Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > France : « L’apreÌ€s-janvier : plus que jamais la ReÌ publique laïque   (...)

France : « L’apreÌ€s-janvier : plus que jamais la ReÌ publique laïque  »

mercredi 18 mars 2015, par siawi3

COMITEÌ LAÏCITEÌ REÌ PUBLIQUE
COLLOQUE 14 MARS 2015 – Palais Bourbon :

« L’apreÌ€s-janvier : plus que jamais la ReÌ publique laïque  »

Intervention de Patrick Kessel,
PreÌ sident du CLR

La laïciteÌ combat le Front national, le communautarisme fait son lit.
Au lendemain des attentats barbares qui, en janvier dernier, ont frappeÌ la ReÌ publique au cÅ“ur, l’immense sursaut populaire avait donneÌ aÌ€ penser que chacun avait pris la mesure de la graviteÌ de la situation. La ReÌ publique aux principes universalistes, l’eÌ galiteÌ , la laïciteÌ eÌ taient de retour. Le PreÌ sident de la ReÌ publique, le Premier Ministre dans un discours historique aÌ€ l’AssembleÌ e Nationale, les deÌ puteÌ s entonnant la Marseillaise debout et aÌ€ l’unisson, et ce pour la premieÌ€re fois depuis la fin de la PremieÌ€re guerre mondiale, ont fait vibrer cet appel au ressourcement de la ReÌ publique. Le pays retrouvait des valeurs et une identiteÌ commune, nourrie de fraterniteÌ . Les premieÌ€res mesures concreÌ€tes eÌ taient annonceÌ es en matieÌ€re de seÌ curiteÌ , de renseignement, de formation des maiÌ‚tres. Le CLR a souligneÌ combien elles allaient dans le bon sens et devaient eÌ‚tre suivies d’actes concrets. « Je suis Charlie  », mot d’espoir, se reÌ pandait bien au-delaÌ€ de l’hexagone, bien au-delaÌ€ de ceux qui jusque-laÌ€ appreÌ ciaient ou non la culture satirique des caricaturistes de l’hebdomadaire. Parce qu’on avait compris que les victimes avaient eÌ teÌ massacreÌ es non pas par hasard, mais en tant que
policiers, en tant que juifs, en tant que deÌ fenseurs de la liberteÌ absolue de conscience. Ce n’eÌ tait pas un crime de guerre mais un acte de barbarie contre les LumieÌ€res.

Cela, une partie de nos concitoyens, contrairement aÌ€ ce que nous avions trop vite espeÌ reÌ , ne l’ont pas neÌ cessairement compris, ne l’ont pas partageÌ et parfois pour certains, l’ont combattu. Dans un second temps, la deÌ chirure culturelle du pays, que certains veulent masquer sous la crise sociale, s’est reÌ veÌ leÌ e telle qu’elle, profonde et inquieÌ tante. Une partie de la France avait boudeÌ les grands deÌ fileÌ s de soutien aÌ€ Charlie.
Dans plus d’eÌ coles qu’on ne l’a dit, des eÌ leÌ€ves avaient refuseÌ la minute de silence aÌ€ la meÌ moire des victimes. Dans certains cas, des enseignants ont eux-meÌ‚mes rejeteÌ le principe de ce recueillement. Dans certains quartiers, on a eÌ voqueÌ des manifestations d’alleÌ gresse.
Comment en est-on arriveÌ aÌ€ ce stade ouÌ€ des adolescents des banlieues se deÌ finissent comme blacks, blancs, beurs, feujs, homos... avant de se sentir citoyens français ? Se revendiquent d’identiteÌ s communautaires de substitution, qui leur font croire qu’ici ils ne seraient pas français, avant qu’ils deÌ couvrent que, sur l’autre rive de la MeÌ diterraneÌ e, ils ne se sentent pas davantage AlgeÌ riens, Marocains, Tunisiens...
Alors peut-eÌ‚tre certains imaginent-ils qu’en s’engageant avec les islamo- fascistes, ils donneront sens aÌ€ leur vie ? Les politiques communautaristes et le recul des principes laïques sont passeÌ s par laÌ€ !

