Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Au Pakistan, une attaque contre la Bourse de Karachi fait au moins 6 (...)

Au Pakistan, une attaque contre la Bourse de Karachi fait au moins 6 morts

lundi 29 juin 2020, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/29/pakistan-une-attaque-contre-la-bourse-de-karachi-fait-au-moins-6-morts_6044536_3210.html

Au Pakistan, une attaque contre la Bourse de Karachi fait au moins 6 morts

Quatre hommes armés ont pénétré dans la Bourse de la capitale financière. L’attaque a été revendiquée par un groupe indépendantiste de la province voisine du Baloutchistan.

Le Monde avec AFP

Publié aujourd’hui à 09h32, mis à jour à 09h34

Au moins six personnes sont mortes, dont un policier, lorsque quatre hommes armés ont pénétré lundi 29 juin dans la Bourse de Karachi, la capitale financière du Pakistan ; une attaque revendiquée par un groupe indépendantiste de la province voisine du Baloutchistan.

« Quatre gardes et un civil ont été tués », ainsi qu’un policier, « dans une attaque terroriste à la grenade et au fusil » contre la Bourse de Karachi, a déclaré la police dans un communiqué.

La fondation Edhi, la principale organisation de secours à Karachi, a de son côté fait état de 7 morts et 7 blessés, selon son responsable, Faisal Edhi. Les quatre assaillants ont également été tués.

Des attaques désormais rares

L’attaque contre la Bourse de Karachi survient dix jours après qu’une grenade a été lancée sur une file d’attente devant un bureau d’aide sociale, tuant une personne et en blessant huit autres. Aucun groupe n’avait revendiqué cet attentat.

Après une décennie sanglante, durant laquelle les attentats étaient quotidiens, les violences ont très fortement baissé au Pakistan. De telles attaques constituent l’exception quand elles étaient auparavant la norme.

La ville portuaire de Karachi, qui pendant des années a été frappée par une forte criminalité, est désormais beaucoup plus sûre après une reprise en main du territoire par les forces de sécurité.

Le Monde avec AFP