Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > UK : Cinq questions au nouveau leader travailliste Sir Keir Starmer sur ses (...)

UK : Cinq questions au nouveau leader travailliste Sir Keir Starmer sur ses liens avec l’establishment de la sécurité nationale britannique et américaine

samedi 4 juillet 2020, par siawi3

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Source : https://www.legrandsoir.info/cinq-questions-au-nouveau-leader-travailliste-sir-keir-starmer-sur-ses-liens-avec-l-establishment-de-la-securite-nationale.html

18 juin 2020

Cinq questions au nouveau leader travailliste Sir Keir Starmer sur ses liens avec l’establishment de la sécurité nationale britannique et américaine (The Gray Zone)

Matt KENNARD

Le public mérite des réponses sur le nouveau chef de l’opposition britannique et sur ses relations avec les services de sécurité nationale britanniques, notamment le MI5 et le journal Times, sur son ancien rôle dans l’affaire Julian Assange et sur son appartenance à la Commission trilatérale liée aux services de renseignement.

Cher Sir Keir,

Félicitations pour avoir été élu le nouveau chef du Parti travailliste. J’ai fait des recherches sur votre ancien rôle de directeur des poursuites publiques (DPP) pour l’Angleterre et le Pays de Galles. Je vous ai écrit récemment pour vous poser quelques questions, mais je n’ai reçu aucune réponse. Je vous écris donc maintenant une lettre ouverte pour vous poser cinq questions critiques qui, je pense, sont d’intérêt public :

Pourquoi avez-vous rencontré le chef du MI5, le service de sécurité domestique, pour des cocktails informels en avril 2013, l’année après avoir décidé de ne pas poursuivre le MI5 pour son rôle dans la torture ?

Quand et pourquoi avez-vous rejoint la Commission trilatérale et en quoi consiste votre appartenance à ce réseau lié aux services de renseignement ?

De quoi avez-vous discuté avec Eric Holder, alors procureur général des États-Unis, lorsque vous l’avez rencontré le 9 novembre 2011 à Washington DC, alors que vous étiez chargé de l’affaire Julian Assange en tant que procureur général ?

Quel rôle avez-vous joué dans le traitement irrégulier de l’affaire Julian Assange par le Crown Prosecution Service pendant votre période en tant que DPP ?

Pourquoi avez-vous développé une relation aussi étroite avec le journal Times alors que vous étiez le DPP et cette relation existe-t-elle toujours ?

1. Pourquoi avez-vous rencontré le chef du MI5 pour des cocktails l’année suivant votre décision de ne pas poursuivre le MI5 pour son rôle dans la torture ?

En tant que directeur des poursuites publiques (DPP) de Grande-Bretagne de novembre 2008 à octobre 2013, vous aviez la décision finale sur les affaires pénales à poursuivre. Le Crown Prosecution Service (CPS) est censé être indépendant de la police et du gouvernement, y compris des services de sécurité.

En 2010 et de nouveau en 2012, vous avez pris la décision controversée de ne pas inculper un officier du MI5 pour son rôle dans la torture. L’année suivante, votre registre de réception alors que vous étiez à la tête du CPS mentionne, à partir du 16 avril 2013, des « verres » avec Sir Jonathan Evans, qui était alors directeur général du MI5.

La valeur de l’hospitalité que vous avez reçue est indiquée comme « inconnue » et le MI5 n’est pas mentionné, ce qui indique qu’il s’agissait d’une rencontre sociale. Les réunions officielles du DDP sont enregistrées par le CPS séparément sous la rubrique « réunions avec des organisations extérieures », ce qui inclurait le MI5.

Ces cocktails sociaux semblent être inhabituels pour le DPP. J’ai analysé les trois années de registres des réceptions pour la période qui a suivi votre départ du CPS. Ils montrent clairement que votre successeur, le DPP, n’a reçu aucune visite de la part d’un chef des services de renseignement en poste - ni aucune réunion officielle avec lui.

Dans le registre de cette année-là, votre rencontre avec Evans était la seule réception que vous ayez eue et que vous ayez laissée en blanc dans la section qui demande si elle a été acceptée ou non. On ne sait pas si vos réceptions ont été couvertes par le MI5 ou par Evans personnellement. Evans n’a pas répondu aux questions que j’ai posées au sujet de cette réunion.

En novembre 2010, vous avez conclu, en tant que DPP, qu’il n’y avait pas « suffisamment de preuves » pour poursuivre un officier du MI5, connu sous le nom de témoin B, pour son rôle dans la torture du résident britannique Binyam Mohamed.

