Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Maroc : l’association gay Kif Kif annonce sa première conférence (...)

Maroc : l’association gay Kif Kif annonce sa première conférence internationale

mercredi 14 décembre 2011, par siawi3

Source : Kif kif

http://observers.france24.com/fr/content/20090326-homosexuels-marocains-sortent-ombre-kif-kif-conference?mid=54

« L’État ne doit pas interférer dans ce que les gens font dans leur lit »

Samir Barkachi est membre de l’association Kif kif.

Les lois marocaines interdisent la fondation d’associations sur la base de tendances sexuelles. Au Maroc, nous sommes donc officiellement un groupe dont le but est de débattre de sujets en rapport avec la sexualité. Notre objectif est de sensibiliser les Marocains àce sujet. La loi 489 du code pénal marocain nous interdit de faire plus. Elle condamne l’homosexualité. C’est une loi dangereuse qui avait été instaurée par la France. Nous revendiquons sa révision. L’Etat ne doit pas interférer dans ce que les gens font dans leur lit.

Notre association compte actuellement uniquement 50 membres actifs au Maroc et 500 àl’étranger. Au Maroc, même les gens tolérants se sentent gênés d’appartenir àune association d’homosexuels. Notre réunion du 15 avril àMarrakech vise àchanger cette vision péjorative des homosexuels. C’est une petite réunion, mais qui fait beaucoup de bruit. Nous y parlerons de sexe parce qu’au Maroc, il n’y a pas une éducation sexuelle.

Le choix de la ville repose sur sa facilité d’accès ; elle dispose d’un aéroport international. Pour le moment, le lieu de la réunion demeure secret pour des raisons de sécurité et pour éviter des provocations. Tout ce que je peux dire c’est que ce sera dans un lieu privé (une maison).

L’islam n’est pas le problème. L’islam est très tolérant. Moi, je suis croyant et il y a beaucoup de gays croyants au Maroc. Même certains hommes de religion sont devenus plus indulgents. Personnellement, je me demande comment Dieu, qui m’a créé gay, pourrait me punir pour ce qu’il a lui-même voulu. Je n’ai pas choisi d’être gay."

Samir Barkachi