Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Algérie : L’islamisme et le nazisme c’est du pareil au même

Algérie : L’islamisme et le nazisme c’est du pareil au même

mardi 14 janvier 2014, par siawi3

source : siawi, 14 Janvier 2014

marieme helie lucas

Livre : Boualem Sansal, Le Village de l’Allemand, Gallimard, 2008

L’histoire :
Deux frères, algériens, sont envoyés par leur père chez un oncle ouvrier en France pour y poursuivre de bonnes études cependant que les parents restent au village.
Le village est attaqué par des islamistes armés qui tuent une grande partie des villageois. C’est seulement àcette occasion que les frères vont apprendre que leur père est en fait un allemand, ancien officier nazi, réfugié en Algérie, qui a ensuite participé àla formation et àl’entrainement militaire des combattants de la libération algérienne – et est honoré dans le village àce titre.
Dans l’extrait ci-dessous, un des héros explique àses copains traine-savate de sa cité de banlieue parisienne, - qui tous ont àun moment ou àun autre été captés par l’imam intégriste de la cité, puis se sont lassés des restrictions imposées – comment il voit, àla lumière de la vie de son père
et de l’existence de groupes armés intégristes, le parallèle entre islamisme et nazisme.

Inutile de dire que ce livre a valu àBoualem Sansal quelques ennuis…

Toute dénonciation de l’islamisme comme mouvement populaire d’extrême droite se heurte en effet aux problèmes suivants :
La sécurité de l’auteur est mise en danger ; dans son propre pays et ailleurs aussi.
Son discours est utilisé par l’extrême droite xénophobe européenne pour justifier l’exclusion – et demander l’expulsion - des citoyens d’origine ‘musulmane’, y compris quand leurs familles vivent en Europe depuis plusieurs générations, y compris quand ils ne sont pas croyants. Pour les racistes, toute personne originaire d’un pays musulman ou avec un nom àconsonnance arabe est un musulman, et tout musulman est un intégriste. CQFD.
Son discours est vilipendé par la gauche libérale et les organisations de droits humains comme non-représentatif de l’opinion des ‘musulmans’, illégitime, extrémiste – voire vendu àl’impérialisme américain - , donc irrecevable.

EXTRAIT :

“- Vous connaissez Hitler ?
…/…
En son temps, nous n’existions pas. Nos parents n’étaient pas nés ou venaient àpeine de naître, sauf le mien qui était déjàun athlète d’une quinzaine d’années. Hitler était le führer de l’Allemagne, une sorte de grand imam en casquette et blouson noir. En arrivant au pouvoir, il a apporté une nouvelle religion, le nazisme. Tous les Allemands portaient au cou la croix gammée, le truc qui voulait dire : Je suis nazi, je crois en Hitler, je vis par lui et pour lui. Ca voulait dire aussi que ceux qui n’avaient pas la croix gammée au cou devaient être éliminés. Il a interdit aux Allemands plein de choses, comme l’imam de la cité vient de le décréter, puis quand il les a bien dressés, quand ils sont devenus de vrais nazis, fous de leur religion et de leur führer, il a décrété que les Juifs, les étrangers, les émigrés, les malades, les bras cassés comme toi Manchot, les malins comme Togo-au-lait, les phénomènes comme Cinq-Pouces, les bavards comme Idir-Quoi, les sang-mêlé comme moi, les fils de boucher hallal comme Momo, les mous de la tête comme Raymond devaient disparaître. C’étaient des impurs, la race inférieure, ils ne méritaient pas de vivre et leurs parents qui les avaient fait ainsi devaient périr par le feu…/..
Tous ces gens, des millions de personnes, il les a passés dans les incinérateurs àordures.
…/…
Le monde entier s’est mobilisé contre cette folie, ils ont tué l’imam en chef, le Führer, et tous ses émirs, et ils ont occupé l’Allemagne. C’est làqu’ils ont découvert les camps d’extermination. Il y en avait des dizaines, les morts se comptaient par millions et les survivants ressemblaient tellement àdes cadavres qu’ils ne savaient pas comment leur parler. Quand mes parents et leurs voisins du village ont été égorgés par les islamistes, Rachel a commencé àréfléchir. Il a compris que l’islamisme et le nazisme c’était du pareil au même. Il a voulu voir ce qui nous attendait si on laissait faire comme on a laissé faire en Allemagne, àKaboul et en Algérie où les charniers islamistes ne se comptent plus, comme on laisse faire chez nous en France où les Gestapos islamistes ne se comptent plus. Au bout du compte ça lui a fait tellement peur qu’il s’est suicidé. Il pensait qu’il était trop tard, il se sentait responsable, il disait que notre silence était de la complicité, il disait que nous sommes dans le piège et qu’àforce de nous taire en faisant semblant de discutailler intelligemment, nous finirons par devenir des kapos, sans nous en rendre compte, sans voir que les autres, autour de nous, le sont déjà.

- Hé, tu déconnes, on n’est pas des kapos ! s’écria Raymou.

- Je vais peut être vous rappeler qe nous étions des leurs il n’y a pas loin et que nous ne le savions pas.
Je n’ai pas eu besoin d’insister, ils se souvenaient très bien, ils avaient assez trempé dans le bain.

- Qu’est ce que tu proposes, qu’on se suicide comme Rachel ? .../…

Une heure après, nous en étions au même point. Nous sommes partis dans toutes les directions et partout nous avons rencontré des murs. On avait le problème, on n’avait pas la solution. Arrêter l’islamisme c’est comme vouloir attraper le vent. Il faut autre chose qu’un panier percé ou une bande de rigolos comme nous. Savoir ne suffit pas. Comprendre ne suffit pas. La volonté ne suffit pas. Il nous manque une chose que les islamistes ont en excès et que nous n’avons pas, pas un gramme : la détermination. Nous sommes comme les déportés d’antan, pris dans la machination, englués dans la peur, fascinés par le Mal, nous attendons avec le secret espoir que la docilité nous sauvera. "