Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Home > Uncategorised > Istanbul: la stratégie de la violence

Istanbul: la stratégie de la violence

Monday 24 June 2013, by siawi

TOUT A BASCULE A TAKSIM HIER SOIR.

Hier soir la guerre a eÌ teÌ deÌ clencheÌ e par la police, je suis un teÌ moin direct puisque j’eÌ tais sur place.

La violence deÌ mesureÌ e de la police a fait des centaines de blesseÌ s, le parc a eÌ teÌ eÌ vacueÌ de force avec gaz, jet d’eau contenant des produits chimiques causant des brulures sur la peau, les balles en plastiques ont blesseÌ s des dizaines de personnes, dont une femme enceinte. Par ailleurs, des grenades cataplexiantes (incapacitantes) ont semeÌ la terreur dans tous le quartier.
L’intervention a eu lieu alors qu’il n’y avait aucune manifestation, aucun rassemblement ni dans le parc Gezi, ni sur la place. C’eÌ tait un samedi ordinaire et les habitants eÌ taient venu avec leurs enfants pour prendre l’air dans ce parc.

Cette intervention a eÌ teÌ faite hier aÌ€ partir de 19h40 alors que la Plateforme de Taksim avait annonceÌ aÌ€ 11h00 le retrait pacifique des occupants du parc deÌ€s lundi.

Les affrontements ont dureÌ jusqu’au petit matin, j’eÌ tais coinceÌ entre les barricades et la police. Je me suis reÌ fugieÌ e dans un passage commerçant, la police a meÌ‚me lanceÌ le gaz aÌ€ l’inteÌ rieur de tous ces passages ouÌ€ les gens s’eÌ taient reÌ fugieÌ s. J’ai eÌ teÌ gazeÌ e, et j’ai vu des gens tomber comme des mouches sur la rue Istiklal.

Des milliers ont afflueÌ de tous les quartiers d’Istanbul pour venir en soutien aÌ€ Gezi Park et les manifestants. La municipaliteÌ a annuleÌ tous les transports en commun deÌ€s 11h00 pour empeÌ‚cher cela mais les gens sont passeÌ de la rive asiatique en marchant sur les ponts du Bosphore. La police a gazeÌ ces gens aÌ€ pied sur le pont meÌ‚me, sans leur laisser une issue de sortie, sauf peut-eÌ‚tre de se jeter par le pont.

Les hotels qui ont accueilli les gens blesseÌ s ont eÌ teÌ gazeÌ s de l’inteÌ rieur. Les touristes ont accueilli les blesseÌ s dans leur chambre d’hoÌ‚tel mais ont subi eÌ galement les violences car les lobby et reÌ ceptions, transformeÌ s en centre de soins meÌ dicaux, de ces hoÌ‚tels ont eÌ teÌ attaqueÌ s par la police. Ceci est un crime contre l’humaniteÌ , du jamais vu meÌ‚me dans les pays avec des reÌ gimes les plus reÌ pressifs.

Toute cette violence n’a pas arreÌ‚ter le peuple qui s’est regroupeÌ dans chaque quartier. Nous ne connaissons pas exactement le nombre de blesseÌ s, mais nous savons qu’il y a plusieurs blesseÌ s dans un eÌ tat grave, nous en sauront plus dans quelques heures.

Des centaines de gens blesseÌ s n’ont pas pu recevoir de soins meÌ dicaux car les forces de l’ordre ont interdit l’acceÌ€s des ambulances aÌ€ Taksim.

Aujourd’hui, Erdogan tient un meeting aÌ€ Istanbul avec ses supporters, qu’il n’heÌ sitera sans doute pas aÌ€ lacher contre les reÌ sistants.

Les habitants des 70 villes du pays sont dans la rue aujourd’hui pour protester.

Des dizaines de milliers sont en train de marcher vers la place Taksim. La violence du pouvoir actuel contre ses citoyens doit être arrêter au plus vite.
Je vous demande de divulguer le message partout ouÌ€ vous pouvez. C’est vraiment treÌ€s grave et cela va sans doute continuer.

La deÌ sinformation du pouvoir ne doit pas eÌ‚tre relayeÌ e par les meÌ dias europeÌ ens mais la veÌ riteÌ doit eÌ‚tre entendue partout dans le monde.
Merci aÌ€ tous de faire en sorte que l’information circule le plus vite et largement possible. Ce dimanche 16 juin, nous nous attendons malheureusement aÌ€ la suite des violences.

Defne Gursoy

Istanbul, 16 juin 2013, 11h00 (heure locale)

Urgent Call for Humanity