Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > Uncategorised > UK: Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des Audiences

UK: Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des Audiences

Sunday 13 September 2020, by siawi3

Source: https://www.legrandsoir.info/etats-unis-contre-julian-assange-comptes-rendus-des-audiences.html

8 septembre 2020

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des Audiences

JOUR 4 - JOUR 3 - JOUR 2 - JOUR 1 - Cette page est mise à jour au fil de l’eau dans un ordre chronologique inverse (le plus récent en haut)

Suite à un test au Covid 19, l’audience est ajournée jusqu’à lundi.

°

JOUR 4

La grande question après l’audience d’hier était de savoir si l’avocat de l’accusation James Lewis QC continuerait à accuser les témoins de la défense comme un dérangé (spoiler - il le fera), et plus important encore, pourquoi ?

Les représentants des gouvernements cherchent généralement à exercer un contrôle serein et traitent les arguments de défense comme s’ils étaient presque insignifiants, et certainement pas comme une menace concevable pour la pensée majestueuse de l’État. Lewis ressemblait plutôt à un terrier affamé tenu à l’écart d’une saucisse de premier choix par une clôture d’acier dont la fabrication et l’apparence dépassaient de loin son entendement.

Il a peut-être mal aux dents.

PROFESSEUR PAUL ROGERS

Le premier témoin de la défense ce matin était le professeur Paul Rogers, professeur émérite d’études sur la paix à l’université de Bradford. Il a écrit 9 livres sur la guerre contre la terreur, et a été pendant 15 ans responsable des contrats du ministère de la défense sur la formation des forces armées en matière de droit et d’éthique des conflits. Rogers est apparu par liaison vidéo depuis Bradford.

La déclaration complète du professeur Rogers estici.

Edward Fitzgerald QC a demandé au professeur Rogers si les opinions de Julian Assange sont politiques (en rapport avec l’article 4 du traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis qui interdit l’extradition politique). Le professeur Rogers a répondu que “Assange est très clairement une personne ayant des opinions politiques fortes”.

Fitzgerald a ensuite demandé au professeur Rogers d’expliquer la signification des révélations de Chelsea Manning sur l’Afghanistan. Le professeur Rogers a répondu qu’en 2001, les États-Unis s’étaient fortement engagés à faire la guerre en Afghanistan et en Irak. Les premières victoires militaires faciles ont donné le sentiment que la nation s’était “remise sur les rails”. Le premier discours de George W Bush sur l’état de l’Union a eu des airs d’un rassemblement pour la victoire. Mais les révélations de Wikileaks dans les journaux de guerre ayant fait l’objet de fuites ont renforcé l’opinion de certains analystes selon laquelle ce n’était pas une image fidèle, que la guerre en Afghanistan avait mal tourné dès le départ. Cela contredisait la ligne du gouvernement selon laquelle l’Afghanistan était un succès. De même, les preuves publiées par Wikileaks en 2011 ont confirmé très clairement que la guerre en Irak avait mal tourné, alors que le récit officiel des États-Unis était que c’était un succès.

Wikileaks avait par exemple prouvé, à partir des journaux de guerre, qu’il y avait au minimum 15 000 morts civiles de plus que ce qui avait été calculé par le comptage des corps en Irak. Ces révélations de Wikileaks sur les échecs de ces guerres ont contribué en grande partie à la réticence beaucoup plus grande des puissances occidentales à entrer en guerre à un stade précoce.

Selon Fitzgerald, le paragraphe 8 du rapport de Rogers suggère que M. Assange était motivé par ses opinions politiques et faisait référence à son discours aux Nations unies. Son intention était-elle d’influencer les actions politiques des États-Unis ?

Rogers a répondu par l’affirmative. Assange avait déclaré qu’il n’était pas contre les États-Unis et qu’il y avait de bonnes personnes aux États-Unis qui avaient des opinions divergentes. Il espérait manifestement influencer la politique américaine. Rogers a également fait référence à la déclaration de Mairead Maguire qui a proposé la candidature de Julian au prix Nobel de la paix :

« Julian Assange et ses collègues de Wikileaks ont montré à de nombreuses reprises qu’ils sont l’un des derniers médias de la véritable démocratie et leur travail pour notre liberté et notre liberté d’expression. Leur travail en faveur d’une paix véritable en rendant publiques les actions de nos gouvernements, chez nous et à l’étranger, nous a éclairés sur les atrocités qui ont été commises au nom de la soi-disant démocratie dans le monde entier. »

Rogers a déclaré qu’Assange avait une philosophie politique claire et cohérente. Il l’avait notamment exposée dans la campagne du parti Wikileaks pour un siège au Sénat en Australie. Elle est basée sur les droits de l’homme et sur la croyance en la transparence et la responsabilité des organisations. Elle est essentiellement de nature libertaire. Elle ne se limite pas à la transparence du gouvernement, mais englobe également la transparence des entreprises, des syndicats et des ONG. Il s’agissait d’une philosophie politique très claire. Assange a adopté une position politique claire qui ne s’aligne pas sur la politique conventionnelle des partis mais intègre des croyances cohérentes qui ont suscité un soutien croissant ces dernières années.

Fitzgerald a demandé quel était le lien avec l’administration Trump. Rogers a déclaré que Trump était une menace pour Wikileaks car il vient d’une position d’hostilité assez extrême envers la transparence et la responsabilité de son administration. Fitzgerald a suggéré que la nouvelle administration Trump avait démontré cette hostilité envers Assange et son désir de poursuivre en justice. Rogers a répondu que oui, l’hostilité avait été démontrée dans une série de déclarations de tous les membres de l’administration Trump. Elle était motivée par le fait que Trump qualifiait toute information défavorable de “fausse nouvelle”.

Fitzgerald a demandé si la motivation des poursuites actuelles était criminelle ou politique ? Rogers a répondu “la dernière”. Cela fait partie du comportement atypique de l’administration Trump, qui poursuit pour des motifs politiques. Ils considèrent la transparence comme une menace particulière pour cette administration. Cela est également lié à l’aversion obsessionnelle de Trump pour son prédécesseur. Son administration poursuivrait Assange précisément parce qu’Obama n’a pas poursuivi Assange. En arrivant au pouvoir, l’administration de Trump a également été extrêmement ennuyée par la commutation de la peine de Chelsea Manning, une décision qu’elle n’avait pas le pouvoir de révoquer. Pour cela, la poursuite d’Assange pourrait être une vengeance par procuration.

Plusieurs membres de la haute administration avaient préconisé des peines de prison extrêmement longues pour Assange et certains avaient même évoqué la peine de mort, bien que Rogers comprenait que c’était techniquement impossible par la processus actuel.

Fitzgerald a demandé si les opinions politiques d’Assange étaient du type protégé par la Convention sur les réfugiés. Rogers a répondu par l’affirmative. La persécution pour opinions politiques est une raison solide pour demander le statut de réfugié. Les actions d’Assange sont motivées par sa position politique. Enfin, Fitzgerald a ensuite demandé si Rogers voyait une signification politique dans le fait qu’Assange n’ait pas été poursuivi sous Obama. Rogers a répondu par l’affirmative. Cette affaire est manifestement affectée par une motivation politique fondamentale émanant de Trump lui-même.

James Lewis s’est alors levé pour procéder au contre-interrogatoire de l’accusation. Sa première question était « qu’est-ce qu’une opinion politique ? » Rogers a répondu qu’une opinion politique prend une position particulière sur le processus politique et le fait ouvertement. Elle concerne la gouvernance des communautés, des nations jusqu’aux plus petites unités.

Lewis a suggéré que les vues d’Assange englobaient la gouvernance des entreprises, des ONG et des syndicats. Elles ne peuvent donc pas être considérées comme des “opinions politiques”. Rogers a répondu que le domaine du politique, au cours des cinquante dernières années environ, comprend maintenant beaucoup plus que le strict processus gouvernemental. Assange aborde en particulier les relations entre le gouvernement et les entreprises et l’influence de ces dernières sur le gouvernement et la société dans le cadre d’un établissement dirigeant plus large.

Lewis a ensuite demandé « est-ce qu’être journaliste est simplement une personne qui exprime des opinions politiques ? » Rogers a répondu que ce n’était pas nécessairement le cas, qu’il y avait différents types de journalistes. Lewis a ensuite demandé : « Donc, le simple fait d’être journaliste ou éditeur ne signifie pas nécessairement que vous avez des opinions politiques, n’est-ce pas ? » Rogers a répondu « pas nécessairement, mais généralement ». Lewis a ensuite suggéré que l’expression d’une opinion éditoriale était ce qui constituait une opinion politique chez un journaliste. Rogers a répondu que c’était une façon de faire, mais qu’il y en avait d’autres. La sélection du matériel à publier pouvait manifester une opinion politique.

Lewis a ensuite posé une série de questions. La transparence est-elle une opinion politique ? M. Assange est-il d’avis que les gouvernements ne peuvent jamais avoir de secrets ? Cette transparence doit-elle permettre de mettre les individus en danger ? D’autres questions ont été posées.

Rogers a répondu que ces questions ne permettaient pas de réponses binaires.

Lewis a ensuite emmené Rogers au discours d’Assange devant la coalition “Stop the War”, où il a déclaré que l’invasion de la Pologne au début de la Seconde Guerre mondiale était le résultat de mensonges soigneusement concoctés. Le professeur Rogers était-il d’accord avec ce point de vue ? Quelle opinion politique ce point de vue représentait-il ? Rogers a répondu qu’elle représentait une opinion politique forte et un point de vue particulier sur l’origine de la guerre. Lewis cita ensuite un autre commentaire présumé d’Assange, « Les journalistes sont des criminels de guerre » et demanda quelle opinion politique cela représentait. Rogers a répondu qu’il représentait un soupçon de certaines pratiques journalistiques.

Rogers a déclaré qu’il n’avait jamais dit qu’il soutenait ou s’identifiait aux vues d’Assange. Il était en profond désaccord avec certains. Mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit de vues politiques cohérentes.

M. Lewis a ensuite lu une longue citation d’Assange selon laquelle les gouvernements fortement contre la transparence entraîneront toujours plus de fuites, suivies de plus de restrictions, ce qui établirait un cycle. M. Lewis a demandé à Rogers quelle opinion politique cela pouvait représenter. Rogers a répondu que c’était une analyse intéressante du fonctionnement des systèmes hautement autocratiques. Leur souci du secret conduit à une augmentation des fuites qui diminuent leur sécurité. Il n’est pas sûr que ce soit explicite, mais il pense qu’Assange pourrait présenter cela comme un nouveau développement rendu possible par l’Internet. La thèse d’Assange est que les régimes autocratiques portent en eux les germes de leur propre destruction. Ce n’est pas un point de vue traditionnel des politologues, mais il mérite d’être pris en considération.

Lewis a ensuite changé de tactique. Il a déclaré que le professeur Rogers comparaissait en tant que “soi-disant témoin expert” avec l’obligation permanente d’être impartial. Il avait le devoir d’examiner toutes les preuves à l’appui. Le procureur adjoint américain Gordon Kromberg avait présenté une déclaration sous serment niant explicitement toute motivation politique de l’accusation, déclarant qu’elle était fondée sur des preuves. Pourquoi le professeur Rogers n’a-t-il pas mentionné la déclaration de Kromberg dans son rapport ? Un témoin expert impartial prendrait en compte la déclaration de Kromberg.

Rogers a répondu qu’il parlait de son expertise en tant que politologue, et non en tant qu’avocat. Il a reconnu que Kromberg avait fait sa déclaration mais a estimé qu’une vision plus large était plus importante.

Lewis a déclaré que la première déclaration sous serment de Kromberg indiquait que « sur la base des preuves disponibles et du droit applicable, un grand jury avait approuvé les accusations ». Pourquoi Rogers n’avait-il pas mentionné le grand jury ? Rogers a déclaré qu’il avait adopté une vision plus large sur les raisons pour lesquelles il y avait une décision de poursuivre maintenant et non en 2011, pourquoi la déclaration de Kromberg était faite maintenant après un intervalle de huit ans. C’est une anomalie.

Lewis a ensuite demandé « Je veux savoir pourquoi vous n’avez pas pris en compte l’avis contraire. Avez-vous vu les preuves ? » À ce moment-là, il avait un sourire très étrange, regardant le juge, penché en arrière avec un bras large sur le dossier de sa chaise, dans une sorte de geste masculin alpha particulier. Je crois que la liaison vidéo de Rogers ne lui a donné qu’une vue large de toute la salle d’audience, je ne sais donc pas exactement ce qu’il a pu voir du langage corporel de son interlocuteur.

Rogers a dit qu’il avait vu les preuves. Lewis a tourné en rond en triomphant « vous ne pouvez pas avoir vu les preuves . Les preuves n’ont été vues que par le grand jury et n’ont pas été divulguées. Vous ne pouvez pas avoir vu les preuves ». Rogers s’est excusé, et a dit qu’il avait compris que Lewis considérait la déclaration sous serment de Kromberg comme la preuve. Rogers a poursuivi en disant qu’il y a moins de 24 heures, il avait reçu une liasse de 350 pages de preuves. Il était injuste d’attendre de lui qu’il ait une image mentale précise de chaque document.

Lewis est ensuite revenu sur une déclaration sous serment de Gordon Kromberg, selon laquelle les procureurs disposent d’un code qui les empêche de prendre des décisions motivées par des considérations politiques. Rogers a répondu que c’était peut-être vrai en théorie, mais que c’était faux en pratique, en particulier aux États-Unis où un pourcentage beaucoup plus élevé de hauts fonctionnaires du ministère de la justice étaient des personnes nommées pour des raisons politiques qui changeaient avec chaque administration. Lewis a demandé à Rogers s’il alléguait que les procureurs ne suivaient pas le code défini par Kromberg. Rogers a répondu qu’il fallait tenir compte de la motivation de ceux qui, au-dessus des procureurs, influençaient leurs décisions. « Ce que vous me donnez est une représentation juste de la façon dont les procureurs fédéraux sont censés faire leur travail. Mais ils travaillent selon les directives de ceux qui sont au-dessus d’eux ».

Lewis a répété que le code exclut toute motivation politique pour les poursuites. Rogers prétendait-il que Gordon Kromberg était de mauvaise foi ? Rogers répondit que non, mais qu’il agissait sous une direction politique. Le moment de cette mise en accusation, après huit ans, était la clé. Lewis a demandé si cela avait de l’importance si un crime avait été commis. Il a fait référence aux poursuites historiques des soldats qui auraient commis des crimes en Irlande du Nord il y a plus de vingt ans. Est-ce une motivation politique qui a conduit à de nouvelles poursuites maintenant ? Rogers a répondu qu’il s’agissait plutôt de mauvaise foi.

Lewis a demandé si Rogers comprenait pour quoi Assange était poursuivi. Était-il poursuivi pour avoir publié la vidéo du meurtre collatéral ? Rogers répondit que non, les accusations étaient plus précises et concernaient principalement la loi sur l’espionnage. Lewis a déclaré que la majorité des accusations étaient axées sur la complicité de vol et le piratage informatique. Rogers a répondu qu’il y avait manifestement une question politique plus large quant à la raison pour laquelle des actes étaient commis en premier lieu. Lewis a déclaré que sur la question de la publication, les accusations ne concernaient que les noms non expurgés des sources. Rogers a déclaré qu’il comprenait que c’était ce que l’accusation disait, mais que la défense n’était pas d’accord. Mais la question restait posée : pourquoi cette affaire est-elle portée devant les tribunaux maintenant ? Et vous ne pouviez considérer cela que du point de vue de l’évolution de la politique américaine au cours des vingt dernières années.

Lewis a demandé à Rogers de confirmer qu’il ne disait pas que les procureurs américains étaient de mauvaise foi. Rogers a répondu qu’il espérait que ce ne serait pas le cas, à ce niveau. Lewis a demandé si la position de Rogers était qu’à un niveau plus élevé, il y avait eu une décision politique de poursuivre. Rogers a répondu par l’affirmative. Il s’agit de questions complexes. Elle était régie par les développements politiques aux États-Unis depuis 1997 environ. Il souhaitait en parler... Lewis lui a coupé la parole et a dit qu’il préférait examiner les preuves. Il a cité un article du Washington Post datant de 2013, dans lequel il était dit que l’administration Obama n’avait pris aucune décision formelle de ne pas poursuivre Assange (c’est le même article que Lewis avait cité hier à Feldstein, sur lequel Edward Fitzgerald l’avait rappelé à l’ordre pour une citation sélective). Rogers a répondu oui, mais cela doit être considéré dans un contexte plus large.

