Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Guerre contre l’humanité

Guerre contre l’humanité

Un point de vue algérien

dimanche 15 novembre 2015, par siawi3

Source : http://www.liberte-algerie.com/contrechamp/guerre-contre-lhumanite-4200

Publié par Mustapha Hammouche
le 15-11-2015 10:00

Guerre contre l’humanité

L’attaque sanglante de Paris marque une étape dans la permanente recherche d’“efficacité†criminelle du terrorisme islamiste. Mais elle n’est effroyable que par son tragique bilan humain. Comme l’attentat du 11 Septembre àNew York, elle illustre ce souci d’une sophistication continuelle dans la préparation tactique, d’une détermination écervelée des exécutants et d’une recherche obsessionnelle de l’horreur dans l’effet.
Bien sà»r, elle constitue aussi une réponse àl’engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme islamiste transnational. Mais une éventuelle “neutralité†l’aurait-elle mise àl’abri de la stratégie hégémoniste du terrorisme islamiste mondialisé ? De prendre ses distances dans “la guerre civile†en Algérie ne l’avait pas épargnée, en 1995, de l’expansionnisme du terrorisme, naturel mode d’expression de l’idéologie islamiste.

La dernière chronique chutait par cette prédiction émise en 1998 par André Glucksmann : “À mi-chemin du commencement et de la fin du monde, l’Algérie affronte, selon toute probabilité, une nouvelle peste promise àextension planétaire. Le fanatisme théologico-politique est contagieux !†L’islamisme, idée totalitaire, ne veut pas s’imposer aux seuls musulmans. Il n’est pas question ici de prendre sa petite revanche intellectuelle sur un monde qui, souvent, commence par croire qu’il peut faire l’économie d’une guerre alors même que c’est l’ennemi qui a l’initiative de son déclenchement. Ce serait un peu inconvenant en ce moment de pénible tragédie.

Même s’il vise expressément la France, le multiple attentat ciblant Paris, capitale reconnue de la liberté culturelle, marque un moment paroxystique de ce qu’un éditorialiste de Les Échos a appelé “la guerre des valeurs†. La ville symbolise la vivacité, au sens de l’ardeur àse mouvoir, de l’existence intelligemment active. Et pas pour les seuls Parisiens ou les seuls Français. Si les hommes la courent des quatre coins du monde, c’est pour sa charge créative, inventive, libertaire. L’attentat frappe Paris dans ce qu’il y a de plus humain dans son image.

D’ailleurs, le spectacle de Paris ville déserte, “le jour d’après†, est significatif de l’effet recherché de cette guerre contre la vie. Qu’est-ce que Paris avec le Louvre et la Tour Eiffel fermés, les Champs-Élysées et Saint-Germain déserts ? De la même manière qu’il a détruit les vestiges d’un Palmir ou d’un Tombouctou, pourtant désertés des hommes, ce sont des siècles de sédimentation culturelle que Daech a voulu ébranler àParis. En attendant de pouvoir les détruire.

Ce n’est pas la gloire de l’Islam qui empêche les islamistes de dormir, mais ce qu’il y a de plus humain en l’homme.
Dans cette guerre globale, ce ne sont pas nos différences qui motivent la haine islamiste, mais ce que nous partageons : l’humanité et l’humanisme.

M. H.