Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Féministes pour une Europe laïque

Féministes pour une Europe laïque

par Azar Majedi

mercredi 11 juin 2008

(paru dans Riposte laïque, Numéro 45, 10 juin 2008)

LAIQUES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

Le 31 mai et le 1er juin 2008 à la « Casa Internazionale delle Donne » (« Maison Internationale des Femmes ») située à Rome, s’est tenue une grande conférence intitulée « Féministes pour une Europe Laïque », organisée par l’Initiative Féministe Européenne.

Le thème de la conférence était la construction d’une Europe féministe et laïque qui respecte l’égalité des droits humains, la dignité et la liberté. Plus de 100 militants venant de France, Italie, Pologne, Suède, Allemagne, Croatie, Espagne, Portugal, Danemark, Grèce, Turquie, Bulgarie, Jordanie, Palestine, Syrie, Liban et Iran ont participé à cet événement historique.[Š]

J’étais là en tant que représentante de l’Organisation pour la Libération des Femmes - Iran [Š] J’ai parlé du voile en tant qu’instrument politique plutôt que d’une pratique religieuse.

J’ai incité les participants à se montrer solidaires avec le mouvement des femmes qui se battent contre l’Islam politique et la ségrégation des sexes, à ne pas répugner à manifester leur indignation de peur de se faire traiter de racistes ou islamophobes, car ils rendraient service à la guerre de propagande déclenchée par les islamistes, qui se servent du multiculturalisme et du relativisme culturel pour faire avancer leur cause réactionnaire.

Ces appels furent reçus avec grand enthousiasme et approuvés avec chaleur et passion. La conférence se termina sur une proposition pour une Europe laïque. Le manifeste proposé par les organisateurs était un document à remettre au Conseil de l’Europe.

Il proposait des revendications concernant les droits des femmes, éliminant toute référence à la religion dans le code civil et de la famille. Il proposait la séparation du religieux et de l’Etat et du système juridique, l’interdiction des cours de religion dans les écoles publiques, la mise en place d’un système scolaire laïque, de cours d’éducation sexuelle dans les écoles publiques, la légalisation de l’avortement, l’accès gratuit à l’avortement et à la contraception, l’interdiction des subventions d’Etat aux institutions religieuses, etc.

L’Organisation pour la Libération des Femmes a soumis deux résolutions à la conférence : l’une visant à condamner la République Islamique d’Iran, qui attaque les femmes si elles ne portent pas le voile et arrête les militantes féministes, et pour exprimer la solidarité avec le mouvement de libération des femmes en Iran. L’autre résolution demandait que l’on accorde le statut de réfugiée à toute femme qui fuit les menaces et la violence mysogine.

Ces résolutions furent accueillies avec des applaudissements. La conférence accepta à l’unanimité une résolution présentée par moi-même et soutenue par Maria Hagberg, du Réseau contre les Crimes d’Honneur. Cette résolution condamne la ségrégation des sexes, système qui discrimine la moitié de l’humanité, exige qu’il soit aboli dans tous les pays tout comme l’apartheid fut aboli en Afrique du Sud.

Traduit de l’anglais par Rosa Valentini