Lewis a de nouveau refusé de laisser Rogers développer ses preuves, et a donné les citations de l’équipe juridique d’Assange, toujours telles qu’elles ont été données hier à Feldstein, selon lesquelles en 2016 ils n’avaient pas été informés que les charges avaient été abandonnées. Rogers a répondu que c’était exactement ce à quoi on pouvait s’attendre de Wikileaks à l’époque. Ils ne savaient pas et devaient être prudents.

Lewis : Acceptez-vous qu’il y ait eu une enquête continue d’Obama aux administrations Trump.
Rogers : Oui, mais nous ne savons pas à quel niveau d’intensité.
Lewis : Acceptez-vous qu’il n’y ait pas eu de décision de ne pas poursuivre par Obama
Rogers : Il n’y a pas eu de décision de poursuite.
Lewis : Comment pouvaient-ils pu engager des poursuites alors qu’Assange était à l’ambassade ?
Rogers : Cela n’empêcherait pas d’engager des poursuites et de porter des accusations. Cela pourrait être un moyen de faire pression sur l’Équateur.
Lewis : L’avocat d’Assange a déclaré que l’administration Obama n’avait pas décidé de ne pas engager de poursuites.
Rogers : Je comprends qu’il n’y ait pas eu de décision de ne pas poursuivre. Mais il n’y a pas eu de poursuites et cela a été envisagé.
Lewis : Le juge Mehta a déclaré qu’une enquête était en cours sur d’autres personnes que M. Manning. Et Wikileaks a tweeté la volonté d’Assange de venir aux États-Unis pour faire face aux accusations si Manning obtenait la clémence.
Rogers : De toute évidence, Assange et son avocat ne pouvaient pas être sûrs de la situation. Mais il faut comprendre que faire venir Julian Assange aux États-Unis pour un procès important d’une personne qui était perçue par de nombreux partisans de Trump et par les partisans potentiels de Trump comme un ennemi de l’État, pourrait être d’un intérêt politique crucial pour M. Trump.

Lewis a alors répondu que Rogers n’était pas un véritable expert et qu’il « avait donné une opinion biaisée en faveur de Julian Assange ».

Edward Fitzgerald (avocat de la défense – Ndt] a ensuite réexaminé le professeur Rogers pour la défense. Il a déclaré que M. Lewis avait semblé voir quelque chose de sinistre dans la déclaration de M. Assange selon laquelle l’invasion de la Pologne et la Seconde Guerre mondiale avaient été déclenchées par des mensonges. À quels mensonges le professeur Rogers pensait-il que M. Assange faisait référence ? Rogers répondit qu’il pensait aux mensonges du régime nazi. Fitzgerald a demandé si c’était juste. Rogers répondit que oui.

Fitzgerald a lu le contexte de la déclaration d’Assange qui a également fait référence aux mensonges qui ont déclenché la guerre en Irak. Rogers a convenu que les mensonges menant à la guerre étaient un thème politique constant d’Assange. Fitzgerald a ensuite invité Rogers à résumer brièvement les conséquences du changement d’administration américaine. Rogers a déclaré que sous Trump, le discours des politiciens de haut niveau sur Wikileaks avait changé.

L’administration Bush avait considéré la guerre en Irak comme essentielle, avec le soutien de la plupart des Américains. Ce point de vue avait progressivement changé jusqu’à ce qu’Obama gagne essentiellement sur un programme de “retrait d’Irak”. De même, la guerre en Afghanistan avait été considérée comme gagnable, mais l’establishment politique a progressivement changé d’avis. Ce changement de point de vue était en partie dû à Wikileaks. En 2015/2016, la politique américaine a cessé de se préoccuper des guerres et il n’y avait plus d’intérêt politique à poursuivre Wikileaks.

Puis Trump est arrivé avec une toute nouvelle attitude à l’égard de l’ensemble du quatrième pouvoir et la transparence et de la responsabilité de l’exécutif. Ce qui conduit à ces poursuites. Fitzgerald a orienté Rogers vers un article du Washington Post qui disait

« Le désaccord non divulgué auparavant au sein du ministère de la Justice souligne la nature lourde et les enjeux élevés des efforts déployés depuis des années par le gouvernement pour contrer Assange, un éditeur de l’ère Internet qui a déclaré à plusieurs reprises son hostilité à la politique étrangère et aux opérations militaires américaines. L’affaire Assange illustre également la volonté de l’administration Trump d’aller plus loin que ses prédécesseurs dans la poursuite des auteurs de fuites - et de ceux qui publient des secrets officiels. »

Rogers a convenu que cela soutenait sa position. Fitzgerald s’est ensuite enquis de la comparaison faite par Lewis avec les poursuites engagées contre des soldats britanniques pour des crimes historiques en Irlande du Nord. Rogers a convenu que leurs poursuites n’étaient en rien liées à leurs opinions politiques, et que les cas n’étaient donc pas comparables. Le dernier point de Rogers est que quatre mois après l’entrée en fonction de Barr en tant que procureur général, les charges ont été augmentées d’un seul à dix-huit. C’était une indication assez claire de la pression politique exercée sur le système des poursuites.

TREVOR TIMM

Le témoin de l’après-midi était Trevor Timm, co-fondateur de l’Association pour la liberté de la presse à San Francisco, toujours par liaison vidéo. Vous pouvez voir sa déposition complète ici. La Freedom of the Press Association enseigne et soutient le journalisme d’investigation et cherche à documenter et à contrer les violations de la liberté des médias aux États-Unis.

M. Timm a déclaré qu’il existe aux États-Unis une riche histoire de journalistes célèbres couvrant les questions liées à la défense et aux affaires étrangères en s’appuyant sur des documents classifiés. En 1971, la Cour suprême avait décidé que le gouvernement ne pouvait pas censurer la publication des documents du Pentagone par le NYT. Il y a eu plusieurs cas au cours de l’histoire où le gouvernement a envisagé d’utiliser la loi sur l’espionnage pour poursuivre des journalistes, mais aucune poursuite ne s’est jamais concrétisée en raison des droits constitutionnels du premier amendement.

Pour la défense, Mark Summers a fait savoir à M. Timms que c’était l’affaire de l’accusation : Chelsea Manning avait commis un crime en dénonçant des abus. Donc tout acte qui aide Chelsea Manning ou qui sollicite du matériel est également un crime. M. Timm a répondu que ce n’était pas la loi. C’était une pratique courante pour les journalistes de demander aux sources des documents classifiés. Les implications de cette poursuite criminaliseraient tout journaliste recevant des renseignements classifiés. Pratiquement tous les journaux des États-Unis ont critiqué cette décision de poursuivre pour ces motifs, y compris ceux qui se sont opposés aux activités générales de Wikileaks.

C’était la seule tentative d’utiliser la loi sur l’espionnage contre une personne non employée par le gouvernement, à l’exception de l’affaire AIPAC, qui s’était effondrée pour cette raison. De nombreux grands journalistes auraient été ciblé par ce genre de poursuites, y compris Woodward et Bernstein [Watergate -NdT] pour avoir travaillé avec [le dénonciateur anonyme qui se faisait appeler... NdT] Deep Throat.

Summers s’est enquis de la qualification par l’accusation de la mise à disposition d’une boîte de dépôt par Wikileaks à un dénonciateur comme une conspiration criminelle. Timm a répondu que l’accusation considère la possession d’une boîte de dépôt sécurisée comme une infraction pénale. Mais le Guardian, le Washington Post, le New York Times et plus de 80 autres organisations de presse disposent de boîtes de dépôt sécurisées. Le Comité international des journalistes d’investigation dispose d’une boîte de dépôt avec une page spécifique “donnez nous vos fuites” demandant des documents classifiés. La fondation de Timms a développé en 2014 une boîte de dépôt sécurisée qu’elle a enseignée et qui a été adoptée par de nombreuses organisations de presse aux États-Unis.

M. Summers a demandé si les organisations de presse faisaient la promotion de leurs boîtes de dépôt. Timm a répondu par l’affirmative. Le New York Times propose des liens vers sa boîte de dépôt sécurisée dans ses publications sur les médias sociaux. Certains ont même fait de la publicité payante pour des dénonciateurs. M. Summers a demandé quelle était la “liste des informations les plus recherchées” [une liste qui circulait sur Internet et devait supposément prouver la culpabilité de Wikileaks – NdT] , que le ministère public a qualifiée de sollicitation criminelle. Timm a répondu que de nombreuses organisations de presse respectables sollicitaient activement des dénonciateurs. La liste des “plus recherchés” était un document Wiki qui avait été diffusé à grande échelle. Il ne s’agissait pas d’un document Wikileaks. Sa propre fondation y a contribué avec de nombreuses autres organisations de médias. M. Summers a demandé s’il s’agissait d’une activité criminelle. Timm a répondu par la négative.

Summers a demandé à Timm d’exposer ses réflexions sur le rapport de la commission sénatoriale du renseignement sur la torture en 2014. Timm a déclaré que ce rapport vital et accablant sur l’implication de la CIA dans la torture avait été largement expurgé et qu’il était basé sur des milliers de documents classifiés non accessibles au public. La quasi-totalité des médias a donc été impliquée dans la recherche de ces documents classifiés qui révèlent une plus grande partie de l’histoire. Une grande partie de ce matériel était classé Top Secret - plus haut que le matériel de Manning. De nombreux journaux ont lancé un appel aux dénonciateurs pour qu’ils fournissent des documents et il a lui-même publié un appel à cet effet dans The Guardian.

Summers a demandé si on avait déjà suggéré à Timm qu’il s’agissait d’un comportement criminel. Timm a répondu que non, la croyance universelle était qu’il s’agissait du premier amendement protégeant la liberté d’expression. L’acte d’accusation actuel est inconstitutionnel.

James Lewis [accusation] a ensuite contre-interrogé le témoin. Il a déclaré qu’il s’agissait d’une opinion d’expert, mais Timm savait-il ce que cela signifiait en droit britannique ? Timm a déclaré qu’il avait l’obligation d’expliquer sa qualification et de dire la vérité. Lewis a répondu qu’il était également censé être objectif, impartial et ne pas avoir de conflit d’intérêts [note – La juge qui supervise ce procès a refusée de se récuser pour conflit d’intérêt alors que son mari et son fils sont impliqués dans les révélations de Wikileaks - NdT]. Mais la Free Press Foundation avait contribué au fonds de défense d’Assange. Lewis a demandé combien ? Timm a répondu 100 000 dollars US.

Lewis a demandé s’il y avait des conditions dans lesquelles la Fondation pourrait récupérer son argent. Timm a répondu que non, pas à sa connaissance. Lewis a demandé si Timm se sentirait personnellement menacé si cette affaire devait faire l’objet de poursuites. Timm a répondu que cela représenterait une menace pour plusieurs milliers de journalistes. La loi sur l’espionnage a été si largement rédigée qu’elle constituerait même une menace pour les acheteurs et les lecteurs de journaux contenant des informations ayant fait l’objet de fuites.

Lewis a déclaré que Timm avait témoigné qu’il avait écrit en faveur d’une fuite de matériel de la CIA. Craignait-il d’être lui-même poursuivi ? Timm a répondu que non, qu’il n’avait pas demandé à ce que le matériel soit divulgué à lui-même. Mais cette poursuite était une menace réelle pour des milliers de journalistes représentés par son organisation.

Lewis a déclaré que la position de l’accusation est qu’Assange n’est pas un journaliste. Timm a répondu qu’il est journaliste. Être journaliste ne signifie pas travailler pour les médias traditionnels. Il y a une longue histoire juridique qui remonte aux pamphlétaires à l’époque de l’Indépendance.

Ce contre-interrogatoire ne se passe pas très bien, et Lewis cherche encore une fois à obtenir la déclaration sous serment de Gordon Kromberg comme couverture de confort. Kromberg avait juré que le ministère de la Justice prenait au sérieux la protection des journalistes et que Julian Assange n’était pas un journaliste. Kromberg avait également juré que Julian Assange n’était poursuivi que pour conspiration en vue d’obtenir illégalement du matériel et pour avoir publié des noms non censurés d’informateurs qui risquaient de mourir. Le gouvernement fait tout son possible pour souligner qu’il ne poursuit pas le journalisme.

Timm a répondu qu’il s’était basé sur ce que disait l’acte d’accusation, et non sur le communiqué de presse du ministère de la Justice dont Lewis avait pris connaissance. Trois de ces accusations ont trait à la publication. Les autres accusations portent sur la possession de matériel. Lewis a déclaré que Timm n’avait pas compris l’allégation de piratage informatique qui était au centre du premier chef d’accusation et de plusieurs autres chefs d’accusation. Lewis a cité un article de la Law Review of New York Law School, qui disait qu’il était illégal pour un journaliste d’obtenir du matériel provenant de l’épave d’un avion écrasé, d’une mise sur écoute illégale ou d’un vol, même si le but était la publication. Ne serait-il pas illégal de conspirer avec une source pour commettre un piratage informatique ?

Timm a répondu que dans ce cas, l’allégation semblait être que le piratage visait à protéger l’identité de la source, et non à voler des documents. La protection des sources était une obligation.

Lewis a ensuite demandé à Timm s’il avait vu les preuves réelles qui soutiennent l’accusation. Timm n’a répondu que partiellement, en particulier le script des messages prétendument échangés entre Assange et Manning. Lewis a déclaré que Timm ne pouvait pas avoir vu toutes les preuves car elles n’avaient pas été publiées. Timm a répondu qu’il n’avait pas dit avoir tout vu. Il a vu les prétendus messages Assange/Manning qui ont été publiés.

Lewis a déclaré qu’Assange avait publié des documents non censurés qui mettaient des vies en danger. C’était l’accusation précise. Timm a répondu que, si l’affirmation était vraie, l’accusation était toujours inconstitutionnelle. Il y a une différence entre responsable et irresponsable, et légal et illégal. Un acte peut être irresponsable, voire blâmable, et pas illégal.

Il n’y a jamais eu de poursuites pour publication des noms des informateurs, même lorsqu’ils auraient été mis en danger. Suivant la ligne officielle concernant le préjudice causé aux informateurs précisément en raison de la publication des câbles par Wikileaks, le sénateur Joe Liebermann avait introduit le projet de loi Shield Bill au Congrès. Il a échoué précisément pour des raisons liées au premier amendement. L’épisode nous apprend deux choses : premièrement, le Congrès a considéré que la publication des noms des informateurs n’était pas illégale et, deuxièmement, il n’a pas non plus voulu la rendre illégale.

Lewis a cité un éditorial du Guardian condamnant la publication de noms, et a déclaré que le Washington Post, le New York Times, El Pais et Der Spiegel, parmi beaucoup d’autres, l’avaient également condamnée. Timm a répondu que cela ne rendait toujours pas la publication illégale. Le gouvernement américain ne devrait pas être l’arbitre de la justesse ou non d’une décision éditoriale. M. Timm a également estimé qu’il était utile de noter au passage que tous les médias dont les opinions étaient si importantes pour Lewis avaient condamné la tentative actuelle de poursuites judiciaires.

Lewis a demandé pourquoi nous devrions préférer l’opinion de Timm à celle des tribunaux. Timm a répondu que son opinion était conforme à celle des tribunaux. D’innombrables décisions rendues au cours des siècles ont confirmé le Premier amendement. C’est l’acte d’accusation qui n’était pas en accord avec les tribunaux. La Cour suprême avait expressément déclaré qu’il n’y avait pas d’argument de préjudices dans les affaires relatives au Premier amendement.

Lewis a demandé à Timm quelle était sa qualification pour commenter les questions juridiques. Timm a répondu qu’il était diplômé de la faculté de droit et qu’il avait été admis au barreau de New York, mais qu’au lieu de pratiquer, il avait travaillé sur l’analyse académique des affaires de liberté des médias. La Fondation s’est souvent associée à des litiges en faveur de la liberté des médias, sur une base bénévole.

