Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > En Algérie, les manifestants s’interrogent sur la suite de la (...)

En Algérie, les manifestants s’interrogent sur la suite de la mobilisation

vendredi 10 janvier 2020, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/01/09/en-algerie-les-manifestants-s-interrogent-sur-la-suite-de-la-mobilisation_6025336_3212.html

En Algérie, les manifestants s’interrogent sur la suite de la mobilisation

Après l’élection présidentielle et la mort du général Ahmed Gaïd Salah, certains estiment que descendre dans la rue n’est plus suffisant.

Par Zahra Chenaoui
(Oran, envoyée spéciale)

Assia* a posé une pile de documents sur la table du salon. Cette trentenaire qui vit à Oran, la deuxième ville d’Algérie, s’apprête à lancer son entreprise, créée avec son conjoint, après huit mois de chômage. « Vendredi, j’étais trop fatiguée pour manifester. Je me suis accordé une pause », dit-elle dans un souffle. Le mois de décembre a été éprouvant pour la jeune femme, qui a participé à presque toutes les manifestations du vendredi depuis le début du mouvement de protestation, en février 2019, avec son amie Sofia*, une trentenaire active dans le milieu associatif oranais.

Le jeudi 12 décembre, jour de l’élection présidentielle, ainsi que le lendemain, les jeunes femmes et leurs amis ont voulu manifester. Mais les forces de l’ordre, assistées de brigades d’intervention spéciales, ont empêché les rassemblements à Oran, poursuivi les manifestants dans les rues et procédé à des arrestations et à des interrogatoires musclés dans les commissariats. Les vidéos et les témoignages publiés sur les réseaux sociaux ont provoqué beaucoup d’émoi. « On croyait qu’on était tous pareils, mais j’ai découvert que plein de gens nous en veulent », explique Assia. Dans leur groupe d’amis, l’élection d’Abdelmadjid Tebboune a provoqué une fracture. « Ceux qui ne venaient jamais manifester, au mieux ils se moquent de nous, au pire ils nous insultent », ajoute Sofia.

Pressions administratives et judiciaires

Pour elles, rien n’a vraiment changé malgré les changements institutionnels, les promesses de réformes, le décès du chef d’état-major et homme fort du pays Ahmed Gaïd Salah, le 23 décembre, et la libération provisoire de plusieurs dizaines de manifestants dans les jours suivants. « Ahmed Gaïd Salah était l’homme d’un système qui donne les pleins pouvoirs à l’armée, sans garde-fou. La libération des détenus montre que la justice n’est pas libre. Le combat doit continuer », estime Assia, qui a participé à la manifestation du vendredi 27 décembre au cours de laquelle des participants ont été frappés et insultés par plusieurs dizaines de personnes scandant des slogans favorables à l’armée et au chef d’état-major.

« Cela me conforte dans l’idée que manifester le vendredi n’est plus suffisant, analyse-t-elle. Il faut qu’on s’organise, mais je n’arrive pas à savoir ce que je dois faire. Je sens que j’ai besoin d’être aidée par des personnes plus expérimentées que moi. Se réunir, discuter et confronter nos idées, je pense que ce serait un grand pas et que cela ferait évoluer les choses. »

« Aujourd’hui, au sein de la société civile, il faudrait mettre tout le monde autour d’une table. Mais personne n’ose le faire, parce que ça signifierait prendre position pour le dialogue, et ce n’est pas neutre », se désole la responsable d’une association oranaise. Elle pèse ses mots, estimant qu’un rien peut être facteur de division ou d’accusation au sein d’une société civile qu’elle juge encore fragile. « On n’arrive même pas à se mettre d’accord sur ce qu’on veut », souligne-t-elle. Un autre paramètre entre en jeu. Malgré la libération provisoire, mardi 7 janvier, de Kaddour Chouicha, vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’homme, condamné le 10 décembre à un an de prison ferme, plusieurs acteurs associatifs oranais racontent être la cible de différentes pressions, administratives ou judiciaires.

Syndicats, associations et étudiants

Pourtant, certains continuent de se réunir. Le Collectif de la société civile, qui rassemble des syndicats, des membres de la société civile et des associations, travaille à l’organisation d’une « conférence nationale regroupant tous les acteurs engagés pour le changement », afin d’aller vers une « transition démocratique négociée ». Des étudiants de l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediene, le plus grand campus du pays, ont annoncé, mardi, avoir créé le « Rassemblement estudiantin pour le changement », estimant que, si le mouvement de protestation « est l’unique garant de l’instauration d’une démocratie réelle », il « n’arrive pas à constituer une force de proposition ». Ce collectif appelle à la création de « comités » pour « imposer des mesures politiques ».

Au cœur des débats qui agitent les internautes, les manifestants et les opposants au système politique, se pose la question de l’organisation du mouvement de protestation. Intissar Bendjabellah, 30 ans, militante féministe et docteure en littérature, s’interroge :

« Est-ce que le Hirak n’est pas structuré ou est-ce qu’il est structuré d’une manière que personne n’a imaginée ? L’horizontalité est certainement sa force, car il est plus difficile d’attaquer un bloc soudé. Ce dont je suis certaine, c’est que je vais continuer de manifester. J’avais un but au départ, il n’est pas atteint. »

La jeune femme dit s’être sentie « frustrée » par l’élection présidentielle. Mais ce sentiment s’est atténué et elle affirme qu’autour d’elle, le scrutin a renforcé les déterminations. « Comme si, pour les personnes très impliquées, cela avait donné un nouvel objectif. »

* Les prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des personnes interrogées.