Jonathan Evans a alors publié une déclaration dans laquelle il déclarait « Je suis ravi qu’après une enquête policière approfondie, le CPS ait conclu que le témoin B n’a pas d’affaire à répondre concernant son interrogatoire de M. Binyam Mohammed. » Il a ajouté : « Je regrette qu’il ait dû endurer ce processus long et difficile. »

Mohamed avait été arrêté à Karachi, au Pakistan, en avril 2002 et avait été interrogé pendant une semaine à l’aide de diverses techniques de torture. Mohamed a déclaré qu’en plus d’être interrogé par ses ravisseurs américains, le témoin B avait également pris part à l’interrogatoire. Il a ensuite été révélé que le MI5 savait qu’il était maltraité avant qu’un officier ne soit envoyé à Karachi pour l’interroger.

Mohamed a ensuite été transporté au Maroc par la CIA et à nouveau interrogé par le témoin B, bien que le MI5 ait déclaré ne pas savoir où il se trouvait dans ce pays d’Afrique du Nord.

Mohamed a finalement passé sept ans à Guantanamo Bay, le centre de détention géré par les États-Unis à Cuba, avant d’être libéré sans charge et de recevoir un dédommagement secret des États-Unis.

Votre décision de ne pas engager de poursuites a été surprenante : il a été rapporté, par exemple, que des télégrammes du MI5 à la CIA ont démontré que des agents des services de renseignement britanniques avaient fourni aux États-Unis des informations sur Mohamed alors qu’il faisait l’objet de tortures au Maroc.

Le soulagement d’Evans était compréhensible. Le rôle du CPS consistait également à tenter de remonter la responsabilité des actions du témoin B plus haut dans la chaîne de commandement du MI5. Il est probable qu’Evans, qui a rejoint le MI5 en 1980, a joué un rôle dans l’affaire Mohamed au fur et à mesure de son déroulement. En septembre 2001, Evans est devenu directeur de la lutte contre le terrorisme international au MI5 et occupait ce poste lorsque Mohamed a été enlevé, torturé et livré par la CIA, avec la participation du MI5.

On ne sait pas si Evans aurait été pénalement responsable si l’accusation avait été portée, mais il a dû par la suite défendre le MI5 contre les accusations de dissimulation dans l’affaire Mohamed après que Lord Neuberger, alors président de la Cour d’appel, eut déclaré qu’il existait une « culture de la répression » au sein de l’agence.

Les allégations faites par Mohamed concernant le rôle du MI6, le service de renseignement extérieur britannique, signifient qu’une « enquête plus large » a continué après votre décision de 2010. Cela inclut de nouvelles allégations d’un autre détenu concernant l’implication britannique dans la torture à la base aérienne de Bagram en Afghanistan.

En janvier 2012, cependant, après 30 mois d’enquête, vous avez décidé de ne pas poursuivre les membres du MI5 ou du MI6 pour leur rôle dans la torture. Vous avez déclaré à l’époque qu’il y avait des preuves montrant que le MI5 « a fourni des informations aux autorités américaines sur Mohamed et a fourni des questions à poser aux autorités américaines à M. Mohamed pendant sa détention ». Mais vous avez également conclu qu’il n’y avait pas « suffisamment de preuves pour établir, selon les normes requises par un tribunal pénal », que des espions avaient fourni des informations alors qu’ils « savaient ou auraient dû savoir qu’il existait un risque réel ou sérieux que M. Mohamed soit exposé à des mauvais traitements assimilables à la torture ».

Evans a quitté le MI5 une semaine après avoir pris un verre avec vous. Le jour suivant le départ d’Evans, vous avez annoncé que vous quitteriez également le CPS. Vous êtes devenu député travailliste lors des élections générales de 2015, alors qu’Evans est maintenant Baron Evans of Weardale après que le Premier ministre David Cameron l’a nommé pair à vie en 2014.

2. Quand et pourquoi avez-vous rejoint la Commission trilatérale ?

Vous êtes membre de la Commission trilatérale, une organisation qui a été créée en 1973 par le milliardaire américain David Rockefeller, qui était alors président et directeur général de la Chase Manhattan Bank. Son objectif déclaré était d’être un « groupe de discussion » pour « favoriser une coopération plus étroite entre le Japon, l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord ». Aujourd’hui, il compte parmi ses membres des personnalités de haut niveau de la sécurité nationale américaine, comme l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger et l’ancien directeur du renseignement national américain, John Negroponte.

Les autres membres sont John M. Deutch, ancien chef de la CIA et Jami Miscik, ancien directeur adjoint. Des documents déclassifiés révèlent que Rockefeller avait des liens étroits avec la CIA. De nombreux géants du monde des affaires américain comme Andrew Liveris, ancien directeur général de Dow Chemical Company, en sont également membres.