Lewis a déclaré (sur un ton d’incrédulité) que Timm avait déclaré que cette poursuite faisait partie de la “guerre de Trump contre le journalisme”. Timm a coupé court. Oui, a-t-il expliqué, nous gardons une trace de la guerre de Trump contre le journalisme. Il a envoyé plus de 2 200 tweets attaquant des journalistes. Il a qualifié les journalistes d’“ennemis du peuple”. Il y a beaucoup de matériel disponible à ce sujet.

Lewis a demandé pourquoi Timm n’avait pas noté que le procureur adjoint américain Gordon Kromberg avait spécifiquement nié qu’il y avait une guerre contre les journalistes ? Timm a répondu qu’il avait abordé ces arguments dans son témoignage, sans toutefois faire spécifiquement référence à Kromberg. Lewis a déclaré que Timm n’avait pas non plus abordé l’affirmation de Kromberg selon laquelle Assange n’est pas accusé simplement d’avoir reçu des documents classifiés. Timm a répondu que c’est parce que l’affirmation de Kromberg est inexacte. Assange est en effet accusé de délits englobant la réception passive. Si on examine le 7ème charge, par exemple, et la législation sur lequel il s’appuie, on constate qu’il criminalise précisément la réception passive et la possession.

Lewis a demandé pourquoi Timm avait omis la référence de Kromberg à la décision du grand jury ? Timm a répondu que cela signifiait très peu : 99,9% des grands jurys sont d’accord pour renvoyer l’accusé devant les tribunaux. Une étude académique portant sur 152 000 grands jurys a révélé que seuls 11 d’entre eux avaient refusé la demande d’un procureur fédéral de poursuivre.

Lewis a demandé à Timm pourquoi il avait omis de mentionner que Kromberg affirmait qu’un procureur fédéral ne peut pas tenir compte de considérations politiques. Timm a répondu que cela ne reflétait pas la réalité. Les poursuites judiciaires n’étaient qu’un des nombreux volets de la guerre du président Trump contre le journalisme. Lewis a demandé si Timm disait que Kromberg et ses collègues étaient de mauvaise foi. Timm répondit que non, mais le Washington Post avait publié un article selon lequel des procureurs fédéraux plus expérimentés s’étaient opposés aux poursuites, les considérant comme contraires au premier amendement et donc inconstitutionnelles.

Mark Summers a ensuite été réexaminé pour la défense. Il a déclaré que Kromberg présente deux motifs pour lesquels Assange n’est pas journaliste. Le premier est qu’il a conspiré avec Manning pour obtenir des documents confidentiels. Timm a répondu que cette culture d’une source était une activité journalistique de routine. L’acte d’accusation est exclu par le premier amendement. La Cour suprême a décidé que même si un journaliste sait que du matériel est volé (mais pas par lui), il peut quand même publier en bénéficiant de la protection du Premier amendement.

Summers a interrogé Timm sur la comparaison faite par Lewis entre le contact d’Assange avec Manning et le vol dans une épave d’avion ou l’écoute illégale. Timm a déclaré que cette infraction présumée n’avait pas atteint ce niveau. Le gouvernement n’allègue pas qu’Assange lui-même a aidé Manning à voler le matériel. Il prétend qu’il a aidé à craquer un code qui a permis à Manning de mieux protéger son identité.

M. Lewis a interrompu son discours en citant longuement l’une des déclarations sous serment de M. Kromberg, selon laquelle le gouvernement alléguait maintenant qu’Assange avait aidé M. Manning à pirater un mot de passe afin de faciliter l’obtention d’informations classifiées. Timm a déclaré une fois de plus que la déclaration sous serment de Kromberg ne semblait pas correspondre à l’acte d’accusation réel. Il y est affirmé que le piratage du mot de passe “pourrait avoir rendu plus difficile l’identification de Manning”. Il s’agit de protection des sources, pas de vol. La protection des sources est une activité journalistique normale.

Summers a déclaré que la deuxième justification de Kromberg pour affirmer qu’Assange n’est pas un journaliste est qu’il a publié les noms des sources. Timm a répondu qu’il comprenait que ces faits étaient contestés, mais qu’en tout état de cause, la Cour suprême avait clairement indiqué que cette publication bénéficiait toujours de la protection du Premier amendement. Un choix éditorial controversé n’a pas fait de vous un “non journaliste”.

Summers a demandé à Timm s’il acceptait la caractérisation de Kromberg selon laquelle Assange n’était poursuivi que pour piratage informatique présumé et publication de noms. Timm a répondu que non. Les chefs d’accusation 16, 17 et 18 concernaient la publication. Tous les autres chefs d’accusation concernaient la possession. Le chef d’accusation 7, par exemple, concernait “la réception et l’obtention illégales en connaissance de cause”. Cela décrit la réception passive d’informations classifiées et criminaliserait une grande partie de l’activité journalistique légitime. D’énormes pans de la défense, de la sécurité nationale et des affaires étrangères seraient criminalisés.

MES COMMENTAIRES

Ces deux derniers jours, la défense a tenté de démontrer de manière rationnelle qu’il s’agit d’une poursuite à motivation politique et qu’elle n’est donc pas éligible aux termes du traité d’extradition conclu entre le Royaume-Uni et les États-Unis en 2007 (extrait pertinent illustré ci-dessus).

Lors de l’ouverture des débats en février dernier, l’accusation avait avancé un argument franchement farfelu selon lequel l’article 4 du traité ne s’applique pas car incompatible avec le droit britannique, et un argument d’esto selon lequel l’activité d’Assange n’est pas politique car, en droit, ce mot ne peut signifier que le soutien à un parti particulier. D’où l’affrontement de Lewis sur ce point avec le professeur Rogers aujourd’hui, dans lequel Lewis était bien loin de son niveau.

La principale tactique de Lewis a été l’impolitesse et l’agressivité pour déconcerter les témoins. Il met en doute leur honnêteté, leur équité, leur indépendance et leurs qualifications. Aujourd’hui, sa tactique d’intimidation a été utilisée par deux personnes plus compétentes que lui. Ce n’est pas une critique du professeur Feldstein d’hier, dont la dignité tranquille et le souci ont été efficaces d’une manière différente pour exposer Lewis comme un rustre.

La dernière tactique de Lewis consiste à se rabattre sur les déclarations sous serment de Gordon Kromberg, procureur adjoint des États-Unis, et sur ses déclarations selon lesquelles l’accusation n’est pas motivée par des raisons politiques, ainsi que sur la caractérisation par Kromberg de l’étendue des accusations, que tous les autres, sauf Lewis et Kromberg, trouvent incohérente par rapport à l’acte d’accusation qui le remplace.

Les témoins s’éloignent, à juste titre, du défi lancé par Lewis de traiter Kromberg de menteur, voire de mettre en doute sa bonne foi. Le plan de Lewis est très clairement de déclarer à la fin que tous les témoins ont accepté la bonne foi de Kromberg et qu’il s’agit donc d’une poursuite équitable et que la défense n’a pas d’argument.

Je peux peut-être vous aider. Je n’accepte pas la bonne foi de Kromberg. Je n’hésite pas à traiter Kromberg de menteur.

Lorsque la meilleure chose que votre collègue qui vous soutient le plus peut dire à votre sujet, c’est que les islamophobes déclarés jouissent d’une popularité temporaire au lendemain d’un attentat terroriste, alors il y a un vrai problème. Il y a un vrai problème avec Gordon Kromberg, et Lewis pourrait bien en venir à regretter d’avoir reposé le poids de la crédibilité de toute son affaire sur une telle base.

Kromberg a une histoire répétée de remarques islamophobes, y compris à propos des femmes musulmanes. Comme l’a rapporté le Wall Street Journal le 15 septembre 2008,

“Kromberg a été très critiqué récemment pour ses commentaires et ses tactiques dans les poursuites pour terrorisme”... a déclaré Andrew McCarthy, un ancien procureur fédéral pour le terrorisme. “Tant que rien n’explose, ils diront que vous êtes islamophobe. Mais quand quelque chose explose, si le prochain 11 septembre se produit, que Dieu vienne en aide à quiconque n’aura pas été aussi agressif que Gordon [Kromberg]”.

Pour les lecteurs britanniques, Kromberg est l’équivalent de Katie Hopkins dans le domaine juridique. Rappelez-vous cette image chaque fois que Lewis s’appuie sur Gordon Kromberg.

Plus précisément, tous les témoins experts ont jusqu’à présent déclaré que le précieux mémorandum de Kromberg expliquant la portée de l’acte d’accusation sont inexacts. Il est en contradiction soit avec la pratique réelle aux États-Unis (l’avocat Clive Stafford Smith a fait cette remarque), soit avec les statuts réels auxquels il se réfère (les avocats Trevor Timm et bien sûr Mark Summers pour la défense font tous deux cette remarque).

Il est essentiel de noter que Kromberg a déjà montré une habitude à détourner la loi comme ici. C’est également le cas du Wall Street Journal :

« Le juge fédéral Leonie M. Brinkema s’en est pris au procureur [Kromberg], qualifiant sa remarque d’insultante. Auparavant, elle avait réprimandé Kromberg pour avoir modifié une ordonnance d’immunité passe-partout au-delà des termes énoncés par le Congrès et s’était demandé si les droits constitutionnels d’Arian avaient été violés.

“Je ne vous attribue en aucun cas de mauvaises intentions ou quoi que ce soit de clandestin, mais je pense qu’il est vraiment effrayant et peu judicieux pour un procureur de fournir une ordonnance à la Cour qui ne suit pas le langage explicite des statuts, en particulier ce statut particulier”, a déclaré Brinkema lors de l’audience dans la salle d’audience d’Alexandrie. »

La prochaine fois que Lewis demandera à un témoin s’il met en doute la bonne foi de Kromberg, il voudra peut-être répondre “oui”. Ce ne sera certainement pas la première fois. Comme l’a déclaré aujourd’hui Trevor Timm, les procureurs principaux du ministère de la Justice se sont opposés à cette poursuite, la jugeant inconstitutionnelle, et ont refusé d’être impliqués. Trump s’est retrouvé avec cette racaille de droite discréditée. Nous voici maintenant à l’Old Bailey, avec un Lewis en détresse qui s’accroche à ce gros tas de Kromberg pour le soutenir intellectuellement.

https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/09/your-man-in-the-public...

Le Compte-Rendu de Craig Murray (plusieurs jours)

CLIVE STAFFORD SMITH

Ce matin, nous sommes allés directement à la déposition de #CliveStaffordSmith, un avocat britannique/américain ayant la double nationalité et autorisé à exercer au Royaume-Uni. Il a fondé Reprieve en 1999, à l’origine pour s’opposer à la peine de mort, mais après 2001, il s’est diversifié dans les affaires de torture, de détention illicite et de restitution extraordinaire en relation avec la “guerre contre le terrorisme”.
Clive Stafford Smith a témoigné que la publication des câbles par Wikileaks avait été d’une grande utilité pour les litiges au Pakistan contre les frappes illégales de drones. Comme le dit le témoignage de Clive :

“86. L’une de mes motivations pour travailler sur ces affaires était que la campagne américaine de drones semblait être horriblement mal gérée et qu’elle avait pour conséquence que des informateurs payés donnaient de fausses informations sur des personnes innocentes qui étaient ensuite tuées lors des frappes. Par exemple, lorsque j’ai partagé le podium avec Imran Khan lors d’une”jirga“avec les victimes des frappes de drones, j’ai dit dans mes remarques publiques que la salle contenait probablement une ou deux personnes à la solde de la #CIA. Ce que je n’ai jamais deviné, c’est que non seulement c’était vrai, mais que l’informateur ferait plus tard une fausse déclaration sur un adolescent ayant participé à la jirga, de sorte que lui et son cousin ont été tués lors d’une attaque de drone trois jours plus tard. Nous savions, d’après le communiqué de presse officiel qui a suivi, que les”renseignements“donnés aux États-Unis impliquaient quatre”militants“dans une voiture ; nous savions, d’après sa famille, que seuls lui et son cousin allaient chercher une tante. Il y a une règle assez constante que l’on peut voir à l’œuvre ici : il est, bien sûr, beaucoup plus sûr pour un informateur de faire une déclaration sur quelqu’un qui n’est”personne", que sur quelqu’un qui est vraiment dangereux.

87. Ce genre d’action horrible provoquait une immense colère, faisant chuter le statut de l’Amérique au Pakistan, et rendait la vie plus dangereuse pour les Américains, et non moins dangereuse.

Une action en justice s’appuyant sur des preuves, révélées par Wikileaks, de la politique américaine de frappe par drones avait conduit à un jugement contre l’assassinat par le juge en chef du Pakistan et à un changement radical de l’attitude du public face aux frappes de drones au Waziristan. L’un des résultats a été l’arrêt des attaques de drones au Waziristan.

Wikileaks a également révélé les efforts diplomatiques des Etats-Unis pour bloquer les enquêtes internationales sur les cas de torture et de restitutions extraordinaires [enlèvements - NdT]. Cela va à l’encontre de l’obligation légale des États-Unis de coopérer aux enquêtes sur les allégations de torture, comme le prévoit l’article 9 de la Convention des Nations unies contre la torture.

Stafford Smith a poursuivi en disant qu’un document méconnu publié par Wikileaks était la JPEL, ou Joint Priority Effects List de l’armée américaine pour l’Afghanistan, en grande partie une liste de cibles d’assassinat. Cela révèle un mépris impitoyable envers la légalité des actions et une attitude puérile à l’égard du meurtre, avec des surnoms puériles donnés aux personnes ciblées pour assassinat, certains surnoms employés semblent indiquer que des agents britanniques ou australiens ont participé à la rédaction de la liste.

Stafford Smith a donné l’exemple de Bilal Abdul Kareem, citoyen et journaliste américain qui a fait l’objet de cinq tentatives d’assassinat différentes aux ÉtatsUnis, à l’aide de missiles Hellfire tirés par des drones. Stafford Smith était engagé dans un litige en cours à Washington sur la question de savoir si “le gouvernement américain a le droit de cibler ses propres citoyens qui sont journalistes pour les assassiner”. [voir article dans le Grand Soir - NdT]

Stafford Smith a ensuite parlé de Guantanamo et de l’émergence de preuves que de nombreux détenus là-bas ne sont pas des terroristes mais ont été enlevés en Afghanistan en vertu d’un système de paiement de primes. Les “Detainee Assessment Briefs” publiés par Wikileaks n’étaient pas des informations indépendantes mais des dossiers internes du gouvernement américain contenant les pires allégations que les États-Unis avaient réussi à “concocter” contre des prisonniers, y compris les clients de Stafford Smith, et les faisaient souvent avouer sous la torture.

Ces documents étaient des allégations du gouvernement américain et lorsque Wikileaks les a publiés, il a pensé pour la première fois que c’était le gouvernement américain qui les avait fuités pour discréditer les accusés. Ces documents ne pouvaient pas constituer une menace pour la sécurité nationale.

A l’intérieur de Guantanamo, un noyau de six détenus sont devenus informateurs et ont été utilisés pour faire de fausses allégations contre d’autres détenus. Stafford Smith a déclaré qu’il était difficile de les blâmer - ils essayaient de sortir de cet endroit infernal comme tout le monde. Le gouvernement américain a révélé l’identité de ces six personnes, ce qui en dit long sur leur souci de protéger les informateurs dans le cadre de leurs accusations contre Wikileaks.

Clive Stafford Smith a déclaré qu’il avait été “profondément choqué” par les crimes commis par le gouvernement américain contre ses clients. Ces crimes comprennent la torture, l’enlèvement, la détention illégale et le meurtre. Le meurtre d’un détenu à l’aéroport de Baghram en Afghanistan avait été justifié comme une technique d’interrogation autorisée pour faire peur aux autres détenus. En 2001, il n’aurait jamais cru que le gouvernement américain aurait pu faire de telles choses.

Stafford Smith a parlé de l’utilisation de techniques de l’Inquisition espagnole, comme le strapado, ou la pendaison par les poignets jusqu’à ce que les épaules se disloquent lentement. Il a raconté les tortures subies par Binyam Mohammed, un citoyen britannique à qui on coupait les parties génitales quotidiennement avec une lame de rasoir. Le gouvernement britannique s’est soustrait à ses obligations légales envers Binyam Mohammed et, afin de le discréditer, a communiqué à la BBC la déclaration qu’il avait été forcé d’avouer sous la torture .

