Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Egypte : l’EI affirme que le crash de l’avion russe a été causé par une (...)

Egypte : l’EI affirme que le crash de l’avion russe a été causé par une bombe

jeudi 19 novembre 2015, par siawi3

Source : http://actu.orange.fr/france/attentats-paris/egypte-l-ei-affirme-que-le-crash-de-l-avion-russe-a-ete-cause-par-une-bombe-afp_CNT000000fvxOX.html

AFP 18-11-2015 - 17:04

Le groupe jihadiste Etat islamique a affirmé avoir réussi àintroduire une bombe àbord de l’avion russe au départ de Charm el-Cheikh dans le Sinaï égyptien le 31 octobre, causant son explosion, selon le magazine de l’EI, Dabiq.

C’est la première fois que l’EI, qui avait dit être derrière le crash le jour même du drame, explique comment il a procédé.

La dernière édition du magazine publié mercredi explique que le groupe a agi après avoir découvert une faille dans la sécurité de l’aéroport égyptien de Charm el-Cheikh, d’où a décollé l’avion avant de s’écraser dans le désert du Sinaï, causant la mort des 224 personnes àbord.

Le groupe publie une photo présentée comme étant celle de l’engin explosif, fabriqué àl’aide d’une canette de boisson gazeuse, ainsi qu’un cliché montrant un passeport que le magazine affirme être celui d’un passager qui aurait été récupéré sur le site du crash.

L’objectif initial du groupe était de cibler un avion d’un pays membre de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et qui lutte contre l’EI en Irak et en Syrie, selon la même source.

Mais la cible a changé après l’intervention fin septembre de la Russie en Syrie où elle appuie les forces du régime, précise le magazine.

Moscou a confirmé mardi que le crash avait été provoqué par l’explosion d’une bombe àbord de l’appareil.

Quelques jours après le crash de l’avion, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient déjàdit privilégier la thèse de l’attentat àla bombe.

L’Egypte de son côté semble traîner des pieds pour reconnaître la thèse de l’attentat, les autorités répétant qu’on ne peut tirer aucune conclusion définitive avant la fin de l’enquête.