Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > France : La gauche et la race Réflexions sur les marches de la dignité et les (...)

France : La gauche et la race Réflexions sur les marches de la dignité et les antimouvements décoloniaux

lundi 4 mai 2020, par siawi3

Source : https://gallery.mailchimp.com/924f24f9c0dc14d04deb16250/files/fd6934ee-68fd-4a63-8d59-47b9a767a398/Flyer_La_gauche_et_la_race_version_d%C3%A9finitive.pdf

La gauche et la race
Réflexions sur les marches de la dignité et les antimouvements décoloniaux

Manuel Boucher

ISBN : 978-2-343-16011-5280 pages éd. L’Harmattan

Ce livre est le fruit d’un sentiment d’indignation et de révolte : comment est-il possible que des mouvements et des organisations progressistes défilent derrière des organisations dites « décoloniales » alors que celles-ci crient des slogans aux relents racistes, antisémites et séparatistes ?

Comment est-il possible que des syndicats, mouvements et partis de gauche traditionnellement engagés dans des combats émancipateurs, humanistes et anticléricaux marchent aux côtés de groupes affirmant des alliances avec des groupes politico-religieux ou même défendant, au nom de la lutte contre l’islamophobie, le port du voile islamique ou du voile intégral aussi appelé « burka » alors que ces vêtements sont imposés aux femmes dans plusieurs pays musulmans où règnent des dictatures théologiques ?

Comment est-il possible qu’une partie de la gauche accepte, voire reprenne à son compte un vocabulaire racialiste, raciste et culturaliste, celui de la distinction entre « Blancs », « Noirs » et « Musulmans » contraire aux idées humanistes et universalistes au coeur des combats de la gauche ?

En reconnaissant la grille de lecture exclusivement « raciale » mobilisée par les militants postcoloniaux dans les luttes contre les formes d’oppression et de domination, la gauche ne participe-t-elle pas à remettre en question son identité propre rendant alors celle-ci aveugle à la diversification des formes d’autoritarisme et d’identitarisme au sein des sociétés multiculturelles et postcoloniales ?