A ce moment, Baraitser est intervenue pour prévenir qu’il ne restait plus que 5 minutes de la “guillotine” de 30 minutes pour le témoignage oral de Stafford Smith. Interrogé par MarkSummers pour la défense sur l’aide apportée par Wikileaks, Stafford Smith a déclaré que de nombreux documents divulgués révélaient des enlèvements illégaux, des restitutions et des tortures et avaient été utilisés lors de procès. La Cour pénale internationale vient d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre en Afghanistan, dans laquelle la décision de Wikileaks de divulguer des documents a joué un rôle.

Mark Summers a demandé quelle avait été la réponse du gouvernement américain à l’ouverture de cette enquête de la CPI. Clive Stafford Smith a déclaré qu’un décret avait été pris pour sanctionner tout citoyen non américain qui coopérerait avec l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre commis par les Etats-Unis ou qui en ferait la promotion. Il a suggéré que M. Summers serait désormais soumis à une sanction américaine pour avoir posé ces questions.

Les 30 minutes de M. Stafford Smith sont maintenant écoulées. Vous pouvez lire l’intégralité de sa déclaration ici. Le premier témoin n’aurait pas pu donner un exemple plus clair de la raison pour laquelle tant de temps a été consacré hier à essayer d’empêcher les témoins de la défense d’être entendus. Le témoignage de Stafford Smith était époustouflant et illustrait clairement l’objectif de la guillotine temporelle sur les témoins de la défense [la Juge Baraitser a limité le temps d’expression des témoins de la défense à 30mn - NdT]. Ce n’est pas un sujet que les gouvernements souhaitent voir largement diffusé.

James Lewis [accusation] QC a ensuite contre-interrogé Clive Stafford Smith au nom de l’accusation. Il a noté que les références à Wikileaks dans le témoignage écrit de Stafford Smith étaient peu nombreuses. Il a suggéré que les preuves de Stafford Smith avaient tendance à soutenir que les divulgations de Wikileaks étaient dans l’intérêt public ; mais il n’y avait spécifiquement aucune défense d’intérêt public autorisée dans le UK Official Secrets Act.

Stafford Smith a répondu que c’était peut-être le cas, mais il savait que ce n’était pas le cas en Amérique.

Lewis a ensuite déclaré que dans le témoignage écrit de Stafford Smith, aux paragraphes 92-6, il avait énuméré des câbles Wikileaks spécifiques qui concernaient la divulgation de la politique en matière de drones. Mais la publication de ces câbles particuliers ne faisait pas partie de l’acte d’accusation. Lewis a lu une partie d’une déclaration sous serment de l’assistant du procureur américain Kromberg, selon laquelle Assange n’était inculpé que pour des câbles contenant la publication de noms d’informateurs.

Stafford Smith a répondu que Kromberg pouvait le dire, mais que dans la pratique, ce ne serait pas le cas aux États-Unis. L’accusation est celle de conspiration, et la manière dont ces accusations sont définies dans le système américain permettrait d’inclure le plus grand nombre de preuves possible. Le premier témoin au procès serait un “expert en terrorisme” qui dresserait un tableau large et approfondi de l’histoire de la menace contre les États-Unis.

Lewis a demandé si Stafford Smith avait lu l’acte d’accusation. Il a répondu qu’il avait lu le précédent acte d’accusation, mais pas le nouvel acte d’accusation qui le remplace.

Lewis a déclaré que les câbles cités par Stafford Smith avaient été publiés par le Washington Post et le New York Times avant d’être publiés par Wikileaks. Stafford Smith a répondu que c’était vrai, mais il a compris que ces journaux les avaient obtenus de Wikileaks. Lewis a ensuite déclaré que le Washington Post et le New York Times n’étaient pas poursuivis pour avoir publié les mêmes informations ; comment la publication de ces documents pourrait-elle donc être pertinente dans cette affaire ?

Lewis cita à nouveau Kromberg :

“Le seul cas dans lequel l’acte d’accusation qui remplace l’acte d’accusation englobe la publication de documents, est celui où ces documents contiennent des noms de personnes mises en danger”.

Stafford Smith a de nouveau répondu que, dans la pratique, ce n’était pas ainsi que l’affaire se déroulerait aux États-Unis. Lewis demande si Stafford Smith traite Kromberg de menteur.

A ce moment, Julian Assange s’est écrié depuis le banc des accusés : “C’est absurde. Le premier chef d’accusation répète tout au long une”conspiration pour publier". Après un bref ajournement, Baraitser prévient Julian qu’il sera renvoyé du tribunal s’il interrompt à nouveau la procédure.

Stafford Smith a déclaré qu’il n’avait pas dit que Kromberg était un menteur, et qu’il n’avait pas vu le document complet que Lewis lui citait de manière sélective. Le chef d’accusation #1 de l’acte d’accusation est la conspiration pour obtenir des informations relatives à la sécurité nationale et il est fait référence à la diffusion au public dans un sous-paragraphe. Cela ne se limite pas à ce que suggère Kromberg et son affirmation ne correspond pas à l’expérience de Stafford Smith sur la manière dont les procès pour atteinte à la sécurité nationale se déroulent aux États-Unis.

Lewis a réitéré que personne n’était poursuivi pour publication à l’exception d’Assange, et cela ne concernait que la publication de noms. Il a ensuite demandé à Stafford Smith s’il avait déjà occupé un poste de responsabilité dans la classification d’informations, ce à quoi il a obtenu une réponse négative. Lewis a ensuite demandé s’il avait déjà été en position officielle de déclassifier des documents. Stafford Smith a répondu par la négative, mais il était titulaire d’une habilitation de sécurité américaine lui permettant de voir des documents classifiés relatifs à ses affaires, et avait souvent demandé à ce que des documents soient déclassifiés.

Stafford Smith a déclaré que l’affirmation de Kromberg selon laquelle l’enquête de la CPI constituait une menace pour la sécurité nationale était absurde [j’avoue que je ne sais pas d’où vient cette affirmation ni pourquoi Stafford Smith l’a soudainement abordée]. Lewis a suggéré que la question du préjudice causé à l’intérêt national américain par les activités d’Assange était mieux décidée par un jury aux États-Unis. L’accusation devait prouver le préjudice causé aux intérêts des États-Unis ou l’aide apportée à un ennemi des États-Unis.

Stafford Smith a déclaré qu’au-delà de l’adoption par le gouvernement de la torture, de l’enlèvement et de l’assassinat, il pensait que la manie de sur-classifier des informations gouvernementales après 2001 était une menace encore plus grande pour le mode de vie américain. Il a rappelé son client Moazzam Begg - les preuves de la torture de Moazzam ont été classées “secrètes” au motif que le fait de savoir que les États-Unis utilisaient la torture porterait atteinte aux intérêts américains.

Lewis a ensuite s’est ensuite intéressé à un passage du livre “Wikileaks ; Inside Julian Assange’s War on Secrecy”, dans lequel Luke Harding déclare que David Leigh et lui-même sont très soucieux de protéger les noms des informateurs, mais que Julian Assange a déclaré que les informateurs afghans sont des traîtres qui méritent d’être punis. “Ils étaient des informateurs, donc s’ils ont été tués, ils l’ont mérité.” Lewis a essayé à plusieurs reprises d’impliquer Stafford Smith dans cette affaire, mais Stafford Smith a déclaré à plusieurs reprises qu’il comprenait que ces faits présumés étaient contestés et qu’il n’avait aucune connaissance personnelle.

Lewis a conclu en répétant une fois de plus que l’acte d’accusation ne couvrait que la publication de noms. Stafford Smith a déclaré qu’il mangerait son chapeau si c’était tout ce qui était présenté au procès.

En réexamen, Mark Summers a déclaré que Lewis avait qualifié la divulgation de la torture, du meurtre et de l’enlèvement comme étant “dans l’intérêt public”. Cette description était-elle suffisante ? Stafford Smith a répondu que non, il s’agissait également de fournir des preuves de crimes, de crimes de guerre et d’activités illégales.

Summers a demandé à Stafford Smith d’examiner l’acte d’accusation en tant qu’avocat américain (Stafford Smith l’est) et de voir s’il était d’accord avec la caractérisation de Lewis selon laquelle elle ne couvrait que les publications où des noms étaient révélés. Summers a lu à haute voix cette partie de l’acte d’accusation remplaçante et souligne le “et” qui fait que les documents mentionnant des noms ne forment pas une catégorie à part et font bien partie des catégories énumérées précédemment. Vous pouvez lire l’acte d’accusation complet ici ; soyez prudent en parcourant ce site car il existe des actes d’accusation antérieurs ; le gouvernement américain change son acte d’accusation dans cette affaire à peu près aussi souvent que Kim Kardashian change de sac à main.

Summers a également indiqué que les chefs d’accusation 4, 7, 10, 13 et 17 ne se limitent pas à la désignation des informateurs.

Stafford Smith a de nouveau répété son point de vue assez différent, à savoir qu’en pratique, l’affirmation de Kromberg ne correspond pas vraiment à la manière dont ces affaires se déroulent aux États-Unis de toute façon. En réponse à une autre question, il a répété que le gouvernement américain avait lui-même communiqué les noms de ses informateurs de Guantanamo Bay.

En ce qui concerne le passage cité de David Leigh, Summers a demandé à Stafford Smith “Savez-vous que M. Harding a publié des contre-vérités dans la presse”. Lewis s’y est opposé et Summers a retiré sa question (bien que cela soit certainement vrai).

Ceci conclut le témoignage de Clive Stafford Smith. Avant le témoin suivant, Lewis a fait valoir au juge qu’il était incontestable que le nouvel acte d’accusation ne concernait que la publication des noms des accusés. Baraitser avait répondu que cela était clairement contesté et que l’affaire serait débattue en temps utile.

LE PROFESSEUR MARK FELDSTEIN

L’après-midi a repris le témoignage du professeur MarkFeldstein, commencé sporadiquement lundi au milieu de pépins techniques. C’est pourquoi je n’ai pas encore signalé le faux départ ; je le présente ici comme un seul et même témoignage. La déposition complète du professeur Feldstein se trouve ici.

Le professeur Feldstein est titulaire de la chaire de journalisme de radiotélévision à l’université du Maryland et a vingt ans d’expérience en tant que journaliste d’investigation.

Feldstein a déclaré que les fuites d’informations classifiées se produisent couramment aux États-Unis. Les fonctionnaires du gouvernement le font fréquemment. Une étude universitaire a estimé que ces fuites se comptaient par “milliers”. Il y avait des journalistes spécialisés dans la sécurité nationale qui ont reçu des prix Pulitzer pour avoir reçu de telles fuites sur des questions militaires et de défense. Les informations divulguées sont publiées quotidiennement.

Feldstein a déclaré que “le premier amendement protège la presse, et il est essentiel que le premier amendement le fasse, non pas parce que les journalistes sont privilégiés, mais parce que le public a le droit de savoir ce qui se passe”. Historiquement, le gouvernement n’a jamais poursuivi un éditeur pour avoir publié des secrets ayant fait l’objet d’une fuite. Il avait poursuivi des dénonciateurs.

Il y a eu des tentatives historiques de poursuivre des journalistes individuels, mais toutes n’ont abouti à rien et toutes ont été une attaque spécifique contre un ennemi présidentiel perçu. Feldstein a énuméré trois cas de tentatives de ce type, mais aucun n’a été porté devant un grand jury.

[C’est ici que la technologie a fait défaut lundi. Nous reprenons maintenant avec mardi après-midi].

Mark Summers a interrogé le professeur Feldstein sur l’affaire Jack Anderson. Feldstein a répondu qu’il avait fait des recherches à ce sujet pour son livre “Poisoning the Press”. Nixon avait prévu de poursuivre Anderson en vertu de la loi sur l’espionnage mais avait été informé par son procureur général que le premier amendement rendait la chose impossible. En conséquence, Nixon avait mené une campagne contre Anderson qui comprenait des diffamations contre les homosexuels, l’installation d’un espion dans son bureau et la falsification de documents sur lui. Il avait même été question d’un complot d’assassinat par le poison.

Summers a abordé le témoignage de Feldstein sur des articles de journaux “Blockbuster” basés sur les publications de Wikileaks :

Une vidéo troublante de soldats américains tirant sur une foule depuis un hélicoptère au-dessus de Bagdad, tuant au moins 18 personnes ; les soldats riaient en prenant pour cible des civils non armés, dont deux journalistes de Reuters.

Les responsables américains ont recueilli des preuves détaillées et souvent macabres qu’environ 100 000 civils ont été tués après l’invasion de l’Irak, contrairement aux affirmations publiques de l’administration du président George W. Bush, qui minimisait le nombre de morts et insistait sur le fait que de tels chiffres n’était pas crédibles. Environ 15.000 meurtres de civils n’avaient jamais été divulgués auparavant.

Les forces américaines en Irak fermaient régulièrement les yeux lorsque le gouvernement soutenu par les États-Unis brutalisait les détenus, les soumettant à des coups, des fouets, des brûlures, des chocs électriques et la sodomie.

Après la publication par WikiLeaks de récits compilés par des diplomates américains sur la corruption rampante du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali et de sa famille, les manifestations de rue qui ont suivi ont forcé le dictateur à fuir en Arabie saoudite. Lorsque les troubles en Tunisie se sont étendus à d’autres pays du Moyen-Orient, WikiLeaks a été largement salué comme un catalyseur clé de ce “printemps arabe”.

En Afghanistan, les États-Unis ont déployé une unité secrète de forces spéciales “noires” pour traquer les chefs talibans “de grande valeur” afin de les “tuer ou les capturer” sans procès.

Le gouvernement américain a étendu la collecte de renseignements secrets par ses diplomates aux Nations unies et à l’étranger, en ordonnant à des envoyés de recueillir les numéros de cartes de crédit, les horaires de travail et les numéros de vol fréquents des dignitaires étrangers - érodant ainsi la distinction entre les agents du service extérieur et les espions.

Le roi Abdallah d’Arabie saoudite a secrètement imploré les États-Unis de “couper la tête du serpent” et d’empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires, alors même que les donateurs privés saoudiens étaient la première source de financement des groupes terroristes sunnites dans le monde.

Les douaniers ont surpris le vice-président de l’Afghanistan en train de transporter 52 millions de dollars en espèces inexpliqués lors d’un voyage à l’étranger, un exemple parmi d’autres de la corruption endémique aux plus hauts niveaux du gouvernement afghan que les États-Unis ont contribué à soutenir.

Les États-Unis ont libéré des “combattants ennemis à haut risque” de leur prison militaire de Guantanamo Bay, à Cuba, qui ont ensuite réapparu sur les champs de bataille du Moyen-Orient. Dans le même temps, les prisonniers de Guantanamo qui se sont avérés inoffensifs - comme un villageois afghan de 89 ans souffrant de démence sénile - ont été maintenus en captivité pendant des années.

Les responsables américains ont classé le service de renseignement pakistanais comme une organisation terroriste et ont découvert qu’il avait comploté avec les talibans pour attaquer les soldats américains en Afghanistan - même si le Pakistan reçoit plus d’un milliard de dollars par an en aide américaine. Le président civil du Pakistan, Asif Ali Zardari, a confié qu’il avait un contrôle limité pour arrêter cela et a exprimé sa crainte que sa propre armée puisse “m’éliminer”.

Feldstein a reconnu que beaucoup de ces événements avaient révélé des actes criminels et des crimes de guerre, et qu’ils constituaient des sujets importants pour les médias américains. Summers a interrogé Feldstein sur le fait qu’Assange était accusé d’avoir sollicité des informations classifiées. Feldstein a répondu que la collecte d’informations classifiées est une “procédure opérationnelle standard” pour les journalistes. “Toute ma carrière a consisté à solliciter des documents ou des dossiers secrets”

Summers a souligné qu’une des accusations était qu’Assange avait aidé Manning à couvrir ses traces en cassant un mot de passe. “Essayer d’aider à protéger votre source est une obligation journalistique” a répondu Feldstein. Les journalistes fournissent aux sources des téléphones, de faux comptes de courrier électronique et les aident à supprimer leurs empreintes digitales, réelles ou numériques. Ce sont des techniques journalistiques standard, enseignées dans les écoles de journalisme et les ateliers.