Bien vite est apparu un discours culpabilisateur « anti- Charlie expliquant « que c’eÌ tait un peu de leur faute, qu’ils l’avaient un peu chercheÌ Â » ces caricaturistes, comme si l’on disait aÌ€ la jeune femme qui vient de se faire violer qu’elle n’est pas innocente, elle qui portait une jupe un peu courte ! On a lu sur les reÌ seaux sociaux se deÌ velopper un discours complotiste, sous-entendant, comme ce fut le cas pour l’attentat contre les tours de Manhattan, que tout cela n’eÌ tait pas clair, qu’il y avait des eÌ leÌ ments troubles dans la seÌ curiteÌ et qu’on voyait bien aÌ€ qui cela servait ! Sous-entendu, une opeÌ ration des services israeÌ liens...Les juifs encore !!

Et puis, a ressurgi la vague communautariste, deÌ nonçant derrieÌ€re chaque laïque un militant raciste, islamophobe ! L’inteÌ griste, c’est l’autre ! Les socialistes de la SFIO, aÌ€ l’eÌ poque ardents deÌ fenseurs de la laïciteÌ , n’avaient-ils pas eÌ teÌ colonialistes en AlgeÌ rie ? Ainsi, pour le journaliste Edwy Plenel, la deÌ monstration est faite que les laïques sont naturellement les continuateurs islamophobes des colons tandis que les musulmans de France seraient les heÌ ritiers des coloniseÌ s et de la classe ouvrieÌ€re perdue ! On croyait le proceÌ deÌ stalinoïde oublieÌ . Il revient aÌ€ la mode et les speÌ cialistes de la contorsion ideÌ ologique parviennent toujours aÌ€ faire entrer l’histoire dans la theÌ orie ! En revanche, pas un mot sur la reÌ aliteÌ du « nouvel antiseÌ mitisme  » ou le fait que les musulmans, les femmes en particulier, sont les premieÌ€res victimes de l’islamo-fascisme conqueÌ rant.
Des discours dogmatiques qui ne sont pas sans rappeler les haines d’avant-guerre quand d’aucuns plaidaient « plutoÌ‚t Hitler que Blum ». Car aÌ€ stigmatiser le sursaut laïque de Manuel Valls, les communautaristes font le lit de Le Pen. Ainsi, subtilement, on est passeÌ de la deÌ fense de la laïciteÌ aÌ€ la deÌ nonciation de l’islamophobie ! Un meeting contre l’islamophobie a fait salle comble aÌ€ Saint-Denis, aÌ€ l’appel d’une soixantaine d’associations dont le PCF, le NPA et d’organisations comme l’UOIF –Union des associations islamiques de France- ou les « IndigeÌ€nes de la ReÌ publique  ». Au dernier moment, Europe-Ecologie-Les Verts, signataires de l’appel, s’est retireÌ e en raison de la preÌ sence d’organisations jugeÌ es « poleÌ miques et hostiles aÌ€ la laïciteÌ Â ». Il s’en est fallu de peu !

Contenu pendant des anneÌ es sous la chape de plomb de la bien-pensance, le deÌ bat fait deÌ sormais rage aÌ€ gauche. Les diffeÌ rencialistes, pour les plus anciens, aveugles, sourds, muets face aux crimes staliniens deÌ noncent les heÌ ritiers de JaureÌ€s et CleÌ menceau comme « racistes  » et sont en train « de saper des deÌ cennies d’avanceÌ es, de progreÌ€s et d’eÌ mancipation  » selon Caroline Fourest, une de leurs teÌ‚tes de Turc !
Et voilaÌ€ comment, en quelques jours, la laïciteÌ qui avait rassembleÌ un peuple blesseÌ se retrouve attaqueÌ e alors qu’il conviendrait de la soutenir partout, sur tous les territoires de la ReÌ publique.

La Droite s’en meÌ‚le. Nicolas Sarkozy, l’homme du discours de Latran, proclamant la supeÌ rioriteÌ du preÌ‚tre sur l’instituteur en matieÌ€re d’enseignement de la morale, avait entrepris de « toiletter  » la loi de 1905 et fait voter la loi Carle permettant d’eÌ largir les financements publics aux eÌ coles priveÌ es. Depuis les attentats de janvier, voilaÌ€ que des voix autoriseÌ es, et non des moindres, s’eÌ leÌ€vent pour relancer le projet de reÌ vision de la loi de seÌ paration. Les meÌ‚mes qui par ailleurs courent apreÌ€s les theÌ€ses du Front National ! Au point que le PreÌ sident du Conseil Constitutionnel, Jean-Louis DebreÌ , a senti la neÌ cessiteÌ de prendre fermement et clairement position contre toute tentative de modification de la loi de seÌ paration, ciment de la paix sociale !

