Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Quebec : Entrevue avec l’humoriste Boucar Diouf

Quebec : Entrevue avec l’humoriste Boucar Diouf

VIDEO

mardi 28 janvier 2014, par siawi3

VIDEO

Entrevue avec Boucar Diouf, àTélé-Québec, àl’émission no 399, diffusée cette semaine, là, en date du 19 octobre 2013, où des échanges sont faits, aussi, sur la Charte de laïcité :
voir des minutes, de 0min à37min30sec, mais surtout, si vous avec peu de temps, surtout les minutes de 11min30sec à37min30sec, MAIS AU MOINS LES MINUTES 19min30sc à37min30sec.

Source : http://zonevideo.telequebec.tv/media/7459/emission-399/les-francs-tireurs
Les francs-tireurs
Émission 399
Épisode complet

2013-2014 / Épisode 399 / 45:55

En entrevue, Richard Martineau rencontre l’humoriste, conteur, biologiste, animateur et auteur Boucar Diouf. Originaire du Sénégal, installé au Québec depuis le début des années 1990, Boucar Diouf a pour le Québec un amour aussi indéfectible qu’inconditionnel. Dans cet entretien àcoeur ouvert, il se livre sans détour sur sa jeunesse en Afrique de l’Ouest, ses premières années àRimouski, où il était chargé de cours àl’université, et son coup de foudre pour ce Québec qu’il définit comme « métissé serré  ». La tempête violente sur les réseaux sociaux déclenchée le printemps dernier àla suite de la publication d’un texte d’opinion où il s’exprimait contre la fraternité raciale l’a profondément ébranlé et lui a laissé des cicatrices. « Les noirs ne sont pas un groupe monolithique et je ne suis la propriété de personne  » , plaide-t-il.
Le Dr Julien est inquiet pour « ses  » enfants. Ceux du quartier Hochelaga-Maisonneuve, où est situé son centre de pédiatrie sociale, et qui fréquentaient trois écoles du coin (Baril, Saint-Nom-de-Jésus et Hochelaga) , avant que les moisissures et l’apparition de problèmes de santé ne les en chassent. Depuis la rentrée de 2012, et même depuis celle de 2011 dans le cas de l’école Baril, les élèves ont été relocalisés dans des écoles secondaires qui ne sont plus accessibles àdistance de marche. Conséquence : le Dr Julien ne peut plus les suivre aussi facilement, rencontrer leurs parents, leurs professeurs et la communauté qui est àla base de son approche. Dans un milieu défavorisé, cela est tout sauf banal. « Cette coupure fragilise dangereusement le développement et l’avenir des enfants, sans compter les problèmes de santé qui, dans certains cas, ne sont pas disparus  » , nous raconte-t-il. Benoît Dutrizac le rencontre devant les fenêtres barricadées de l’école Baril.

Disponible jusqu’au 31 aoà»t 2018