Summers s’est enquis de la divulgation des noms et du préjudice potentiel pour les personnes. Feldstein a répondu que c’était “facile à affirmer, difficile à établir”. Les réclamations des gouvernements concernant les dommages causés à la sécurité nationale sont régulièrement exagérées et doivent être traitées avec scepticisme. Dans le cas des documents du Pentagone, le gouvernement avait affirmé que la publication permettrait d’identifier les agents de la CIA, de révéler les plans militaires et de prolonger la guerre du Vietnam. Ces affirmations se sont toutes révélées fausses.

Sur les bandes audio de la Maison Blanche, Nixon avait été enregistré disant à ses assistants de “se payer” le New York Times. Il a déclaré que leurs publications devraient être “présentées en termes d’aide et de confort pour l’ennemi”.

Summers s’est interrogé sur l’attitude de l’administration Obama à l’égard de Wikileaks. Feldstein a déclaré qu’il n’y avait eu aucune poursuite après les principales publications de Wikileaks en 2010/11. Mais le département de la justice d’Obama avait lancé une “enquête agressive”. Cependant, ils ont conclu en 2013 que le Premier Amendement rendait toute poursuite impossible. Le porte-parole du ministère de la Justice, Matthew Miller, avait écrit qu’ils pensaient que ce serait un dangereux précédent qui pourrait être utilisé contre d’autres journalistes et publications.

Avec l’administration Trump, tout avait changé. Trump avait déclaré qu’il souhaitait “mettre les journalistes en prison”. Pompeo lorsque le chef de la CIA avait qualifié Wikileaks d’“agence de renseignement hostile”. Sessions avait déclaré que la poursuite d’Assange était “une priorité”.

James Lewis s’est ensuite levé pour contre-interroger Feldstein. Il a adopté une approche particulièrement hautaine et agressive, et a commencé par demander à Feldstein de se limiter à des réponses très courtes et concises à ses questions précises. Il a déclaré que Feldstein “prétendait être” un témoin expert, et avait signé pour affirmer qu’il avait lu les règles de procédure pénale. Pourrait-il dire à la Cour ce que ces règles disent ?

Cela avait clairement pour but de faire trébucher Feldstein. Je suis sûr que j’ai dû accepter les termes et conditions de WordPress pour pouvoir publier ce blog, mais si vous me défiez en me rappelant ce qu’ils disent, je vais avoir du mal. Cependant, Feldstein n’a pas hésité, mais il est revenu directement en disant qu’il les avait lues, et qu’elles étaient assez différentes des règles américaines, stipulant l’impartialité et l’objectivité.

Lewis a demandé quelle était l’expertise de Feldstein. Feldstein a répondu la pratique, la conduite et l’histoire du journalisme aux États-Unis. Lewis a demandé si Feldstein était légalement qualifié. Feldstein répondit que non, mais qu’il ne donnait pas d’avis juridique. Lewis a demandé s’il avait lu l’acte d’accusation. Feldstein a répondu qu’il n’avait pas lu le dernier acte d’accusation.

Lewis a déclaré que Feldstein avait déclaré qu’Obama avait décidé de ne pas engager de poursuites alors que Trump l’avait fait. Mais il était clair que l’enquête s’était poursuivie depuis les administrations Obama et Trump. Feldstein a répondu par l’affirmative, mais le fait est qu’il n’y a pas eu de poursuites sous Obama.

Lewis a fait référence à un article du Washington Post que Feldstein avait cité dans son témoignage et inclus dans ses notes de bas de page, mais dont il n’avait pas joint de copie. “Est-ce parce qu’il contenait un passage que vous ne souhaitez pas que nous lisions ?” Lewis a déclaré que Feldstein avait omis la citation selon laquelle “aucune décision formelle n’avait été prise” par l’administration Obama, et une référence à la possibilité de poursuites pour des activités autres que la publication.

Feldstein était manifestement un peu secoué par l’accusation de distorsion portée par Lewis. Il a répondu que son rapport indiquait que l’administration Obama n’avait pas engagé de poursuites, ce qui était vrai. Il avait noté l’article en bas de page ; il n’avait pas pensé qu’il devait également en fournir une copie. Il a fait preuve de sélection éditoriale en citant l’article.

Lewis a déclaré que, d’après d’autres sources, un juge avait déclaré au tribunal de district qu’une enquête était en cours et le juge de district Mehta avait déclaré que d’autres poursuites contre des personnes autres que Manning étaient envisagées. Pourquoi Feldstein n’avait-il pas inclus cette information dans son rapport ? L’avocat d’Assange, Barry J Pollock, avait déclaré “nous n’avons pas été informés s’ils veulent clore l’enquête ou ont décidé de ne pas engager des poursuites”. Ne serait-il pas juste d’ajouter cela à son rapport ?

Le professeur Feldstein a répondu qu’il serait difficile de convaincre M. Assange et ses avocats que les poursuites ont été abandonnées, mais nous savons qu’aucune nouvelle information n’a été portée devant le Grand Jury en 2015/16.

Lewis a déclaré qu’en 2016, Assange avait proposé de se rendre aux États-Unis pour faire face aux accusations si Manning bénéficiait de la clémence. Cela ne montre-t-il pas que l’administration Obama avait l’intention de porter des accusations ? Cela n’aurait-il pas dû figurer dans son rapport ? Feldstein a répondu que non, car cela n’était pas pertinent. Assange n’était pas en mesure de savoir ce que faisait le ministère de la Justice d’Obama. Les témoignages ultérieurs des initiés du ministère de la justice d’Obama ont été beaucoup plus précieux.

Lewis a demandé si l’administration Obama avait décidé de ne pas engager de poursuites, pourquoi le Grand Jury resterait-il ouvert ? Feldstein a répondu que cela arrivait très fréquemment. Cela pouvait être pour de nombreuses raisons, notamment pour collecter des informations sur les présumés co-conspirateurs, ou simplement dans l’espoir d’obtenir de nouvelles preuves.

Lewis a suggéré que le plus que Feldstein pourrait honnêtement dire est que l’administration Obama avait laissé entendre qu’ils ne poursuivraient pas pour des informations obtenues passivement, mais cela ne s’étendait pas à une décision de ne pas poursuivre pour piratage informatique avec Chelsea Manning. “Si Obama n’a pas décidé de ne pas engager de poursuites, et que l’enquête s’est poursuivie sous l’administration Trump, alors votre diatribe contre Trump tombe à plat.”

Lewis a poursuivi en disant que le “problème du New York Times” [thèse selon laquelle si on poursuivait Assange et Wikileaks, il faut le faire aussi pour le New York Times - NdT] n’existait pas car le NYT n’avait publié que des informations qu’il avait reçues passivement.

Contrairement à Assange, le NYT n’avait pas conspiré avec Manning pour obtenir illégalement les documents. Le professeur Feldstein convient-il que le premier amendement ne défend pas un journaliste contre une accusation de cambriolage ou de vol ? Feldstein a répondu qu’un journaliste n’est pas au-dessus de la loi. Lewis a ensuite demandé à Feldstein si un journaliste avait le droit de “voler ou d’obtenir illégalement des informations” ou de “pirater un ordinateur pour obtenir des informations”. Chaque fois, Feldstein a répondu “non”.

Lewis a ensuite demandé si Feldstein acceptait que Bradley (sic) Manning ait commis un crime. Feldstein a répondu “oui”. Lewis a ensuite demandé “Si Assange a aidé et encouragé, consulté ou fourni ou participé à un complot avec Bradley Manning, n’a-t-il pas commis un crime ? Feldstein a répondu que cela dépendait de certains”détails".

Lewis a ensuite réaffirmé qu’il n’y avait aucune allégation selon laquelle le NYT aurait conspiré avec Bradley Manning, seulement avec Julian Assange. Sur l’acte d’accusation, seuls les chefs d’accusation 15, 16 et 17 concernent la publication et ceux-ci ne concernent que la publication de documents non expurgés. Le New York Times, le Guardian et le Washington Post s’étaient unis pour condamner la publication par Wikileaks de câbles non censurés contenant des noms. Lewis a ensuite lu à nouveau la même citation du livre de Leigh/Harding qu’il avait remis à Stafford Smith, indiquant que Julian Assange avait déclaré que les informateurs afghans mériteraient leur sort.

Lewis demanda : “Un journaliste responsable publierait-il les noms non censurés d’un informateur sachant qu’il est en danger alors qu’il n’est pas nécessaire de le faire pour les besoins de l’histoire”. Le professeur Feldstein a répondu “non”. Lewis a ensuite énuméré des exemples d’informations qu’il serait bon que le gouvernement garde secrètes, comme “les mouvements de troupes en temps de guerre, les codes nucléaires, le matériel qui pourrait nuire à un individu” et a demandé si Feldstein était d’accord pour dire qu’il s’agissait de secrets légitimes. Feldstein a répondu “oui”.

Lewis a ensuite demandé rhétoriquement s’il n’était pas plus juste de permettre à un jury américain de juger du préjudice. Il a ensuite demandé à Feldstein : “Vous dites dans votre rapport qu’il s’agit d’une poursuite politique. Mais un grand jury a soutenu l’accusation. Acceptez-vous qu’il y ait une base probante pour l’accusation ?”. Feldstein a répondu : “Un grand jury a pris cette décision. Je ne sais pas si c’est vrai.” Lewis a ensuite lu une déclaration du procureur adjoint américain Kromberg selon laquelle les décisions de l’accusation sont prises par des procureurs indépendants qui suivent un code qui exclut les facteurs politiques. Il a demandé à Feldstein s’il était d’accord avec le fait que les procureurs indépendants étaient un solide rempart contre les poursuites politiques.

Feldstein a répondu : “C’est un point de vue naïf”.

Lewis a ensuite demandé si Feldstein affirmait que le président Trump ou son procureur général avait ordonné ces poursuites sans fondement factuel. Le professeur a répondu qu’il n’avait aucun doute sur le fait qu’il s’agissait de poursuites politiques, ceci étant basé sur 1) sa nature sans précédent 2) le rejet des poursuites par Obama mais la décision de poursuivre maintenant sans nouvelles preuves 3) le cadre extraordinairement large des accusations 4) L’hostilité du président Trump à l’égard de la presse. “C’est politique”.

Mark Summers a ensuite réexaminé le professeur Feldstein. Il a déclaré que Lewis avait laissé entendre qu’Assange était complice de Manning dans l’obtention d’informations classifiées, mais que le New York Times ne l’était pas. Comprenez-vous que chercher à aider une fuite officielle est un crime ? Le professeur Feldstein a répondu “Non, absolument pas”.

“Les journalistes demandent-ils des informations classifiées ?”
“Oui.”
“Les journalistes sollicitent-ils de telles informations ?”
“Oui.”
“Avez-vous connaissance de poursuites judiciaires antérieures pour ce genre d’activité ?”
“Non. Absolument pas.”
“Pourriez-vous prédire que ce serait criminalisé ?”
“Non, et c’est très dangereux.”

Summers a ensuite demandé au professeur Feldstein ce que le New York Times avait fait pour obtenir les documents du Pentagone de Daniel Ellsberg. Feldstein a répondu qu’ils ont été très actifs dans la sollicitation de ces documents. Ils avaient une clé de la pièce où se trouvaient les documents et avaient aidé à les copier. Ils ont joué un rôle actif et non passif. “Les journalistes ne sont pas des sténographes passifs.”

Summers a rappelé au professeur Feldstein qu’on lui avait posé des questions sur le piratage informatique. Et si le but du piratage n’était pas d’obtenir l’information, mais de déguiser la source ? C’est l’allégation spécifique énoncée dans le mémorandum 4 de Kromberg, paragraphes 11 à 14. Le professeur Feldstein a répondu que la protection des sources est une obligation. Les journalistes travaillent en étroite collaboration avec leurs sources, conspirent avec elles, les cajolent, les encouragent, les guident et les protègent. C’est ça le journalisme.

Summers a demandé au professeur Feldstein s’il émettait toujours des réserves quand aux dommages que le gouvernement prétend avoir subi. Feldstein a répondu par l’affirmative. Les antécédents du gouvernement exigent de la prudence. Summers a souligné qu’il existe déjà une loi qui rend spécifiquement illégale la révélation des sources de renseignement, la loi sur la protection des identités des services de renseignement. Le professeur Feldstein a déclaré que si c’était le cas, le fait que l’accusation n’ait pas été portée en vertu de cette loi sur la protection des identités des services de renseignement prouve que les poursuites se limitent pas à la révélation d’identités mais sont en fait beaucoup plus larges.

Summers a conclu en disant que Lewis avait déclaré que Wikileaks avait diffusé les câbles non censurés dans une publication de masse. Cela changerait-il l’évaluation du professeur si le matériel avait déjà été publié par d’autres. Le professeur Feldstein a déclaré qu’il ne voulait pas laisser entendre que ses réponses pouvait être des acceptions de la version du gouvernement.

Edward Fitzgerald QC a ensuite pris la relève pour la défense. Il a indiqué au professeur Feldstein qu’il n’y avait pas eu de poursuites contre Assange lorsque Manning a été poursuivi, et qu’Obama avait accordé la clémence à Manning. Ce sont des faits importants. Feldstein est d’accord.

Fitzgerald a ensuite déclaré que l’article du Washington Post, dont Lewis s’est plaint que Feldstein l’avait cité de manière sélective, contenait beaucoup plus d’éléments que Feldstein n’avait pas cités non plus, mais qui soutenaient fortement sa cause, par exemple “Des fonctionnaires ont dit au Washington Post la semaine dernière qu’il n’y avait pas d’acte d’accusation scellé et que le ministère avait”tout sauf conclu qu’ils ne porteraient pas d’accusation". Il a également déclaré que lorsque Snowden a été inculpé, Greenwald ne l’a pas été, et la même approche a été suivie avec Manning/Assange. Dans l’ensemble, l’article confirme donc la thèse de Feldstein, telle qu’elle figure dans son rapport. Feldstein était d’accord. Il a ensuite été question d’autres éléments qui auraient pu être inclus pour soutenir sa thèse.

Fitzgerald a conclu en demandant si Feldstein connaissait l’expression “un grand jury inculperait un sandwich au jambon”. Feldstein a répondu qu’il s’agissait d’un langage courant et a indiqué que les grands jurys étaient malléables et faisaient presque toujours ce que les procureurs leur demandaient de faire. Il y avait beaucoup d’études sur ce point.

REFLEXIONS

Ainsi s’est conclue une autre journée extraordinaire. Une fois de plus, nous n’étions que cinq dans la galerie publique (sur 42 sièges) et les six personnes autorisées dans la galerie vidéo du tribunal 9 ont été réduites à trois, car trois sièges ont été réservés par le tribunal pour les “VIP” qui ne se sont pas présentés.

Les contre-interrogatoires ont montré la faiblesse de la limite de trente minutes imposée par Baraitser, avec des témoignages de la défense vraiment intéressants coupés court, puis un temps illimité accordé à Lewis pour son contre-interrogatoire.

Cela a été particulièrement pernicieux lors du témoignage de Mark Feldstein. Lors de l’extraordinaire contre-interrogatoire de Feldstein par James Lewis, ce dernier a prononcé entre cinq et dix fois plus de mots que le témoin. Certaines des “questions” de Lewis duraient de nombreuses minutes, contenaient d’énormes passages de citations et étaient souvent formulées avec un double négatif alambiqué. Trois fois, Feldstein a refusé de répondre parce qu’il ne comprenait pas où se trouvait la question. L’exposé initial des preuves par la défense étant limité à une demi-heure, le contre-interrogatoire de Lewis a duré près de deux heures, dont 80 % pour Lewis.

Feldstein a été intimidé par Lewis et a cru que lorsque Lewis lui a dit de répondre de manière très brève et concise, il avait le pouvoir de le lui ordonner. En fait, Lewis n’est pas le juge et il s’agissait du témoignage de Feldstein, pas celui de Lewis. Baraitser n’a pas protégé Feldstein ni expliqué son droit de formuler ses propres réponses, alors que c’était de toute évidence une décision qu’elle pouvait prendre.