A Gauche, malheureusement, les deÌ clarations contradictoires n’ont pas leveÌ la confusion inquieÌ tante qui a fait suite aÌ€ certains atermoiements coupables des dernieÌ€res anneÌ es. Pour ne citer que lui, l’ancien ministre de l’Education Nationale, Jack Lang, deÌ jaÌ€ responsable du deÌ tournement de la loi de 1905 qui avait permis en son temps de financer la construction de la catheÌ drale d’Evry, s’est aÌ€ nouveau deÌ clareÌ en faveur d’une reÌ vision de la loi afin de pouvoir financer l’islam en France ! La pression eÌ tait assez forte pour que François Hollande tranche qu’on ne toucherait pas aÌ€ la loi. Il n’aurait plus manqueÌ que cela, alors que le programme du candidat Hollande preÌ voyait de renforcer la laïciteÌ en inscrivant dans la Constitution les deux premiers articles de la loi de 1905.

Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, voilaÌ€ que le PS, dans un communiqueÌ de son deÌ leÌ gueÌ aÌ€ la laïciteÌ , se prononce en faveur du deÌ veloppement des eÌ tablissements scolaires musulmans sous contrat ! La Gauche qui apreÌ€s avoir avaleÌ le boa de la loi DebreÌ en 1958 et apparemment renonceÌ aÌ€ abroger les dispositions de la loi Carle qui aggravent le probleÌ€me, se prononcerait deÌ sormais en faveur de l’enseignement priveÌ !
On voudrait reÌ‚ver, mais c’est un cauchemar. L’eÌ cole publique, laïque, obligatoire, creÌ ature de la gauche depuis toujours, creÌ eÌ e pour faire en sorte que tous les enfants quels que soient leur couleur, leurs origines, la confession de leurs parents, leur sexe, soient instruits pour devenir des citoyens libres et eÌ gaux en droits, des hommes et des femmes libres et responsables, se retrouverait en « concurrence  » avec des eÌ tablissements chargeÌ s de faire ici de futurs musulmans, laÌ€ de futurs catholiques, protestants, juifs... !
C’est JaureÌ€s qu’on aime tant citer aÌ€ l’occasion des commeÌ morations, qui doit se retourner dans sa tombe, lui qui deÌ clarait que lorsqu’il « s’agit de l’œuvre d’eÌ ducation ouÌ€ la conscience s’eÌ veille, ouÌ€ la raison incertaine se deÌ gage, seuls les repreÌ sentants de la laïciteÌ doivent eÌ‚tre autoriseÌ s pour propager, non pas un dogme nouveau, non pas une doctrine immobile mais l’habitude meÌ‚me de la raison et de la veÌ riteÌ Â »( CiteÌ par Jacques Julliard – Les Gauches françaises- p 443 – Flammarion sept 2012).

Ces propositions sur les eÌ coles priveÌ es sous contrat et l’incitation aÌ€ l’eÌ dification de nouveaux lieux de culte, que nombre d’eÌ lus disent deÌ couvrir, figuraient pourtant deÌ jaÌ€ dans un document preÌ paratoire au CongreÌ€s du PS, intituleÌ Â« Faire vivre la ReÌ publique  » (Rapport d’eÌ tapes – 30 janvier 2015). Il eÌ tait signeÌ d’une vingtaine de responsables socialistes dont le PreÌ sident de l’Observatoire de la laïciteÌ , alors que selon l’observatoire chreÌ tien de la laïciteÌ , il s’agit « d’un deÌ voiement de la laïciteÌ Â », un « encouragement aÌ€ l’ideÌ e d’une socieÌ teÌ et d’un Etat orienteÌ s dans le sens du communautarisme identitaire  ». La fondation Terra Nova, influente dans les alleÌ es du pouvoir, on s’en souvient, avait deÌ jaÌ€ proposeÌ une citoyenneteÌ aÌ€ geÌ omeÌ trie variable selon les origines communautaires ! Savent-ils que ce fameux droit aÌ€ la
diffeÌ rence transformeÌ en diffeÌ rence des droits, a eÌ teÌ conçu dans les officines de l’extreÌ‚me-droitepour leÌ gitimer le systeÌ€me d’apartheid alors de reÌ€gle en Afrique du Sud ?

Une telle reÌ gression historique, aÌ€ deÌ faut de deÌ menti clair, constituerait une sorte de Bad Godesberg honteux sur la laïciteÌ marquant une veÌ ritable rupture aux conseÌ quences impreÌ visibles. Le parti radical de gauche l’a compris qui a aussitoÌ‚t deÌ nonceÌ les« propositions inacceptables  » et « indignes » du parti socialiste, qu’il accuse de « trahir la ReÌ publique  » en allant contre le principe de seÌ paration.
A court terme, c’est pour le moins une grave erreur que de laisser le champ libre au Front National qui reÌ alise un hold- up en se posant en deÌ fenseur de la laïciteÌ alors que l’histoire de l’extreÌ‚me-droite nous rappelle que celle-ci a toujours plaideÌ pour une France blanche, catholique, apostolique et romaine ! Il faut eÌ‚tre aÌ€ court d’arguments honneÌ‚tes pour accuser les deÌ fenseurs de la laïciteÌ d’avoir les meÌ‚mes propositions que le Front National alors que la laïciteÌ constitue le seul rempart contre toutes les formes de racisme qu’en revanche nourrissent les communautarismes. A quelques encablures des eÌ lections deÌ partementales, on s’interroge en revanche sur les motivations politiques alors que le Premier Ministre se mobilise pour sensibiliser au danger que repreÌ sente l’extreÌ‚me-droite.

Et comme si cela ne suffisait pas, voilaÌ€ que la proposition de loi de la seÌ natrice Françoise Laborde, visant aÌ€ permettre la creÌ ation de creÌ€ches laïques, suite aÌ€ la longue et difficile affaire Baby-Loup, suscite de nouveaux remous aÌ€ gauche ! Le PreÌ sident de l’Observatoire de la laïciteÌ monte en ligne contre ce projet qu’il qualifie de « dangereux  » alors que le Pt de la ReÌ publique l’avait envisageÌ , et deÌ nonce « un a priori antimusulman qui existe y compris aÌ€ gauche  » !
Au contraire, avec luciditeÌ , Jean Glavany, ancien ministre, deÌ puteÌ , membre de l’Observatoire, estime « si toutes les religions ont geÌ neÌ reÌ dans l’histoire et geÌ neÌ€rent toujours leurs propres inteÌ grismes, un inteÌ grisme radical menace plus la ReÌ publique que les autres. C’est l’inteÌ grisme islamiste. Si nous ne le
reconnaissons pas, par peur de paraiÌ‚tre islamophobe, alors on nie les probleÌ€mes et on fait le lit du Front National qui, lui, ne nie pas les probleÌ€mes : il les exploite pour entretenir les peurs  ».

En quelques petites semaines, le grand souffle reÌ publicain semble retombeÌ tel un soufflet et nos inquieÌ tudes sont de plus en plus vives face aÌ€ la monteÌ e des communautarismes et des discours qui n’eÌ voquent la laïciteÌ que pour mieux la vider de son contenu. Maladresses ? Tentatives pour tester la reÌ sistance des laïques comme certains s’y emploient aÌ€ l’inteÌ rieur meÌ‚me du PS ? Course eÌ lectorale apreÌ€s un illusoire vote communautaire musulman ?

La laïciteÌ , trois mois apreÌ€s l’explosion de violence barbare, semble sur le reculoir. Alors que selon les sondages, 80% des Français interrogeÌ s sont favorables au droit aÌ€ mourir dans la digniteÌ , l’adoption d’un texte qui constitue une petite avanceÌ e mais est treÌ€s en recul par rapport aux engagements, teÌ moigne de l’eÌ norme pression qu’exercent les communauteÌ s religieuses sur l’Etat et la repreÌ sentation nationale. Et qu’il existe reÌ ellement des probleÌ€mes de laïciteÌ dans la France d’aujourd’hui.

A ne pas en prendre l’exacte mesure, les responsables politiques prendraient l’immense responsabiliteÌ de jouer avec le feu en favorisant la monteÌ e d’une extreÌ‚me-droite qui attend son heure. La laïciteÌ n’est plus seulement un sujet philosophique ou eÌ thique, celui de l’universalisme des principes contre un modeÌ€le multiculturaliste qui prend l’eau de toutes parts et menace la ReÌ publique et la deÌ mocratie. Il est politique, immeÌ diatement politique. Et appelle un sursaut reÌ publicain aÌ€ la hauteur du sursaut populaire du 11 janvier qui a peut-eÌ‚tre constitueÌ la plus grande mobilisation populaire en France de tous les temps. Ce colloque du ComiteÌ LaïciteÌ ReÌ publique a pour objectif d’y apporter notre contribution.

www.laicite-republique.org