Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Vatican : Vaccin, avortement, mariage homosexuel... Les six déclarations clés (...)

Vatican : Vaccin, avortement, mariage homosexuel... Les six déclarations clés du pape François à son retour de Slovaquie

mardi 21 septembre 2021, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/vaccin-avortement-mariage-homosexuel-les-six-declarations-cles-du-pape-francois-a-son-retour-de-slovaquie-20210915

Vaccin, avortement, mariage homosexuel... Les six déclarations clés du pape François à son retour de Slovaquie

Par Jean-Marie Guénois
Publié le 15/09/2021 à 20:12, Mis à jour le 15/09/2021 à 20:27

VIDEO ici

L’avortement « est un meurtre », selon le Pape François

Comme à son habitude, le pape a donné une petite conférence de presse dans l’avion de retour vers Rome.

À son retour de Hongrie et de Slovaquie, mercredi 15, le pape François a accordé une demi-heure d’entretien aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion. Une occasion de faire un tour d’horizon de sujets d’actualité. Voici les principaux extraits recueillis par l’agence de presse romaine I.Media et Vatican news.

À lire aussi : De passage à Budapest, le pape appelle à «  s’ouvrir à la rencontre de l’autre »

Europe : « L’Europe court le danger d’être seulement un bureau de gestion »

« L’Union européenne n’est pas une réunion pour ’’faire’’ des choses… Elle est très spirituelle ! L’Europe doit donc reprendre les rêves des grands, des Pères fondateurs de l’Union européenne : Schumann, Adenauer, de Gasperi. Il y a un esprit à la base de l’Union européenne et tous les pays doivent être inspirés par les rêves des grands fondateurs. Il faut y retourner parce que l’Union européenne court le danger d’être seulement un bureau de gestion. Cela ne va pas ! Il faut vraiment retourner à la mystique, chercher la racine de l’Europe et la faire avancer avec chaque pays qui doit aller de l’avant ».

À lire aussi : En Slovaquie, François appelle à la solidarité européenne face à la pandémie

Vaccination : « Il y a certains cardinaux négationnistes »

« L’humanité a une histoire d’amitié avec les vaccins. Nous-mêmes, enfants, pour la rougeole ou la polio, tous les enfants étaient vaccinés et personne ne disait « non ». C’est étrange mais on en est venu là. Peut-être est-ce dû à la virulence et à l’incertitude de la pandémie mais aussi à la diversité des vaccins et à la réputation de certains vaccins qui ne sont pas considérés comme fiables. Et cela crée de la peur chez les gens. D’autres disent qu’il y a danger parce que le vaccin porterait un virus. Certains expliquent aussi cette division par la diversité des provenances des vaccins qui ne sont pas suffisamment testés. Cette division, on la trouve aussi dans le collège des cardinaux. Il y a certains négationnistes [qui refusent le vaccin, selon un terme déjà utilisé par François sur le même sujet]. Et l’un d’eux, le pauvre, se remet du virus. C’est l’ironie de la vie !. Mais il faut clarifier et parler avec sérénité. Au Vatican, tous vaccinés sauf un petit groupe pour lequel nous étudions la façon de les aider. »

Hongrie : « Une loi aide les jeunes couples à se marier et à avoir des enfants »

« Le président est venu me voir. Il a eu ce soin, cette gentillesse. Il est venu avec le premier ministre et le vice-ministre. Le président m’a parlé. Le premier sujet a été l’écologie. Vraiment chapeau à vous les Hongrois : votre conscience écologique est impressionnante ! Ensuite, je lui ai demandé l’âge moyen des gens parce que je m’inquiète de l’hiver démographique. En Italie, si je ne me trompe pas, l’âge moyen est de 47 ans… L’Espagne est encore pire. C’est une préoccupation sérieuse. Comme la résoudre ? Le président m’a expliqué - toujours le président - la loi qui aide les jeunes couples à se marier et à avoir des enfants. C’est intéressant. Elle ressemble assez à la loi française mais en plus développée. C’est pour cela que les Français ne connaissent pas le drame que nous avons en Espagne et en Italie. Nous n’avons pas parlé de l’immigration. Il y a donc beaucoup de jeunes, beaucoup d’enfants en Hongrie ainsi qu’en Slovaquie. C’est une promesse. Le défi est de chercher maintenant des emplois pour ne pas qu’ils partent à l’étranger. S’il n’y a pas de travail, ils iront à l’étranger. Le président m’a parlé tout le temps. Les deux ministres [dont Viktor Orban, premier ministre, ndlr.] ont ajouté quelques données précisées. L’ambiance était bonne. »

À lire aussi : Pourquoi le pape a pris le risque de se fâcher avec la Hongrie

Sur Joe Biden, la communion, l’avortement : « Je n’ai jamais refusé l’Eucharistie à personne »

« Je n’ai jamais refusé l’Eucharistie à personne. La communion n’est pas une récompense pour les parfaits - pensons au jansénisme - la communion est un don, un cadeau, c’est la présence de Jésus dans l’Église et dans la communauté. Ensuite, ceux qui ne sont pas dans la communauté ne peuvent pas prendre la communion. Ils sont hors de la communauté - excommuniés - parce qu’ils ne sont pas baptisés ou se sont éloignés.