La Commission trilatérale comprend également plusieurs personnalités britanniques de premier plan comme Lord Kerr, ancien ambassadeur aux États-Unis, qui siège à son comité exécutif. Un autre membre éminent est Vivienne Cox, qui siège au conseil d’administration de BG Group, la multinationale pétrolière et gazière, et qui a déjà fait partie du conseil d’administration du ministère britannique du développement international. L’ancienne directrice du MI5, Stella Rimington, a déjà siégé au conseil d’administration de BG Group. Brian Gilvary, directeur financier de BP, et Sir John Kingman, président de Legal & General, en sont également membres.

Selon la liste des membres de la Commission trilatérale de l’année dernière, vous êtes le seul parlementaire britannique en exercice à faire partie de la commission. La même liste, cependant, note quatre « anciens membres » qui sont maintenant dans le « service public », dont l’un est également britannique : le député conservateur, Rory Stewart, dont une source de la sécurité a dit au Daily Telegraph qu’il était un officier du MI6 avant de se lancer dans la politique.

La Commission trilatérale a clairement accès au plus haut niveau de l’establishment du renseignement britannique. Lors d’une réunion de la Commission à Londres en 2017, Eliza Manningham-Buller - prédécesseur de Sir Jonathan Evans à la tête du MI5 - a présidé une discussion sur la « cyber sécurité » avec Sir David Omand, ancien directeur du GCHQ, l’agence de surveillance britannique. En 2018, Sir John Scarlett, ancien chef du MI6, a pris la parole lors de la réunion plénière de la Commission trilatérale à Singapour.

La Commission trilatérale est une organisation secrète dont les réunions sont strictement confidentielles. Je n’ai pu trouver aucune mention publique que vous auriez faite de votre appartenance à cette commission.

3. De quoi avez-vous discuté avec le procureur général des États-Unis, Eric Holder, lorsque vous l’avez rencontré le 9 novembre 2011 à Washington DC ?

L’analyse de vos dépenses professionnelles disponibles au Crown Prosecution Service (CPS) au cours des 22 mois allant de janvier 2012 à votre départ en octobre 2013, montre que vous avez effectué cinq voyages professionnels internationaux, dont deux aux États-Unis.

En novembre 2012, vous avez dépensé 6807,59£ pour un billet d’avion en première classe à destination de Washington DC pour une « réunion officielle », mais le registre n’indique pas combien de temps vous avez passé à Washington ni avec qui cette réunion a eu lieu.

En septembre 2013, le mois précédant votre départ du CPS, vous avez dépensé 4085,15£ pour un autre vol en première classe à destination de Washington DC pour une « conférence ». Pendant trois nuits dans la capitale américaine, vous avez dépensé 1050,73£ pour le logement et la nourriture. Je n’ai trouvé aucune trace de la nature de cette conférence ni des personnes que vous avez rencontrées au cours de ce voyage.

J’ai également obtenu des dossiers du gouvernement américain révélant que vous étiez également à Washington DC le 9 novembre 2011 lorsque vous avez rencontré le procureur général des États-Unis, Eric Holder, et cinq autres fonctionnaires du ministère américain de la justice. Était également présent Gary Balch, procureur de liaison du Royaume-Uni aux États-Unis.

À cette époque, le CPS que vous dirigiez s’occupait de l’affaire juridique complexe concernant l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange.

L’année précédant votre rencontre, Holder avait déclaré qu’il avait donné le feu vert pour un certain nombre d’actions non spécifiées dans le cadre d’une enquête criminelle sur WikiLeaks. « J’ai personnellement autorisé un certain nombre de choses la semaine dernière et c’est une indication du sérieux avec lequel nous prenons cette affaire et du plus haut niveau d’implication au sein du ministère de la justice », a-t-il déclaré.

Trois semaines après votre rencontre avec Holder, le procureur général a rencontré la ministre britannique de l’intérieur de l’époque, Theresa May, aux côtés de trois autres membres du personnel du ministère de la justice, dont deux avaient participé à la réunion avec vous.

4. Quel rôle avez-vous joué dans le traitement irrégulier de l’affaire Julian Assange par le CPS ?

Sous votre direction, la gestion par le CPS de la proposition d’extradition d’Assange vers la Suède pour répondre à des questions sur des allégations d’agression sexuelle a été entachée d’irrégularités. La journaliste d’investigation italienne Stefania Maurizi a passé des années dans un long processus juridique avec le CPS pour accéder aux informations sur sa gestion de l’affaire.

Le CPS a admis avoir détruit des e-mails clés relatifs à l’affaire Assange, couvrant pour la plupart la période où vous étiez directeur.