Aujourd’hui, nous avons entendu deux témoins experts, qui avaient tous deux soumis un long témoignage écrit relatif à un acte d’accusation, qui était maintenant examiné en relation avec un nouvel acte d’accusation qui le remplace, échangé à la dernière minute, et qu’aucun des deux n’avait vu. Tous deux ont déclaré expressément qu’ils n’avaient pas vu le nouvel acte d’accusation. En outre, ce nouvel acte d’accusation a été spécifiquement préparé par l’accusation, qui a eu l’avantage d’entendre les arguments de la défense et de voir une grande partie des preuves de la défense, afin de contourner le fait que l’acte d’accusation sur lequel l’audience a commencé était manifestement défaillant.

En outre, la défense s’était vu refuser un ajournement pour préparer sa défense contre le nouvel acte d’accusation, ce qui aurait permis à ces témoins et à d’autres de voir l’acte d’accusation qui le remplace, d’adapter leurs preuves en conséquence et d’être prêts à être contre-interrogés à ce sujet.

Clive Stafford Smith a déclaré aujourd’hui qu’en 2001, il n’aurait pas cru les crimes scandaleux qui allaient être perpétrés par le gouvernement américain. Quant à moi, je suis obligé de dire que je ne peux tout simplement pas croire l’abus de procédure flagrant qui se déroule sous mes yeux dans cette salle d’audience.

https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/09/your-man-in-the-public...

Troisième Jour - suite

Un témoin de la défense démantèle les éléments clés de l’affaire du gouvernement

Au cours de la session de l’après-midi, Trevor Timm, avocat et directeur exécutif de la Fondation pour la liberté de la presse, a pris la barre des témoins virtuels pour la défense et, en s’affrontant avec le procureur James Lewis QC lors du contre-interrogatoire, a démonté à lui seul des éléments clés de l’affaire du gouvernement US.

Au cours des deux derniers jours, le gouvernement a souligné deux points essentiels : il ne poursuit pas Assange pour avoir publié mais pour avoir révélé les noms d’informateurs. Timm a témoigné qu’en fait, l’acte d’accusation reproche d’avoir passivement reçu et possédé des informations classifiées au-delà des documents qui ont révélé les noms des informateurs.

Le point le plus important que Timm a fait valoir est que les défenseurs du Premier amendement et les organisations médiatiques s’accordent à dire que si la révélation des noms des informateurs peut être contraire à l’éthique, elle n’est pas illégale. Il a déclaré que la publication de ces noms était une décision éditoriale et que, bien que les organisations de médias puissent ne pas être d’accord, il n’appartenait pas au gouvernement de prendre des décisions éditoriales.

Nous faisons remarquer depuis longtemps qu’il n’existe aucune loi interdisant de révéler les noms des informateurs. Le gouvernement considère que leurs noms constituent des informations de défense protégées par la loi sur l’espionnage. M. Timm a en outre déclaré que la Cour suprême des États-Unis a, dans le passé, protégé des propos, même s’ils étaient peu recommandables.

“Je ne dis pas que WikiLeaks avait un jugement éditorial parfait ou que le New York Times en a un, mais cela ne veut pas dire que les différences d’opinion le rendent illégal”, a déclaré Timm. “Le gouvernement ne devrait pas décider si c’était bon ou pas. La décision est de savoir si c’est illégal et si cette publication n’était pas illégale, et que l’acte d’accusation qui la rend illégale criminaliserait le journalisme”

.
Il a ajouté :

“Dans le procès Manning, le gouvernement américain n’a pu pointer du doigt aucune victime précise” à partir de la révélation des noms des informateurs. “Mais quoi qu’il en soit, le premier amendement n’est pas un exercice d’équilibre entre le mal et le bien. Il permet parfois des discours odieux. Certains préjudices peuvent résulter de la parole, mais notre peuple a déterminé qu’il est vital pour les journalistes de disposer d’une grande latitude et que la liberté d’expression soit protégée, même si elle se rapproche d’une ligne qui nous met mal à l’aise”.

“Pourquoi votre opinion devrait-elle être plus importante que ce que décide un jury ?” Lewis a riposté.

“Sur les questions constitutionnelles, cela va au-delà d’un jury”, a déclaré Timm. “Un juge pourrait la déclarer inconstitutionnelle avant qu’elle n’arrive à un jury.” Lewis a ensuite dit à Timm que le journaliste Mark Feldstein, qui a témoigné mardi pour la défense, a dit qu’il était “mal de publier des noms les mettant en danger moral.”

“Je n’ai pas dit que c’était bien ou que j’étais d’accord, mais simplement qu’il serait inconstitutionnel pour Assange d’être poursuivi pour cet acte”, a répondu Timm.

M. Lewis a ensuite déclaré que Gordon Kromberg, un assistant du procureur américain à Alexandria, en Virginie, où Assange serait jugé, a déclaré qu’Assange n’était pas un journaliste. Timm a déclaré que cela n’était pas pertinent parce qu’Assange avait exercé une activité journalistique protégée par le premier amendement.

Timm a démontré qu’il comprenait mieux que Lewis le contenu de l’acte d’accusation.

Il a souligné qu’Assange n’était pas accusé de conspiration avec Chelsea Manning pour casser un mot de passe afin d’obtenir des documents mais pour l’aider à cacher son identité, une obligation de tous les journalistes travaillant avec des sources anonymes.

Il a déclaré que le gouvernement avait qualifié d’infâmes les boîtes de dépôt anonymes, dont WikiLeaks a été le pionnier, alors qu’une soixantaine d’organisations médiatiques, comme le New York Times, le Guardian et le Wall Street Journal, utilisent ces boîtes, mises au point par sa fondation, pour permettre aux sources de déposer des documents de manière anonyme.

Lewis était un homme ratatiné. Toutes ses fanfaronnades de la veille avaient fondu. Il semblait s’en prendre à la magistrate Vanessa Baraitser lors d’une dispute sur la limite de temps qu’elle lui avait imposée - une heure, alors qu’elle ne donnait à la défense que 30 minutes.

Lewis en était réduit à essayer de saper la crédibilité de Timm en tant qu’expert parce qu’il n’avait pas inclus la déclaration de Kromberg dans son témoignage écrit. “Je n’ai pas porté mon jugement sur un communiqué de presse du gouvernement mais sur ce qui figure dans l’acte d’accusation”, a déclaré Timm.

Le procès se poursuit.

Un témoin de la défense harcelé sur la motivation politique de l’affaire

9h20 EDT : Lors de la séance du matin, le témoin de la défense, le professeur Paul Rogers, politologue à l’université de Bradford, a établi qu’Assange est motivé par un point de vue politique qui le place comme un opposant politique à ses accusateurs.

Les révélations de WikiLeaks sur les guerres en Irak et en Afghanistan, en particulier la publication d’un nombre plus important de victimes civils, le placent contre les intérêts des États-Unis. WikiLeaks avait exposé la “fiction de la victoire” en Irak et en Afghanistan. En Irak, pendant “deux ans, il n’y a eu aucune preuve pour le public que la guerre se déroulait mal”. WikiLeaks a montré de manière significative à quel point la guerre avait mal tourné pour les États-Unis", a témoigné Rogers.

Il a souligné que M. Assange avait clairement indiqué qu’il n’était pas contre le peuple américain, mais contre ses gouvernements.

Le professeur, qui a témoigné par liaison vidéo depuis Bradford dans les Midlands anglais, a déclaré qu’au centre de la politique d’Assange se trouve sa conviction qu’il devrait y avoir plus de préoccupation pour les droits de l’homme, plus de transparence, plus de responsabilité et plus de justice.

Rogers a déclaré qu’Assange, qui était assis au fond du tribunal, a une position libertaire et anti-guerre et que ces opinions sont en contradiction profonde avec l’administration Trump. Rogers a témoigné que cette administration était hors norme pour un gouvernement américain ou européen typique. Assange est “un opposant politique qui pourrait subir toute la colère du gouvernement. Cela ne fait aucun doute”, a déclaré Rogers.

“Assange et ce qu’il représente représentent une sorte de menace à la pratique politique habituelle”, a déclaré Rogers.

Lors du contre-interrogatoire, le procureur, James Lewis QC, a fait pression sur Rogers pour qu’il admette qu’il n’a aucune base pour témoigner que la poursuite de Julian Assange est politiquement motivée.

Lewis a essayé de détruire la crédibilité du témoin en tant qu’expert en disant qu’il n’avait pas inclus une déclaration du procureur américain disant que les charges contre Assange sont motivées par la justice pénale, et non par la politique.

Rogers dit qu’il ne doute pas que les fonctionnaires du ministère de la justice ont agi avec professionnalisme en établissant un acte d’accusation, mais il interroge les fonctionnaires de haut niveau du gouvernement qui ont donné l’ordre de poursuivre en premier lieu.

Ils l’ont fait, a témoigné M. Rogers, après huit ans d’échec de l’administration Obama à engager des poursuites parce que cela serait contraire au Premier amendement. Cela a entraîné une série d’interrogatoires similaires à ceux de mardi, alors que Lewis a de nouveau tenté d’établir que l’enquête Assange n’a jamais été abandonnée et qu’il n’a pas été poursuivi parce qu’il se trouvait à l’ambassade de l’Équateur “et n’était pas disponible pour un procès”.

Rogers a cité les déclarations d’intention de Jeff Sessions, premier procureur général de Trump, Mike Pompeo, en tant que directeur de la CIA, et le procureur général William Barr, visant à faire tomber WikiLeaks, comme preuve de motivation politique. Il a également souligné l’animosité politique personnelle de Trump envers la presse. Dans l’ensemble, Rogers a tenu bon, contrairement au témoin de la défense de mardi, qui s’est étiolé sous les assauts flétrissants de Lewis.

Lors du réinterrogatoire, Rogers dit qu’il pense que le changement d’humeur politique aux États-Unis contre les guerres en Afghanistan et en Irak au moment de l’élection de Barack Obama et pendant son administration a contribué à la décision de M. Obama de ne pas poursuivre Assange.

Ce changement d’humeur a été influencé, selon Rogers, par les communiqués de WikiLeaks qui ont confirmé que l’armée américaine savait en privé que les deux guerres allaient mal. Lewis a repris son thème d’hier, à savoir que l’enquête du grand jury de l’ère Obama n’a jamais pris fin et qu’il est faux de dire qu’une décision a été prise de ne pas poursuivre.

Consortium News

Troisième Jour

9 septembre 2020

Le professeur Paul Rogers à propos des poursuites engagées par Trump pour des raisons politiques

Paul Rogers, professeur émérite d’études sur la paix à l’université de Bradford, a pris la position par liaison vidéo pour témoigner des opinions politiques de Julian Assange et de la manière dont elles sont prises en compte dans les poursuites engagées par l’administration Trump contre Assange pour publication.

Rogers a passé en revue les discours d’Assange, notamment un discours anti-guerre en 2011 à Londres et un discours à l’ONU suite à la publication des journaux de guerre irakiens et afghans, ainsi que la nomination d’Assange par Mairead Maguire pour le prix Nobel de la paix en 2019. Rogers a conclu que les opinions d’Assange ne s’inscrivent pas dans les systèmes de croyance traditionnels libéraux ou conservateurs, mais sont plutôt plus libertaires, anti-guerre, et basées sur des valeurs de transparence et de responsabilité.

À la barre, Rogers a parlé de la façon dont WikiLeaks met ces valeurs en pratique avec les publications des journaux de guerre, et il a mis les communiqués en contexte avec les opinions changeantes en Amérique concernant les guerres en Irak et en Afghanistan :

“La partie la plus importante de l’affaire”, a-t-il dit, est sans doute le fait que les communiqués de WikiLeaks font état de 15 000 victimes civiles jusqu’alors non comptabilisées, “apportant au public américain un aspect très inquiétant de toute la guerre”.

Comme le dit Rogers dans sa déclaration,

L’objectif politique de chercher à obtenir une plus grande transparence dans le fonctionnement des gouvernements est clairement à la fois la motivation et le modus operandi du travail de M. Assange et de l’organisation WikiLeaks. Sa manifestation, comme l’expose l’étude du professeur Benkler, a constitué une altération totale de l’accès et de la mise à disposition du public des secrets que les gouvernements souhaitent laisser à l’ignorance de leurs populations. L’objet des accusations dont M. Assange fait actuellement l’objet comporte des exemples forts de la confrontation de ces positions, tant dans leur contenu et leur portée que dans la réaction du gouvernement.

Dans son témoignage oral, M. Rogers a expliqué que ces points de vue et ces motivations le mettent en contraste avec les administrations américaines successives, mais surtout avec l’administration Trump.

Il est clair que M. Assange est persécuté en raison de la réussite de WikiLeaks à fournir des informations au public, a-t-il déclaré. C’est dangereux pour l’administration Trump : “La racine du problème est qu’Assange et ce qu’il représente représentent une menace pour les efforts politiques normaux.” En plus de s’opposer aux paroles et aux opinions d’Assange, le fait qu’Obama n’ait pas engagé de poursuites devrait, dans une certaine mesure, être pris en compte dans la raison pour laquelle Trump engage des poursuites.

Le procureur James Lewis QC a cherché à saper les opinions politiques d’Assange en évoquant ses vues sur les entreprises et les ONG, mais Rogers a expliqué que “l’opinion politique” ne concerne pas seulement les chefs de gouvernement, que la définition de l’opinion politique a considérablement changé au cours des 50 dernières années, et qu’Assange a une vue sur les “élites transnationales”.?A la question de savoir si le simple fait d’être journaliste nécessitait des opinions politiques, Rogers a expliqué qu’il s’agissait d’une question complexe, qu’il fallait décider de ce qui devait être publié et de ce qui ne devait pas constituer une opinion politique, mais Lewis s’est plaint que ses réponses étaient trop longues, et non pas oui ou non.

Lewis cherchait en outre à dépeindre Rogers comme partial envers Assange et la défense. Il demande pourquoi Rogers n’a pas inclus dans sa déclaration, dans laquelle il fait référence aux opinions d’autres experts comme Noam Chomsky et Carey Shenkman, les opinions de l’assistant du procureur américain Gordon Kromberg, qui a défendu la poursuite d’Assange comme une affaire criminelle et non politique.

Rogers a répondu qu’il considère que les procureurs fédéraux au niveau inférieur agissent de bonne foi, qu’ils font ce qu’on leur demande conformément à la loi, mais que le contexte politique plus large - à savoir que l’administration Obama n’a pas engagé de poursuites et que l’administration Trump l’a fait, et que l’administration Trump représente un changement marqué dans la situation politique américaine - dépasse de loin les déclarations d’un procureur américain.

L’accusation a ensuite laissé entendre que l’administration Obama n’avait peut-être pas poursuivi Assange parce qu’il se trouvait à l’ambassade équatorienne à ce moment-là :

Lewis : Etait-il possible d’arrêter M. Assange en 2013 ?
Rogers : Faut-il nécessairement arrêter quelqu’un pour engager des poursuites ?
Lewis : Quel serait l’intérêt s’il se cachait dans l’ambassade ?
Rogers : Eh bien, pour faire pression sur lui. Il aurait été très judicieux de les engager à ce moment-là, pour démontrer une volonté de traduire M. Assange en justice.

Lewis a passé en revue les mêmes points que ceux qu’il a abordés hier avec Feldstein, notamment l’avocat et le rédacteur en chef de WikiLeaks qui ont laissé entendre qu’ils croyaient toujours que des accusations étaient possibles, mais Rogers a ramené la discussion dans un contexte plus large, et le fait que les vues de l’administration Trump doivent être prises en compte de manière plus générale. Les déclarations de Mike Pompeo, alors directeur de la CIA, de Jeff Sessions, alors procureur général, et d’autres personnes doivent être prises en compte. Rogers a également fait référence à la commutation de la peine de Chelsea Manning par Obama. L’administration Trump n’en était pas heureuse, mais une commutation de peine ne peut pas être annulée par une administration ultérieure, donc cela pourrait être la réponse de Trump à cela.

Rogers a insisté sur le fait qu’en qualifiant cette affaire de “poursuite à motivation politique”, il ne dit pas que les procureurs fédéraux de niveau inférieur sont de mauvaise foi. Au contraire, a-t-il dit, l’influence vient du haut vers le bas.