À lire aussiCatholique mais pro-avortement, Biden peut-il recevoir l’eucharistie ?

Le deuxième problème, celui de l’avortement : c’est plus qu’un problème, c’est un meurtre. Qui pratique l’avortement tue, sans demi-mesure. Prenez n’importe quel livre sur l’embryologie pour les étudiants en médecine. La troisième semaine après la conception, tous les organes sont déjà là, même l’ADN... C’est une vie humaine, cette vie humaine doit être respectée, ce principe est tellement clair !

À ceux qui ne peuvent pas comprendre, je poserais cette question : est-il juste de tuer une vie humaine pour résoudre un problème ? Est-il juste d’engager un tueur à gages pour tuer une vie humaine ? Scientifiquement, c’est une vie humaine. Est-il juste de la supprimer pour résoudre un problème ? C’est pourquoi l’Église est si dure sur cette question, car si elle accepte cela, c’est comme si elle acceptait le meurtre au quotidien. Un chef d’État m’a dit que le déclin démographique avait commencé parce qu’à l’époque, la loi sur l’avortement était si forte que six millions d’avortements furent pratiqués, ce qui a entraîné une baisse des naissances dans la société de ce pays.

Que doit faire le pasteur ? Être un pasteur, ne pas condamner. Être un pasteur, car celui qui est pasteur l’est aussi pour les excommuniés. Des pasteurs avec le style de Dieu, dans la proximité, la compassion et la tendresse. Je ne connais pas très bien les détails des États-Unis... Mais si vous êtes proches, tendres, et que vous donnez la communion ? C’est une hypothèse. Le pasteur sait ce qu’il doit faire à tout moment. Mais si vous sortez de la pastorale de l’Église, vous devenez un politicien.

Ce sont des enfants de Dieu et ils ont besoin de notre proximité pastorale, au pasteur de résoudre les situations comme l’Esprit l’indique... »

Antisémitisme : « Très affreux, il est en train de resurgir »

« L’antisémitisme est à la mode en ce moment ; c’est en train de ressurgir. C’est quelque chose de très, très affreux. »

À lire aussi : « La mèche de l’antisémitisme en Europe doit être désamorcée », prévient le pape à Budapest

Mariage homosexuel : « Le mariage comme sacrement, c’est un homme et une femme »

« Le mariage est un sacrement. L’Église n’a pas le pouvoir de changer les sacrements. Le Seigneur les a institués. Des lois cherchent à aider la situation de tant de gens qui ont des orientations sexuelles diverses. Et c’est important de les aider de cette façon mais sans imposer des choses qui, par nature, dans l’Église, ne vont pas. Si un couple homosexuel veut porter la vie ensemble, les États ont la possibilité de les soutenir civilement, de leur donner des sécurités de transmission, de santé, etc. Les Français ont une loi pour cela : non seulement pour les homosexuels mais pour toutes les personnes qui veulent vivre ensemble. Mais le mariage est le mariage… Cela ne veut pas dire qu’il faut condamner les personnes qui sont ainsi : non s’il vous plaît ! Ce sont nos frères et nos sœurs et nous devons les accompagner. Mais le mariage comme sacrement est clair. Le Pacs français, les couples homosexuels peuvent l’utiliser. Mais le mariage, comme sacrement, c’est un homme et une femme. Nous sommes tous égaux et nous devons respecter tous. Le Seigneur est bon et sauvera tout le monde. Le Seigneur veut le salut de tout le monde. Mais s’il vous plaît, ne faites pas que l’Église renie sa vérité. Tant de personnes homosexuelles s’approchent du sacrement de pénitence, s’approchent et demandent des conseils aux prêtres… L’Église les aide à aller de l’avant dans leur propre vie. Mais le sacrement de mariage… »

À lire aussi : Le pape ne s’est pas prononcé pour le mariage homosexuel

La rédaction vous conseille
Pourquoi le pape a pris le risque de se fâcher avec la Hongrie
De passage à Budapest, le pape appelle à «  s’ouvrir à la rencontre de l’autre »
« La mèche de l’antisémitisme en Europe doit être désamorcée », prévient le pape à Budapest