Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > ’Mon fils’, d’Eran Riklis

’Mon fils’, d’Eran Riklis

film review

mardi 17 février 2015, par siawi3

Source : siawi, 17 février 2015

FILM : MON FILS

Du réalisateur progressiste israélien Eran Riklis

par Hakim Arabdiou

Il s’agit d’une adaptation de deux romans de l’écrivain Palestinien d’Israël Sayed Kashua (Palestinien de 48, comme on les appelle au Proche-Orient).

Le film raconte l’histoire d’un jeune Palestinien, Iyad (Tawfeek Barhom), doué en classe au point d’être le premier et unique élève Palestinien à être admis dans un lycée d’Excellence à Jérusalem dit aussi el Qods.

Il est, dès son arrivée, dragué par Naomi, sa camarade de classe. Ils s’aiment. Naomi est d’abord prisonnière en partie de ses préjugés ethniques au point de cacher pendant un bon moment à ses camarades de classes qu’elle sortait avec lui, un Arabe, de crainte de leurs sarcasmes. Mais elle finit par succomber à l’engrenage du système familial et institutionnel et par quitter Iyad, car ils lui interdisent de se lier amoureusement avec un Palestinien.

Le lycée exige de tous les élèves une activité d’utilité civile ou sociale. C’est dans ce cadre qu’Iyad se lie aussi avec une famille juive de la ville sainte, composée d’une mère avocate de profession (Yaël Abécassis) et de son fils, Jonathan, hémiplégique et atteint d’une maladie dégénérative. Ils ont le même âge et deviennent vite amis. Il lui tient compagnie et devient indispensable à cette famille, et un second fils pour Edna.

Iyad doit également affronter le racisme ordinaire dans la société israélienne, qui l’oblige à prendre une identité juive (comme certains de ses compatriotes) pour trouver un travail de serveur, afin de financer ses études de lycée, qu’il réussit brillamment et poursuivre ses études universitaires à Berlin.

Le réalisateur nous montre progressivement le courage, la générosité et l’humanisme d’Iyad.

Eran Riklis a réalisé plusieurs films, dont la Mariée syrienne (pas mal), le Citronnier (ceux qui l’ont vu en disent beaucoup de bien ) et Voyage du directeur des ressources humaines (je ne l’ai pas beaucoup aimé).

Un film émouvant et pétri d’humanisme. Un film beaucoup plus riche que ce très modeste compte rendu. A voir. Absolument !

http://www.ugc.fr/film.html?id=10379&cinemaId=