La cour est en pause pour le déjeuner. Trevor Timm, de la Fondation pour la liberté de la presse, témoignera après la pause.

Trevor Timm : Ces accusations “réécriraient radicalement” le premier amendement

Fondateur de la Fondation pour la liberté de la presse, qui défend les droits des reporters et suit les violations de la liberté de la presse à travers les États-Unis, Trevor Timm a pris position par vidéoconférence cet après-midi pour parler des dangers que l’inculpation d’Assange représente pour les journalistes et leurs sources.

Timm s’oppose à l’acte d’accusation au motif qu’il menace de criminaliser la protection des sources et la réception passive de documents gouvernementaux ainsi que la publication pure et simple. Il conclut que “ce serait une réécriture radicale du premier amendement si le gouvernement devait aller de l’avant avec ces accusations”.

Protéger ses sources

Comme l’écrit Timm dans sa déclaration,

“La décision d’inculper Julian Assange sur des allégations de”conspiration“entre un éditeur et sa source ou ses sources potentielles, et pour la publication d’informations véridiques, empiète sur les libertés fondamentales de la presse”.

La Fondation pour la liberté de la presse a aidé de nombreux organismes de presse à adopter SecureDrop, un système de soumission anonyme et sécurisé permettant aux sources d’envoyer des documents aux journalistes sans être détectées. Bien qu’il s’agisse d’une pratique largement inutilisée lorsque WikiLeaks l’a lancée avant 2010, les principaux organes de presse du monde entier utilisent SecureDrop, et certains d’entre eux demandent explicitement à ce que les documents gouvernementaux soient divulgués.

La manière dont cet acte d’accusation est rédigé, en particulier l’accusation selon laquelle Assange se serait engagé dans une conspiration avec sa source Chelsea Manning pour craquer un mot de passe d’ordinateur militaire afin de rester anonyme, rendrait illégale cette collecte de nouvelles extrêmement courante. “Je ne pense pas qu’il soit exagéré de dire que cet acte d’accusation criminaliserait le journalisme de sécurité nationale.”

“Les documents sur lesquels les journalistes écrivent et publient souvent n’atterrissent pas comme par magie sur leur bureau”, a-t-il déclaré. Ils parlent à leurs sources, demandent des éclaircissements, demandent des informations supplémentaires. “C’est une pratique courante pour les journalistes”.

Les organes de presse et les observateurs de la liberté de la presse sont d’accord. a déclaré M. Timm,

“C’est une opinion presque consensuelle parmi les groupes de défense de la liberté de la presse et les avocats des médias qui ont examiné cet acte d’accusation. C’est pourquoi les journaux, même ceux qui ont critiqué M. Assange, ont condamné cet acte d’accusation”.

Loi sur l’espionnage : trop large et trop utilisée

Au-delà de l’effort visant à criminaliser la protection des sources et la collecte de nouvelles, Timm est extrêmement préoccupé par les autres accusations de l’acte d’accusation d’Assange en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917. Certains chefs d’accusation criminalisent la publication et la sollicitation d’informations, et certains sont encore plus larges. “La simple pensée d’obtenir ces documents”, a déclaré Timm, “est potentiellement criminelle, selon le gouvernement américain”.

M. Timm a évoqué les efforts déployés précédemment pour poursuivre les journalistes dans le cadre de la loi sur l’espionnage, efforts qui ont échoué sous l’examen de la justice. “Dans chaque cas”, a déclaré M. Timm, “le gouvernement a conclu ou a été forcé de conclure” qu’une poursuite en vertu de la loi sur l’espionnage violerait les protections du Premier amendement, y compris la décision de l’administration Obama de ne pas poursuivre WikiLeaks en 2013.

Chaque accusation d’espionnage est passible de 10 ans de prison, n’autorise aucune défense d’intérêt public et exige seulement que le gouvernement prouve que le préjudice pourrait “éventuellement” avoir été causé par une fuite ou une publication.

James Lewis QC, qui a contre-interrogé Timm pour l’accusation, a souligné l’affirmation de Timm dans sa déclaration de témoin selon laquelle Trump mène une “guerre contre le journalisme”. Il a tenté de réfuter cette affirmation en soulignant que le ministère américain de la justice a explicitement déclaré qu’il ne considérait pas M. Assange comme un journaliste et qu’il ne s’en prenait pas aux journalistes.

Timm a répondu : “Aux États-Unis, le premier amendement protège tout le monde. Que vous considériez Assange comme un journaliste n’a pas d’importance, il exerçait une activité journalistique”.

Lewis a réessayé, en soulignant que le DOJ s’était spécifiquement “démené” pour dire qu’ils ne s’en prenaient pas aux journalistes.

Timm a déclaré,

"Mes opinions ne sont pas basées sur un communiqué de presse du ministère de la Justice mais sur ce qui est réellement contenu dans l’acte d’accusation. Il y a plusieurs accusations qui portent sur le simple fait que WikiLeaks les avait en sa possession. Vous dites qu’il y a trois accusations qui concernent la publication de documents dont les noms n’ont pas été expurgés, mais les autres accusations concernent tous ces ensembles de documents, et cela criminalise le journalisme.

L’aspect de la criminalisation de la publication m’inquiète beaucoup, mais il y a beaucoup d’autres accusations qui sont tout aussi inquiétantes, voire plus, qui pourraient criminaliser la pratique journalistique, que vous considériez M. Assange comme un journaliste ou non".

Lewis a essayé de faire en sorte que Timm commente la publication non censurée des câbles du Département d’Etat en 2011, mais Timm a clairement indiqué que le fait que WikiLeaks ait un “jugement éditorial parfait” ou pas ne devrait pas avoir d’importance quant à l’illégalité de l’action. En outre, il a déclaré : “Je ne pense certainement pas que le gouvernement américain devrait être celui qui détermine si c’est un bon jugement éditorial”.

Trump : Nixon des temps modernes

“Trump a le rapport le plus conflictuel avec les médias depuis Nixon”, a déclaré Timm. Il a fait référence aux 2200 tweets de Trump sur la presse, les qualifiant notamment d’“ennemis du peuple”. Timm a déclaré : “Cette affaire est l’occasion parfaite pour lui de créer un précédent pour punir le reste des médias.”Pour moi, il est très révélateur que Trump’s soit le premier à tenter de porter une affaire comme celle-ci depuis l’administration Nixon."

https://defend.wikileaks.org/extradition-hearing/

°

Deuxième jour

8 septembre 2020

Clive Stafford-Smith explique comment utiliser les documents de WikiLeaks dans les affaires juridiques

Témoignage de Clive Stafford-Smith

Clive Stafford Smith, qui a la double nationalité américaine et britannique et qui est le fondateur de Reprieve qui défend les prisonniers détenus par les États-Unis à Guantánamo Bay et d’autres dans des lieux de détention secrets à travers le monde, a témoigné de l’importance du matériel de WikiLeaks dans leur litige. Il a d’abord discuté de l’utilité des révélations de WikiLeaks dans les litiges au Pakistan concernant les frappes de drones et le “changement radical” d’attitude à l’égard des frappes de drones américains au Pakistan.

En ce qui concerne les restitutions forcées, les assassinats et la torture exposés dans les documents de WikiLeaks, Stafford-Smith a déclaré :

“En tant que citoyen américain, il est extrêmement important que cela cesse... J’ai le sentiment que la réputation de mon pays a été sapée et que des délits criminels ont été commis.”Le litige au Pakistan aurait été très, très difficile et différent“sans les révélations de WikiLeaks.”Le plus troublant est que le programme d’assassinat concernant les terroristes a fait l’objet d’une fuite vers les narcotiques....ils visaient à tuer des gens pour leur implication dans le commerce de la drogue parce que cela était considéré comme un financement du terrorisme. Je pourrais continuer...“Les programmes d’assassinat”sont non seulement illégaux mais aussi moralement et éthiquement répréhensibles“, a-t-il déclaré, et le fait que des journalistes soient pris pour cible dans des zones de guerre par les États-Unis est”profondément troublant, un délit criminel monumental".

L’interrogatoire de la défense a ensuite porté sur l’importance des communiqués de WikiLeaks sur Guantanamo.

“C’est parfois difficile et hostile - c’est un des cas où j’ai reçu des menaces de mort pour avoir représenté ces personnes... mais votre problème est toujours double, les prisonniers de Guantanamo ne savent pas de quoi ils sont accusés... deuxièmement, malheureusement les gens ne rencontrent jamais les prisonniers de Guantanamo et ne jugent pas de leur crédibilité, donc prouver ce qui s’est passé implique plus que de le dire mais de voyager à travers le monde et de rassembler des preuves”

M. Stafford-Smith a expliqué qu’il est compliqué de savoir si les communiqués du GTMO sont positifs ou négatifs selon lui :

“Ces fuites sont les pires que les autorités américaines confessent à propos des prisonniers que j’ai représentés. Mais d’un autre côté, elles sont vraiment importantes car le monde ne connaissait pas les allégations qui étaient faites contre mon client”.

Le meilleur exemple que je puisse vous donner, c’est que j’étais frustré lorsque j’ai lu pour la première fois ces documents de WikiLeaks parce que je pensais qu’ils divulgueraient ce que je voyais déjà... ce qui était utile, c’était les 13 pages que le gouvernement américain reprochait à mon client, dont je ne pouvais jusqu’alors parler à personne, et finalement j’ai pu déclassifier leurs affirmations et prouver que chacune de leurs allégations était totalement absurde. Personne n’a été être libéré pour autant, mais il était certainement utile de pouvoir le réfuter“.”J’ai trouvé immensément frustrant que le monde ne soit pas au courant du manque de fiabilité des preuves contre mes clients... ce que d’autres ont fait en prenant les documents de WikiLeaks, et je crédite ici Andy Worthington, c’est d’analyser le nombre de fois où certains informateurs ont été cités pour détenir des prisonniers.“”Bien qu’il soit important de représenter le client, et cela ne montre pas au monde ce qui se passe réellement là-bas. Mon expérience avec Guantanamo est que si nous pouvons l’ouvrir à l’inspection publique pour voir ce qui s’y passe réellement, alors ils le fermeront parce que ce n’est tout simplement pas ce qu’on en dit“.”Je dis cela avec plus de tristesse que de colère. Avant 2001, je n’aurais jamais cru que mon gouvernement ferait ce qu’il a fait. Nous parlons d’infractions pénales de torture, d’enlèvement, de restitution, de détention de personnes sans État de droit et, malheureusement, de meurtre".

Sur les techniques d’interrogatoire renforcées :

“J’ai eu un projet de comparaison des méthodes utilisées par mon gouvernement sur mes clients avec celles utilisées par l’Inquisition espagnole... pendre les gens par le poignet alors que leurs épaules se disloquent lentement... la première chose que je fais est de m’excuser.”

“En parcourant la documentation que Wikileaks a divulguée, on découvre toutes sortes de choses, y compris les endroits où les gens sont emmenés et restitués... et c’était le cas dans l’affaire Binyam.”

Clive Stafford-Smith affirme que WikiLeaks et les personnes associées pourraient faire l’objet de sanctions américaines dans le cadre du nouveau régime de sanctions de la CPI en raison du rôle que WikiLeaks a joué dans les efforts de responsabilisation des fonctionnaires américains impliqués dans des crimes de guerre.

“Menacer et imposer des sanctions est illégal, et ce que vous faites ici aujourd’hui pourrait justifier une sanction selon les termes du décret”.

Toute personne qui cherche à aider dans une enquête qui pourrait mener à une enquête de la CPI, ce que fait Wikileaks, peut être sanctionnée, ce qui est couvert par le régime de sanctions américain".

Le contre-interrogatoire de l’accusation induit en erreur sur les accusations

Le procureur américain James Lewis a tenté à plusieurs reprises de faire admettre à Stafford-Smith qu’aucun des câbles de WikiLeaks mentionnés dans sa déclaration de témoin ne fait l’objet d’accusations. Lewis tente d’établir que l’acte d’accusation d’Assange ne porte que sur des câbles qui citent des noms précis d’informateurs. Mais la défense souligne que l’accusation affirme à tort qu’il n’y a aucune référence à la publication - Assange est en fait accusé d’avoir “communiqué” et “obtenu” des informations classifiées, et ces accusations portent sur tous les documents, pas seulement sur les câbles spécifiques mentionnés dans les chefs d’accusation de publication pure.

En outre, Stafford-Smith a expliqué à plusieurs reprises au procureur que Lewis ne comprend pas comment les États-Unis poursuivent ces affaires - ce n’est pas parce qu’elles ne figurent pas dans l’acte d’accusation qu’elles seront utilisées contre lui. Lewis n’a pas cessé de dire qu’il n’est accusé que de citer des noms et que les autres câbles diffusés sont donc sans importance.

Fatigué de ce va-et-vient, Assange lui-même s’est exprimé depuis le quai pour dire : “C’est un non-sens”, la prétention des États-Unis qu’il n’est pas accusé de publier des informations classifiées, mais seulement de citer des noms, est “un non-sens”.

“Apparemment, mon rôle est de m’asseoir ici et de légitimer ce qui est illégitime par procuration”, a déclaré M. Assange.

Le juge a interrompu Assange pour le réprimander d’avoir parlé sans y être autorisé.

“Je comprends bien sûr que vous entendrez probablement beaucoup de choses que vous n’aimez pas et que vous voudriez intervenir, mais ce n’est pas votre rôle.”Votre maintien au tribunal est une chose que le tribunal souhaiterait. Mais le tribunal pourrait procéder sans vous."

L’accusation a clôturé son contre-interrogatoire en citant le livre de David Leigh en référence aux commentaires d’Assange sur les informateurs. Elle demande si Stafford-Smith est d’accord avec le point de vue de Leigh ou d’Assange sur les informateurs. Stafford-Smith dit qu’il ne jugerait personne en se basant sur un livre.

Feldstein donne le contexte historique du journalisme de WikiLeaks

Le professeur de journalisme Mark Feldstein a pris la barre pour poursuivre son témoignage commencé hier, reprenant là où il s’était arrêté sur la longue histoire des journalistes utilisant des informations classifiées dans leurs reportages.

Feldstein a confirmé que la sollicitation d’informations est un “comportement journalistique standard”. Lorsqu’il enseigne le journalisme, Feldstein parle de demander des preuves aux sources, de rechercher activement des informations, de travailler avec elles pour trouver des documents qui méritent d’être publiés dans les journaux et de les orienter sur ce qu’il faut découvrir. “Tout cela est de la routine”, dit-il.

Les efforts pour dissimuler l’identité des sources sont également courants. “Essayer de protéger votre source est une obligation journalistique”, a déclaré M. Feldstein, ajoutant : “Nous utilisons toutes sortes de techniques pour les protéger, y compris les cabines téléphoniques, l’anonymat, le cryptage, la suppression des empreintes digitales des documents, les reporters font cela tout le temps”.

Par la suite, l’accusation a tenté d’établir des différences substantielles entre le New York Times et WikiLeaks, en suggérant que les journalistes ne volent pas ou n’obtiennent pas d’informations illégalement. Tout en admettant que les journalistes ne sont pas au-dessus de la loi, Feldstein affirme qu’il s’agit d’une “pente glissante” quant à ce qui constitue une “sollicitation” d’informations.

“Nous, les journalistes, ne sommes pas des sténographes passifs”, a-t-il déclaré. “Recevoir anonymement par courrier, c’est ce qu’il ne faut surtout pas faire”.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait lui-même publié ce type d’informations, il a répondu : “Oui, je n’ai pas publié beaucoup de documents classifiés, mais toute ma carrière a pratiquement consisté à solliciter et à publier des informations secrètes”.

Sur la question des allégations selon lesquelles la publication de noms cause nécessairement un préjudice, M. Feldstein a déclaré qu’il est facile pour le gouvernement de revendiquer un éventuel préjudice car il est impossible à prouver. “Peu de preuves que la sécurité nationale est mise à mal” par les divulgations, a-t-il dit, et “la sécurité nationale est souvent utilisée comme un bouclier pour cacher” des actions embarrassantes ou illégales.

