Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : Claire Bretécher, le féminisme dans le dessin

France : Claire Bretécher, le féminisme dans le dessin

mercredi 12 février 2020, par siawi3

Source : https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2716087-20200211-claire-bretecher-feminisme-dessin

Claire Bretécher, le féminisme dans le dessin

BANDE DESSINEE Comment l’autrice de bande dessinée Claire Bretécher, décédée ce lundi à l’âge de 79 ans, a ouvert la voie aux femmes dans le neuvième art

A.D.

Publié le 11/02/20 à 17h01 — Mis à jour le 11/02/20 à 18h16

Image : Claire Bretécher en 2008 et l’un de ses dessins, extrait des « Petits Travers ». — Rita Scoglia - Claire Bretécher - Dargaud

[( L’autrice de bande dessinée Claire Bretécher est décédée ce lundi à l’âge de 79 ans, annoncent ce mardi les éditions Dargaud.
A la fin des années 1960 et 1970, Claire Bretécher s’est imposée dans le monde très masculin de la BD.
Cellulite, Agrippine, Les Mères, Thérèse d’Avila… Ses personnages emblématiques sont des femmes.
« Le féminisme, c’est vraiment la seule chose qui m’intéresse », dit-elle sur Antenne 2 en 1975.)]

« Dans l’Nouvel Obs, elle ne lit que Bretécher », chantait le groupe strasbourgeois Cookie Dingler en 1984 dans leur tube Femme Libérée. Alors qu’on a appris ce mardi le décès de l’autrice de bande dessinée Claire Bretécher à l’âge de 79 ans, retour sur le parcours d’une pionnière, féministe dans le dessin.

Une femme dans un monde d’hommes

« Claire Bretécher fut une pionnière de la conquête, par les femmes, d’une place dans la bande dessinée, forme artistique longtemps exclusivement masculine, souligne le critique de bande dessinée Antoine Guillot à l’antenne de France Culture ce mardi. « Elle était admirable pour cela », confirme à 20 Minutes Isabelle Bastian-Dupleix, commissaire de l’exposition consacrée à Claire Bretécher à la BPI en 2015.

« J’ai fait une anne ?e aux Beaux-Arts de Nantes et je suis venue a ? Paris, car c’e ?tait le seul endroit ou ? je pourrais dessiner. J’ai pas e ?te ? viole ?e, il ne m’arrive pas d’horreur, j’ai gale ?re ? un peu, voila ? ! », a raconté Claire Bretécher en 2015 dans les colonnes de Causette. « Cette petite provinciale est venue à Paris parce qu’elle voulait dessiner. Elle a bataillé. Elle a démarché de nombreuses maisons d’éditions. Elle était très tenace et elle a vécu pauvrement à ses débuts », rappelle Isabelle Bastian-Dupleix.

Au sein de la rédaction de Pilote, en 1969, en cofondant L’Echo des savanes en 1972 (« La chance de ma vie », selon Claire Bretécher), au Nouvel Observateur de 1973 à 1981, au festival d’Angoulême en 1975 et 1982, la sagacité et la férocité de l’illustratrice s’imposent dans le monde presque exclusivement masculin de la bande dessinée. Réservée dans les conférences de rédactions, elle s’impose grâce à son trait corrosif, juste et « très léché ». « Je soigne énormément mes dessins. Je passe beaucoup de temps à ce que ça ait l’air spontané », dit-elle au sujet de son travail sur Antenne 2 en 1975.

« Son entrée dans l’équipe de Pilote l’a servi. Grâce à son humour, très acerbe, elle n’a pas eu de problèmes avec ses collègues dessinateurs », rappelle Isabelle Bastian-Dupleix. Et d’ajouter : « Elle détestait se faire exploiter et elle était déterminée à vivre de son dessin ». C’est ainsi qu’elle va publier ses premiers albums à compte d’auteur.

Une femme qui croque les femmes

Au fil de ses collaborations avec la presse et de ses albums, la dessinatrice donne naissance à des héroïnes emblématiques de la BD française : Cellulite, Agrippine, Les Mères, Thérèse d’Avila, etc. « Je ne sais pas faire fonctionner les personnages masculins. Je ne comprends pas leur mécanique. Tout le monde me dit qu’il n’y a rien à comprendre, mais c’est faux. Il y a quand même des constantes par sexe et par mode de vie », explique la dessinatrice en 2009 à L’Express.

En 1976, le sémiologue Roland Barthes dit d’elle qu’elle est la « meilleure sociologue de l’année ». La libération sexuelle, la maternité, le travail, le couple, la famille, l’adolescence, le rapport au corps et à la féminité, le féminisme… Extrêmement lucide sur les rapports de domination, aucune des luttes des femmes n’échappe à son humour au vitriol. « Elle n’était tendre avec aucun de ses personnages, ni les hommes, ni les femmes, tempère Isabelle Bastian-Dupleix. Elle avait surtout un côté précurseur, elle s’est intéressée au féminisme, parfois en se moquant, à l’homoparentalité à l’époque où ce n’était pas d’actualité. »

Une féministe qui moque les féministes

« Le féminisme, c’est vraiment la seule chose qui m’intéresse en ce moment. Mais, c’est assez difficile parce que moi le militantisme, j’ai horreur de ça », déclare-t-elle sur Antenne 2 en 1975. A la question « Vous sentez-vous féministe ? », Bretécher répond en 2009 à L’Express au passé : « C’était ma tendance, mais l’aspect militant m’a toujours dégoûtée. Jeune, j’étais sur mon pré carré, fallait pas qu’on m’emmerde. » « Elle se défendait d’être militante. C’était une femme jalouse de son indépendance et de sa liberté », analyse de son côté Isabelle Bastian-Dupleix.

Moqueuse avec tout le monde, sa plume rira aussi du féminisme. Dans un gag des Frustrés intitulé « La Femme et la création », elle s’autoparodie au travers Janine Lemercier, seule femme de la sculpto-architecture. Si elle n’a pas été forcément une source d’inspiration directe, elle a donné envie de dessiner à d’autres femmes de Pénélope Bagieu à Dorothée de Monfreid en passant par Catherine Meurisse.

« Plusieurs s’en réclament ! », note Isabelle Bastian-Dupleix. « Catherine Meurisse la considère comme une source d’inspiration et un modèle et se considère comme son héritière », conclut la commissaire qui prépare justement une exposition dédiée à l’autrice du bouleversant album La Légèreté ?, qui se tiendra à la BPI à Paris du 24 juin au 2 novembre. Le relais est passé.

BD : face au tollé, le festival d’Angoulême intègre des femmes dans sa sélection