Un avocat du CPS travaillant sous vos ordres a également conseillé aux autorités suédoises de ne pas se rendre à Londres en 2010 ou 2011 pour interroger Assange. Un entretien au Royaume-Uni à cette époque aurait pu éviter l’interminable impasse dans laquelle l’ambassade s’est retrouvée. Le 25 janvier 2011, un avocat de l’unité d’extradition du CPS a envoyé un courriel de mise en garde : « Mon premier conseil reste qu’à mon avis, il ne serait pas prudent que les autorités suédoises essaient d’interroger l’accusé au Royaume-Uni ».

Des documents du CPS montrent également que les procureurs suédois ont tenté d’abandonner la procédure d’extradition contre Julian Assange dès 2013, alors que vous étiez encore le DPP. Un avocat du CPS chargé de l’affaire a commenté un article de 2012 qui suggérait que la Suède pourrait abandonner l’affaire, en disant « Ne vous avisez pas de vous dégonfler !!! »

Votre rôle personnel dans ces délibérations n’est pas connu. La relation, s’il y en a une, entre les États-Unis et le CPS dans l’affaire Assange n’est pas non plus connue.

Le CPS n’a pas été très ouvert sur les informations dont il disposait. En avril 2013, le même mois où vous et Sir Jonathan Evans êtes allés boire un verre, le CPS a rejeté la demande d’Assange concernant les données personnelles qu’il détenait sur lui « en raison des affaires en cours ». Même le GCHQ, la plus grande agence de renseignement du Royaume-Uni, avait accédé à la demande d’Assange pour les informations personnelles qu’il détenait sur lui ; cela a permis de révéler que l’un de ses agents avait qualifié l’affaire suédoise de « coup monté ».

5. Pourquoi avez-vous développé une relation aussi étroite avec le journal Times lorsque vous étiez directeur des poursuites publiques et cette relation existe-t-elle toujours ?

Pendant votre séjour au CPS, vous avez développé une relation particulièrement étroite avec le Times, un journal appartenant à Rupert Murdoch. En l’espace de deux mois en 2011, vous avez accepté l’hospitalité de trois de ses journalistes, rencontrant pour un déjeuner ou des interviews Francis Gibb, Sean O’Neill et David Leppard. En décembre de la même année, vous avez assisté à un cocktail de Noël au Times.

Il n’y a aucune trace que vous ayez accepté l’hospitalité d’un autre journal pendant votre séjour au CPS. En avril 2012, vous avez également rencontré le rédacteur en chef du Times, James Harding, pour discuter des lignes directrices du CPS en matière de poursuites contre les médias, et le mois suivant avec John Witherow, rédacteur en chef du Sunday Times.

Vous avez rencontré Leppard - le journaliste qui a concocté la fameuse histoire frauduleuse sur l’ancien leader travailliste Michael Foot en tant qu’agent d’influence soviétique - lors d’un déjeuner au Pain Quotidien le 2 juin 2011. Six semaines auparavant, le 14 avril 2011, vous aviez déjeuné avec Sean O’Neill.

Alors que vous étiez dans le cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, le Times a joué un rôle clé dans le sabotage de sa tentative de devenir Premier ministre, agissant comme une publication clé pour les fuites des services de renseignement et des militaires en service présentant le leader travailliste comme une menace pour la sécurité nationale. L’ancien chef du MI6, John Scarlett, a rejoint le conseil d’administration du Times en 2010, l’année après avoir quitté le Secret Intelligence Service.

Un scoop du Times, dont votre partenaire de déjeuner Sean O’Neill était le reporter principal, fut publié le 27 février 2016 et intitulé « Comment le leadership fait payer un lourd tribut au »paranoïaque« Corbyn ».

O’Neill et son co-auteur ont organisé des réunions d’information anonymes avec des membres du cabinet fantôme pour brosser le tableau d’un Corbyn accablé et incapable de s’acquitter de sa fonction de leader. « Les membres du cabinet fantôme se plaignent que leurs réunions manquent de structure, de discipline et de direction », ont-ils écrit. Un membre du cabinet fantôme leur a dit à propos de Corbyn : « Il laisse les gens parler, mais cela tourne souvent en rond sans raison. S’il y a une dispute, elle se retrouve dans les médias, mais le plus souvent, la discussion se disperse ».

Quatre mois après la parution de cet article dans le Times, vous avez démissionné du cabinet fantôme de Corbyn, invoquant la « nécessité d’une voix beaucoup plus forte sur les questions critiques » et faisant part de vos « réserves » quant à la direction de Corbyn et la nécessité d’un changement de chef.

À la surprise de beaucoup, vous avez écrit votre premier article dans les médias nationaux après avoir été élu chef du parti travailliste dans le Sunday Times, un article qui n’était accessible qu’en payant.


Matt Kennard est le chef des enquêtes de Declassified UK.

Traduction « un PS version britannique quoi » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles
 » » https://thegrayzone.com/2020/06/05/five-questions-for-new-labour-leade...
URL de cet article 36237