Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : « Islamophobie » - Ce qui divise la gauche divise aussi le mouvement (...)

France : « Islamophobie » - Ce qui divise la gauche divise aussi le mouvement des femmes

samedi 9 novembre 2019, par siawi3

Source : https://vigilantes2015.wordpress.com/2019/11/09/ce-qui-divise-la-gauche-divise-aussi-le-mouvement-des-femmes/

Ce qui divise la gauche divise aussi le mouvement des femmes

par lesvigilantes15

Agité ce mois de novembre 2019, avec une Marche le 10 contre l’ »islamophobie » et la manifestation du 25 (le 23 à Paris) contre les violences faites aux femmes.

Féministes universalistes et laïques, nous n’irons pas manifester le 10 novembre :

. Parce que les musulmans ne sont pas une race, que des origines ne renvoient pas systématiquement à une religion. Parce que l’antiracisme est une lutte de haute importance qui ne se confond pas avec le prosélytisme religieux développé par l’islam politique.
. Parce que le terme « islamophobie » est une imposture linguistique qui vise à faire taire toute critique d’une religion, l’islam, et étouffer les revendications émancipatrices des femmes, ici en France et partout dans le monde.
. Parce que les initiateurs de cette manifestation viennent de la mouvance des Frères musulmans qui ont la soumission des femmes au coeur de leur projet politique, le voilement des fillettes et des femmes n’étant que l’instrument le plus visible de leur stratégie. Parce que participeront au défilé des islamistes, Frères musulmans ou salafistes. Parce que dans les quartiers où les islamistes s’imposent, les droits des femmes sont en net recul.
. Parce que le féminisme ne se dissout pas dans la convergence des luttes avec des islamistes qui dans leurs prêches appellent les hommes à exercer des violences à l’encontre des femmes qui ne se soumettent pas à leurs lois et volontés.
. Parce que l’instrumentalisation du féminisme au profit d’autres agendas politiques a toujours pour conséquence de renvoyer les droits et libertés des femmes aux calendes grecques.

La participation à cette Marche de nombre d’élus, politiques et intellectuels nous interpelle, mais la participation de femmes qui se revendiquent du féminisme et considérées porte-paroles du mouvement des femmes, nous révulse au plus haut point. Les féministes intersectionnelles et adeptes du relativisme culturel, qui substituent d’autorité le musulman au prolétaire et par voie de conséquence ne s’oppose pas à l’islam politique, ont d’autres objectifs que l’émancipation des femmes, l’égalité F-H et une société affranchie des relations de domination.

Féministes universalistes et laïques, nous participerons aux évènements du 25 novembre contre les violences faites aux femmes, nous l’avons toujours fait et bien avant l’émergence de #Metoo (#NousToutes) mais déplorons la récupération de nos manifestations par des têtes d’affiche islamo-gauchistes, intersectionnelles, relativistes et essentialistes :

Parce que, si nous condamnons toutes les violences faites aux femmes dans nos sociétés patriarcales : violences conjugales et familiales ; harcèlement de rue ; agressions verbales, psychologiques, physiques et sexuelle ; violences obstétricales ; prostitution ; viol, etc.
Nous condamnons également les violences communautaires et religieuses telles que la soumission au père, frère, mari ; les mariages forcés ; les visites gynécologiques de complaisance ; l’incitation au port du voile dés le plus jeune âge ; la contrainte à l’hétérosexualité ; les mutilations génitales (excision…), etc.

La Marche des Femmes aux USA minée par ses divisions, a dû remplacer plusieurs de ses porte-parles dont la militante palestinienne intersectionnelle Linda Sarsour, pour cause d’antisémitisme. La Marche des bonnets roses a perdu de sa force et de sa crédibilité. Nous aurions pu espérer qu’en France, ces divisions insensées du mouvement des femmes nous auraient été épargnées. Force est de constater qu’il n’en est rien. A la Marche du 10 novembre, participeront des figures françaises du Mouvement des femmes, ce qui ne manquera d’affaiblir la Manifestation du 25 novembre et les suivantes.

Pour les féministes universalistes, ces divisions sont redoutables, elles compromettent les acquis et avancées du mouvement des femmes.

Les VigilantEs