Feldstein a utilisé les documents du Pentagone comme exemple, où les procureurs du gouvernement de l’époque sont allés au tribunal en alléguant que ces documents exposaient des plans de guerre, identifiaient des responsables de la CIA, et pouvaient même prolonger la guerre. Les procureurs ont déclaré au tribunal que cela causerait “un préjudice immédiat et irréparable”, et ce n’est que des années plus tard qu’un de ces procureurs a admis qu’il ne voyait pas de préjudice dans ces documents. Mais pourquoi mentir à ce moment-là ? Nous savons maintenant que le président Nixon lui-même a donné instruction à son procureur général de salir le New York Times comme étant “déloyal”, de toutes les manières possibles.

Les “poursuites pour motifs politiques” de l’administration Trump

Le ministère public a fait des efforts répétés pour qualifier l’enquête sur WikiLeaks de 2010 à 2020 comme une affaire en cours, qui s’est finalement soldée par des accusations avec le président Trump au pouvoir. Mais Feldstein a témoigné de son opinion que l’administration Obama a explicitement décidé de ne pas poursuivre Assange, citant cet article de 2013 sur la décision de l’administration Obama de ne pas poursuivre, alors que “tout a changé” sous l’administration Trump.

L’article de 2013 commence ainsi : “Le ministère de la Justice [de l’administration Obama] a pratiquement conclu qu’il ne portera pas plainte contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour avoir publié des documents classifiés, car les avocats du gouvernement ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas le faire sans poursuivre également les organisations de presse et les journalistes américains”.

En 2017, en revanche, le FBI voulait une “tête sur une pique”, le président Trump voulait des journalistes en prison, le directeur de la CIA de l’époque, Mike Pompeo, a qualifié WikiLeaks d’“agence de renseignement hostile non étatique”, et le procureur général de l’époque, Jeff Sessions, a fait de l’arrestation d’Assange une “priorité”.
Même dans cette administration, la décision a été controversée. Cet article du 2019 Post nomme explicitement James Trump et Daniel Grooms comme procureurs fédéraux qui n’étaient pas d’accord avec la poursuite d’Assange en vertu de la loi sur l’espionnage, parce qu’elle était “très susceptible de faire l’objet du premier amendement et d’autres contestations juridiques et factuelles compliquées”.

L’accusation a tenté de montrer que WikiLeaks, Assange et ses avocats pensaient que des accusations allaient encore être portées, mais Feldstein a déclaré que si les avocats défendraient bien-sûr leur client et que WikiLeaks pouvait toujours craindre des accusations, le fait est que l’administration Obama n’a pas porté d’accusations et que Trump, lui, l’a fait, sans qu’aucune nouvelle preuve ne soit apportée entre-temps.

En répondant aux questions finales, Feldstein a été très clair sur les raisons pour lesquelles il pensait que la poursuite d’Assange était politiquement motivée, citant plusieurs raisons : l’ampleur sans précédent de ces accusations, le fait qu’une poursuite ait été rejetée par l’administration Obama, l’élaboration de l’acte d’accusation remplaçant, et le “vitriol connu du président Trump envers la presse”. Enfin, il a déclaré que les seules tentatives de poursuite de journalistes dans le passé étaient “évidemment très politiques”.

L’accusation a laissé entendre que Feldstein spéculait et est revenue à l’idée que les noms publiés dans les documents causeraient un préjudice et qu’un grand jury objectif pourrait le constater. Feldstein a répondu que si telle était la véritable intention, les États-Unis auraient pu inculper Assange en vertu de l’Intelligence Identities Protection Act de 1982, beaucoup plus étroite, qui criminalise la divulgation de certaines figures du renseignement.

Développant les dangers de cette large portée dans l’acte d’accusation, Feldstein a déclaré : “le recrutement et la conspiration sont des termes effrayants, utilisés pour les terroristes”. En revanche, les journalistes dirigent les sources, disent ce dont ils ont besoin, relancent pour obtenir plus d’informations. “Donc si cela devient un crime, si cela devient une conspiration, alors la plupart de ce que font les journalistes d’investigation serait criminel.”

https://defend.wikileaks.org/extradition-hearing/

°

Premier jour

7 septembre 2020

Briefing de presse : Audience d’extradition d’Assange septembre 2020
Kevin Gosztola : Prévision des témoins prévus pour témoigner

Assange a été remis en état d’arrestation, le précédent mandat d’extradition a été retiré et le nouveau mandat a été signifié.

Révocation de l’accès des ONG à l’audition d’Assange

La juge Vanessa Baraitser a ensuite annoncé qu’une quarantaine de personnes avaient été autorisées à retirer (par erreur) l’accès (vidéo) à la procédure, et que cet accès avait été révoqué. Courage a appris que parmi les personnes dont l’accès a été annulé figurent des représentants d’Amnesty International et de PEN Norvège.

"Je sais que d’autres personnes assistent à cette audience à distance et dans une salle d’audience adjacente. J’autorise cette situation pour des raisons d’éloignement social et la technologie nous permet d’assister à cette audience à distance. Ceux qui assistent à distance sont toujours tenus de respecter les règles habituelles relatives aux audiences du tribunal. Je vous rappelle que l’enregistrement ou la diffusion de toute partie de cette audience, y compris les captures d’écran sur tout appareil, constitue une infraction pénale. Comme vous le savez, je sais qu’une photographie de M. Assange a été prise à l’intérieur du tribunal et diffusée sur les médias sociaux en violation de ces règles.

J’ai reçu une liste de 40 personnes qui souhaitent assister à cette conférence à distance par le biais du cloud. C’est une possibilité que je peux envisager, mais seulement après avoir reçu une demande. J’ai accordé un certain nombre d’accès à distance à des avocats et à un petit nombre de personnes, y compris des avocats qui ont représenté M. Assange dans des procédures étroitement liées. Par erreur, le tribunal a envoyé à d’autres personnes qui avaient demandé l’accès. Au cours de cette pandémie, des changements sont intervenus dans la manière dont les gens peuvent accéder aux procédures. Je reste préoccupé par ma capacité à maintenir l’intégrité du tribunal s’ils peuvent y assister à distance. Normalement, je peux voir ce qui se passe dans la salle d’audience pour garantir l’intégrité de la salle d’audience. Une fois que la retransmission en direct a lieu, le tribunal ne peut pas gérer cette violation, encore moins lorsque la personne se trouve en dehors de la juridiction. Je tiens à préciser que l’intérêt du public et le fait d’autoriser l’accès à distance ont peu de chances de répondre aux critères de l’intérêt de la justice. De nombreuses juridictions autorisent les déplacements au Royaume-Uni pendant le COVID, ce qui réduit les restrictions de déplacement. Pour ceux qui estiment ne pas encore se rendre au Royaume-Uni pour assister à l’audience, ils doivent alors faire une nouvelle demande et je l’examinerai.

J’ai refusé à regret les demandes d’accès au cloud qui sont encore en cours".

Le rédacteur en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnnson, explique que les parlementaires se sont également vu refuser l’accès au site.

Débat sur la question de savoir si les déclarations des témoins seront lues au tribunal

La défense a demandé que les témoins puissent être entendus dans leurs dépositions afin que le tribunal, Assange et le public puissent entendre l’intégralité des preuves avant le début du contre-interrogatoire. “Plonger dans le contre-interrogatoire ne vous aiderait pas, ni le public, ni M. Assange, et ne serait pas juste”.

Le procureur James Lewis QC s’y oppose, en disant que cela est contraire à la jurisprudence de la Cour divisionnaire et que cela permettrait aux témoins de faire des dépositions supplémentaires en plus de leurs déclarations écrites et nécessiterait des ajournements constants pour permettre à l’accusation d’examiner les preuves données à la barre avant que le contre-interrogatoire ne puisse commencer.

Le juge décide,

“Chacune des déclarations des témoins sera rendue publique. M. Assange a reçu une copie de ces déclarations de témoins. À mon avis, il n’y a aucun avantage à permettre aux témoins de faire leur déposition en chef. Je laisserai aux témoins le temps de s’installer et de s’orienter et ne leur accorderai pas plus de 30 minutes”.

Le remplacement de l’acte d’accusation intervient bien après le début de la procédure

Six mois après l’ouverture des soumissions, 18 mois avant le début de cette audience et quelques semaines avant que l’affaire ne soit bouclée, les États-Unis ont annoncé un nouvel acte d’accusation.

Selon l’avocat de la défense Mark Summers QC,

“C’est une curiosité que les États-Unis aient, lors des précédentes audiences, été satisfaits que les audiences se déroulent en février et en mai, sans doute en sachant que cela allait arriver”.

Ce qui avait changé n’était pas immédiatement évident. Bien sûr, la conduite qui y est décrite, mais en ce qui concerne les accusations qui y sont formulées, il était difficile de discerner ce qui se passait...

“Il est apparu clairement à tout le monde le 21 août, il y a un peu plus de deux semaines, si nous avions raison ou non de penser que les accusations avaient changé. Il était expressément indiqué maintenant que les documents n’étaient pas seulement des documents de référence mais qu’ils vous étaient présentés comme une base potentielle autonome de criminalité, c’est-à-dire que même si la cour américaine rejette entièrement les allégations existantes de M. Manning, M. Assange peut être extradé et potentiellement condamné pour ce comportement à lui seul, ce qui constitue un développement nouveau et retentissant dans cette affaire. La raison pour laquelle je suis sur pied est bien sûr le moment de cette évolution”.

La défense a également mis en avant les diverses autres allégations criminelles désormais incluses dans le nouvel acte d’accusation - y compris l’assistance à un lanceur d’alerte pour échapper à l’arrestation (Snowden).

“Il serait extraordinaire que ce tribunal entame une audience d’extradition concernant des allégations de ce type dans les semaines suivant leur annonce sans avertissement et encore plus extraordinaire de le faire dans des circonstances où le défendeur est en détention.”

Pour remédier à ce problème, la défense propose au tribunal d’exciser la nouvelle conduite alléguée dans le dernier acte d’accusation. “Il est impossible pour l’équipe de la défense de traiter les allégations qui lui sont faites et en ce qui concerne le matériel pour lequel aucune explication ne vous a été fournie quant à leur arrivée tardive”.

“Il est fondamentalement injuste d’introduire des allégations pénales distinctes, sans préavis, sans temps pour préparer les preuves, lorsque la défense ne peut pas traiter correctement les nouveaux aspects de l’affaire”.

“Ce qui se passe ici est anormal, injuste et susceptible de créer une réelle injustice si on le laisse se poursuivre”.

“Il convient que le tribunal exerce son pouvoir d’exlure les nouvelles allégations”.

Un juge refuse d’exclure les nouvelles allégations du nouvel acte d’accusation

Selon le juge Baraitser, la défense aurait dû demander plus de temps, bien qu’Assange soit toujours en détention. Si les allégations doivent être exclues, dit-elle, elles doivent l’être dans le contexte d’une interdiction légale ou d’un argument d’abus de procédure. Le juge refuse la proposition de la défense d’exlure toute nouvelle allégation liée au nouvel acte d’accusation.

La défense demande l’ajournement

Compte tenu du refus du juge, la défense demande au tribunal un ajournement jusqu’en janvier.

“C’est une demande que nous ne faisons pas à la légère car M. Assange en supportera les conséquences. À la lumière de votre décision, nous demandons un ajournement pour nous permettre de rassembler les preuves dont nous avons besoin pour répondre aux nouvelles allégations”.

Nous n’avons pas été en mesure de répondre aux allégations qui n’ont été faites que ces dernières semaines. La situation s’est aggravée en raison des conditions dans lesquelles nous devons tous travailler.

“Je peux dire sans crainte d’être contredit que personne dans cette affaire n’a été impliqué dans une affaire de cette ampleur traitant de la collecte de preuves à ce stade avancé du processus.”

La défense a expliqué pourquoi elle n’a pas fait cette demande avant l’audience d’aujourd’hui :

"Premièrement, pendant toute cette période, M. Assange n’avait pas vu la nouvel acte d’accusation. J’ai mentionné plus d’une fois que la seule façon pour lui de voir les documents est d’envoyer des documents à Belmarsh. Nous n’avons pas eu l’occasion de le rencontrer et de le consulter. Il n’a toujours pas reçu, par exemple, la note d’ouverture révisée et les documents qui l’accompagnaient et c’est ce document qui indiquait clairement que nous avions affaire à des allégations qui n’étaient qu’une narrative comme nous l’avions pensé mais qui constituaient une criminalité autonome capable de soutenir une condamnation si elles étaient acceptées en tant que telles. Les instructions prises auprès de M. Assange sur cette base n’auraient pu commencer que le 21 août, c’est-à-dire la semaine dernière, et nous avons estimé que nous avions la possibilité de demander en premier lieu l’exclusion de ce matériel. Nous avons reconnu que la solution, s’il y en a une, est l’ajournement.

Je pourrais bien sûr vous donner plus de détails sur les difficultés que l’équipe de défense a rencontrées au cours des derniers mois".

Reconnaissant qu’ils n’ont pas vu leur client en personne, le juge demande si la défense a pu parler à Assange par téléphone. Ils répondent par l’affirmative, mais seulement deux fois au cours de très courtes conversations :

“Ce n’est pas facile ni même cohérent au téléphone. Je ne veux pas insister sur les difficultés que nous avons eues à communiquer avec notre client au cours de la semaine passée, mais elles ont été très importantes pendant la période qui vous intéresse. Il était, en substance, sur ce support insatisfaisant, il devait recevoir des informations de notre part sur des documents complexes - de n’importe quel point de vue - et le mettre au courant des problèmes et prendre une décision à leur sujet”.

La défense a expliqué qu’il n’y a pas de liaison vidéo, mais seulement ces courtes et difficiles conversations téléphoniques. Le juge a ajourné pendant 10 minutes pour examiner la demande de la défense.

Le juge rejette la demande d’ajournement de la défense

Le juge dit que la défense a eu le temps de demander un ajournement préalable et qu’elle ne l’a pas fait. Rejetant le raisonnement de la défense pour le demander maintenant, elle dit qu’elle a décidé de ne pas exclure les nouvelles allégations, mais cela ne peut être une surprise et la défense qui aurait dû agir comme si nous allions poursuivre. Le juge rejette la demande d’ajournement de la défense.

Un professeur de journalisme commence son témoignage

Mark Feldstein, historien du journalisme et professeur à l’université du Maryland, témoigne. Voir sa déclaration de témoin ici pour sa détermination que ce qu’Assange et WikiLeaks pratiquent est du journalisme : Témoignage de Mark Feldstein

Feldstein témoigne de l’omniprésence des fuites d’informations classifiées :

“Il y en a tellement - des milliers et des milliers - c’est la routine ; toutes les études de ces 60 dernières années ont dit que les fuites d’informations classifiées informent le public sur les décisions du gouvernement mais elles prouvent aussi la malhonnêteté du gouvernement... et elles remontent à la présidence de George Washington”.

Certains journalistes en font une carrière ?

Feldstein déclare : “Oui, les lauréats du prix Pulitzer et certains des journalistes les plus respectés de la nation”.

Vous attendez-vous à ce que les éditeurs soient poursuivis pour ce comportement criminel ?

“Eh bien non... parce que le premier amendement protège une presse libre et qu’il est essentiel que la presse dénonce les actes répréhensibles... non pas parce que les journalistes sont en quelque sorte privilégiés, mais parce que le public a le droit d’être informé.”

Y a-t-il déjà eu un précédent de poursuite d’un éditeur ?

“Il y a toujours eu une division, la division source-distributeur....ils ont accusé des lanceurs d’alerte ou des sources, mais n’ont jamais accusé un éditeur, un journaliste ou un autre organe de presse.”

Il y a eu d’autres tentatives de poursuivre des journalistes auparavant ?

“Des efforts extraordinaires ont été déployés pour punir les ennemis de la présidence...”

Des présidents s’en prennent à des journalistes mais jamais au point qu’un grand jury rende des comptes ?

“C’est exact”

À ce stade, la cour a eu des problèmes techniques avec la liaison vidéo du professeur Feldstein, et a ajourné pour la journée. Le tribunal reprend ses travaux demain, à 10 heures, heure de Londres.

https://defend.wikileaks.org/extradition-hearing/

Traduction “tout ce que les médias ne vous raconteront pas” par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles