Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Algérie : Stop aux féminicides !

Algérie : Stop aux féminicides !

lundi 12 octobre 2020, par siawi3

Source : email

Deux rassemblements de féministes algériennes ont eu lieu à Paris : l’un, samedi 10 Octobre Place de la République ; le second, le dimanche 11 octobre face au Consulat Général d’Algérie .

STOP AUXMINICIDES

Lalia Ducos

Aujourd’hui, nous sommes là pour crier notre indignation face à l’horrible crime de Chaima. Le crime de Chaima a ébranlé tout le pays. Ces crimes qui s’exercent sur les femmes ne sont pas ordinaires. ces crimes dont les femmes sont victimes s’appellent des FEMINICIDES .

Il y a Amira Merabet, brûlée et tuée à Constantine.

Razika, tuée et écrasée par son harceleur.

Fatima , Ikram, et cette jeune femme égorgée par son mari le 18 mai 2019.

Une autre victime vient d’être retrouvée brûlée dans la forêt d’el Eulma.

Et toutes ces anonymes tuées et violentées. On cite le chiffre de 40 victimes cette année , mais ceci est certainement loin de la réalité.Ces crimes se répètent et se banalisent .

Chaima a subi une tentative de viol par son agresseur à 15 ans ; elle a porté plainte , et on sait que ce n’est pas facile, elle a porté plainte contre son agresseur, mais rien n’a été fait pour la protéger contre son agresseur, le repris de justice une fois sorti de prison, l’a retrouvée , l’ a torturée , violée et ensuite brûlée . Si le violeur de Chaima avait été suivi à sa sortie de prison, s’il avait été mis sous surveillance peut être que Chaima serait aujourd’hui en vie. Il faut absolument une mise sous surveillance avec bracelet électronique pour les prédateurs.

Mais comment expliquer cette horreur, sinon par la frustration de ces hommes qui se voient attaqués dans leur virilité parce qu’une femme refuse leurs avances. Il est important de remettre ces violences dans le processus de domination des hommes sur les femmes, cette domination s’exerce au sein du couple, au sein de la famille cette domination a un nom « le Patriarcat » ; Cette violence est institutionnalisée par le code de la famille qui infériorise la femme .

Cette violence est aussi alimentée par les conservateurs, les résidus islamistes qui diffusent leur vision rétrograde de la femme, obsédés qu’ils sont par le corps de la femme. Il faut savoir que même les femmes qui portent le djilbab sont violées, elles ne sont pas protégées par leur tenue.

Mais ces crimes , il faut le rappeler ne sont pas d’aujourd’hui : en 1989 Oum Ali , une femme seule, divorcée sans emploi est accusée de prostitution , sa maison fut incendiée, son fils de 3 ans, handicapé, périt dans l’incendie !

Les criminels arrêtés - 13 hommes - n’ ont pas nié leur crime mais l’ont trouvé justifié !

N’oublions pas les descentes punitives à la suite de prêches dans les mosquées, envers les femmes qu’on qualifie de mauvaises mœurs parce qu’elles travaillent et vivent seules à Hassi Messaoud, à Ouargla, à Tebessa.

Si je rappelle ces événements c’est parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Ces crimes se répètent et se banalisent : on continue à entendre certains trouver une justification à ces crimes : « qu’est ce qu’elle portait ? Pourquoi était- elle sortie ? Pourquoi les parents ne l’ont pas éduquée ? »
La victime devient coupable ! CA suffit !

Le problème est un problème de société, d’une société patriarcale, il est urgent de travailler sur les mentalités , de faire évoluer les mentalités dès le plus jeune âge par une éducation non sexiste et non violente ; il faut construire une vraie mixité dans les écoles , dans les universités , dans le travail , pas une mixité où d’un côté nous avons les garçons et de l’autre les filles,il faut établir une relation saine afin que nos jeunes puissent vivre , apprendre à se connaître sans tabou c’est le seul moyen d’éviter les frustrations.Nos jeunes ont besoin de liberté , besoin de vivre avec leur siècle et non au 7e siècle .

Sur le plan sécuritaire , l’État est obligé de protéger la famille , il doit garantir la protection des femmes et les enfants contre les violences.

Il faut que les femmes qui osent franchir le pas et déposer plainte soient prises au sérieux, il faut accompagner les victimes qui ne connaissent pas leurs droits. Elles sont victimes et non coupables !

Il faut prévoir des centres d’accueil et une aide judiciaire gratuite.

Les associations féminines nous disent leur désarroi devant tant de détresse de femmes violentées

Il faut les moyens pour les associations ;

Enfin pas de pardon au violeur ! La peine de mort que la famille de Chaima , dont on comprend l’immense douleur et que d’autres réclament n’est pas la solution il faut la perpétuité pour les criminels sans possibilité de grâce !

Honorons nos mortes , et protégeons les vivantes

slogans :

rena ahna ghadhibat li khaouatna el maqtoulat !

Nous sommes là en colère ,pour nos sœurs assassinées

Ya nasss noudhou, noudhou, khaouatatna rahoum emoutou

Oh gens , debout, debout, nos soeurs sont en train de mourir

essemghou essmghou ya nass Djamila khelatna wassaya , ma nekeblouch edjarima

Ecoutez ,ecoutez, oh gens , Djamila nous a laisse un message, nous n’acceptons pas ces crimes