est sur le point de se briser. Il n’a accès à rien. Un seul avocat peut le voir et il ne reçoit que deux visites par mois. Ce sont des circonstances délirantes contre un homme qui n’a dit que la vérité, qui a dénoncé des criminels contre l’humanité. c’est au-delà de l’indignation, des pleurs, de la colère. C’est grotesque.

Dans le monde, une histoire diffamatoire a été lancée contre lui, comme s’il était l’ennemi des démocraties, le manipulateur lorsqu’il a fait ce qu’il a fait était de dénoncer les crimes.

JB : Nous créons des fantômes qui vont nous hanter. L’un d’eux est Assange. Il reviendra toujours pendant plusieurs décennies pour nous rappeler quelque chose que nous ne devrions jamais oublier. Assange est comme Aaron Swartz, c’est-à-dire l’un de ces dénonciateurs de la violence permanente, mais qui deviennent intangibles ou invisibles dans les médias et les institutions du pouvoir. Soudain, il y a des points de fixation qui révèlent tout. Assange est l’un d’entre eux. Pendant des années, la presse s’est référée à l’affaire Assange, répétant ce que le pouvoir disait : il était accusé de viol, d’être antisémite, d’être un agent des Russes. Mais ces discours sont venus des institutions du pouvoir dans le seul but de délégitimer un dissident politique et n’ont pas été confirmés. Notre propre espace démocratique était totalement incapable de faire ce filtre et de dire non.

Il y a déjà eu six accusations, ça suffit, non ? Il n’y a jamais eu cette réflexion. La presse a perdu sa capacité à produire ses propres informations et répètent ce que leur tranmettent les agences de rensignement. C’est un problème essentiel. La tension créée autour d’Assange est la tension créée autour de l’information. Et l’information est la clé d’une démocratie libérale. La démocratie libérale n’est pas démocratique si nous votons pour A alors que nous croyons voter pour B. La nature de nos régimes politiques est définie à partir de là. Julian Assange est donc un cas essentiel pour vérifier la réalité de la nature de nos systèmes politiques. Soudainement, avec sa radicalité, Assange expose le niveau d’accord et d’intégration qui existe aujourd’hui entre le système politique et le système des médias. Nous nous habituons à des pratiques que nous ne devrions pas accepter. Quand quelqu’un comme Assange arrive et souligne toutes les contradictions, une très forte violence se produit. On dit alors : qu’il faut le d&ésavouer, ce sera un violeur ou un agent des Russes. Il n’y a pas de pensée [critique], pas de conscience. Il y a un sentiment qu’Assange dérange et ne comprend pas pourquoi. Il n’est pas facile de prendre conscience du travail de manipulation réalisé avec Assange. Il est très difficile de résister.

Assange attend toujours un destin cruel. Ils l’ont entouré de nombreux côtés.

JB : Le cas de la plainte suédoise pour viol ne nous concerne pas tellement. Il sait qu’il ne l’a pas fait et le prouvera. Le cas ouvert aux États-Unis est beaucoup plus problématique. Il est accusé de quelque chose qu’il suppose avoir été : être un journaliste et révéler des informations véridiques. Alors oui, la confrontation est plus dure. Mais nous savons déjà une chose à propos de l’année dernière, alors qu’il était prévu qu’il n’y ait aucune persécution contre Assange aux États-Unis. Il y avait un déni général. Il a été accusé d’être impliqué dans un complot par la Suède ou d’être une victime. La preuve de sa persécution a été refusée. Il y avait une très forte violence symbolique, des torrents de suspicion parce qu’Assange les avait dérangés. Maintenant c’est plus clair. Paradoxalement, nous sommes heureux que tout ait été révélé, connu pour avoir été accusé de crimes d’espionnage pouvant aller jusqu’à 175 ans de prison. Adressons-nous maintenant aux juges britanniques et disons-leur qu’ils ne peuvent plus ignorer qu’ils n’enverront personne aux États-Unis pour une condamnation à cinq ans, mais pour la perpétuité. Ils ne peuvent pas maintenant échapper à leurs responsabilités avec cette formule hypocrite qui permet d’une part de respecter la loi et d’autre part de la violer.

Article publié en juin 2019 sur la page 12 de l’Argentine et du Correo del Orinoco du Venezuela.