Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > impact on women / resistance > France: La langue est politique

France: La langue est politique

Sunday 5 December 2021, by siawi3

Source: https://lesglorieuses.fr/la-langue-est-politique/?utm_medium=email&utm_campaign=La%20newsletter%20des%20newsletters%20Novembre2021&utm_content=La%20newsletter%20des%20newsletters%20Novembre2021+CID_6d202fcf58fe983ed0b4164590502ffe&utm_source=Email%20marketing%20software&utm_term=Lire%20la%20newsletter

Mardi 16 novembre 2021

La langue est politique

par Chloé Thibaud

Un jour, lorsque j’étais au lycée en cours de philo (ma matière préférée <3), la prof nous a parlé de l’école fondée par Aristote à Athènes en -335 avant notre ère : l’école péripatéticienne. Je me souviens de quelques-uns, dans la classe, qui s’étaient esclaffés “Ah ah ah, c’est l’école des putes !“ et de mon sentiment de malaise face à cette blague que je ne comprenais qu’à moitié. Il est vrai que ce mot – péripatéticienne – je l’avais déjà entendu pour évoquer les prostituées… mais jamais pour parler de philosophie.

À l’origine, donc, les péripatéticiens sont les disciples d’Aristote qui préconisait une pratique de la philosophie en mouvement. “Aristote enseignait debout, en marchant, à ceux qui voulaient bien l’écouter et le suivre, m’explique Aurore Vincenti, linguiste et autrice aux éditions Le Robert. En grec, péri signifie autour et patéin signifie marcher, déambuler. Au masculin, le mot français est apparu vers le XIVème ou XV siècle, quasiment calqué sur le grec.“ Après ce premier point de vocabulaire, une question me brûle les lèvres : à quel moment sommes-nous passés des péripatéticiens, ces mecs stylés du Lycée athénien qui cogitent en se promenant, aux péripatéticiennes, des femmes qui “font le trottoir“ ?

“À peu près au XIXème siècle, me répond Aurore. Les étudiants bien nés – uniquement des garçons à cette époque, bien sûr – connaissaient le grec et le latin et employaient des mots de langues anciennes pour faire chic. Le mot féminin ‘péripatéticienne’, c’était d’abord du jargon estudiantin.“ En gros, imaginez un après-midi, après les cours, où Alfred et ses potes croisent une femme seule dans la rue sur le chemin de la brasserie. Pour faire marrer sa bande, Alfred sort : “Mais ne serait-ce pas là une péripatéticienne ?“. Et Louis de lui répondre : “Mouahahah, Alfred, comme vous avez l’esprit fin !“. “Ils ont pris ce mot de façon ‘plaisante’, précise Aurore, et je cite le dictionnaire. C’est-à-dire qu’il s’agissait d’une plaisanterie, d’une moquerie érudite.“ Mais, en réalité, qu’est-ce qu’il nous raconte ce “bon mot“ ? Que des femmes qui déambulent dans l’espace public ne peuvent pas être des philosophes, non ! Des femmes qui marchent librement, au XIXème siècle comme en 2021, ne peuvent être que des prostituées.