Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Port du foulard : Alliance Citoyenne fait plier une salle de sport à (...)

France : Port du foulard : Alliance Citoyenne fait plier une salle de sport à Lyon

dimanche 26 juillet 2020, par siawi3

Source : https://www.leprogres.fr/societe/2020/07/26/port-du-foulard-alliance-citoyenne-fait-plier-une-salle-de-sport-a-lyon-rhone

Rhône
Port du foulard : Alliance Citoyenne fait plier une salle de sport à Lyon

Les activistes de l’association crient « victoire ». Elles avaient protesté début juillet contre l’interdiction du port du hijab, ce foulard islamique, dans une salle de sport du 3e. L’entreprise vient de modifier son règlement intérieur.

06:00 | mis à jour à 18:39

Lors de la manifestation organisée début juillet à Lyon. Photo Progrès /A-L. WYNAR

Interval a cédé. La salle de sports du 3e arrondissement de Lyon a modifié son règlement intérieur et autorise désormais les « hijabs de sport », une sorte de foulard islamique. Une décision prise à la suite de la mobilisation du collectif Alliance Citoyenne, émanation lyonnaise de l’association grenobloise qui avait lancé une « croisade » pour le port du burkini dans les piscines de la capitale des Alpes.

A lire aussi : Foulard à la salle de sport : « Les soldates de l’islam politique »

« Félicitations à la direction de cette enseigne »

Début juillet, une quarantaine de militantes du collectif, épaulées par des syndicalistes et membres de mouvements féministes, avaient manifesté dans le hall d’entrée, réclamant le droit de porter ce hijab. Après avoir échangé avec l’avocat de l’entreprise, elles ont obtenu gain de cause.

« Félicitations à la direction de cette enseigne qui, suite à notre action, a respecté ses engagements et nous a transmis sa réponse aujourd’hui, certifiant que désormais les hijabs de sport seraient autorisés dans leurs salles », se félicitent-elles sur leur page Facebook.

« C’est un message envoyé aux autres salles de sport qui font la même chose », confiait au Progrès un militant début juillet. Cette action s’inscrit dans une campagne en faveur des « droits civiques des femmes musulmanes ». « C’est un combat que l’on mène au nom de toutes les femmes pour dire : ’’Arrêtez de nous dicter ce que l’on doit porter’’ », assurait Loubna, vêtue elle-même d’un hijab de sport créé par la marque à la virgule.

« La radicalité de ces militantes les enferme aussi dans leurs slogans »

Ce nouveau happening (et ses conséquences) ont fait largement réagir dans la sphère laïque. « Elles s‘arrogent la représentativité de toutes les musulmanes, faisant de leur extrémisme l’islam tout court, comme le font tous les islamistes », s’indigne le blogeur Naëm Bestandji qui dénonce le fond et la méthode employée.

« Au-delà de les enfermer sous un voile, la radicalité de ces militantes les enferme aussi dans leurs slogans. Elles réitèrent celui des « droits civiques des femmes musulmanes ». Elles veulent ainsi réduire et essentialiser toutes les musulmanes à leur sexisme religieux pour faire croire que toutes les musulmanes seraient stigmatisées et visées par un règlement intérieur discriminant. »

Cimanche, la Lyonnaise Michèle Vianès, présidente de l’association Regards de femmes a réagi à cette action du collectif Alliance citoyenne.

À noter que le Défenseur des droits, saisi en 2018 sur une question similaire, a estimé que le règlement intérieur d’une salle de sport faisait preuve de « discrimination indirecte » en interdisant les « couvre-chefs religieux ».

Qui sont ces militants ?

Si l’association existe depuis fin 2012 à Grenoble, l’antenne lyonnaise a été créée il y a un peu plus d’un an à Villeurbanne. L’Alliance citoyenne Grand Lyon avait notamment fait parler d’elle en plaidant pour l’autorisation du burkini dans les piscines municipales l’été dernier.

À lire aussi --- > Pro-burkini, le collectif Alliance citoyenne privé de locaux à Villeurbanne

L’Alliance citoyenne revendique aujourd’hui plus de 300 sympathisants dans le Grand Lyon. Membre d’associations féministes, de syndicats lycéen ou étudiant, de collectifs pour le droit au logement… le collectif réunit des personnes venues d’horizons très divers.

« Il y a eu des élections municipales il n’y a pas longtemps. Peut-être que les nouveaux élus sont favorables à changer le règlement des piscines », lançait un militant début juillet. Plusieurs membres du collectif n’écartent pas de nouvelles actions en faveur des burkinis cet été.