Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Mali : Bamako : Prise d’otages et assaut en cours

Mali : Bamako : Prise d’otages et assaut en cours

vendredi 20 novembre 2015, par siawi3

Source : http://www.latribune.fr/economie/international/mali-fusillade-en-cours-dans-un-hotel-a-bamako-524029.html

DIRECT Bamako : assaut de l’hôtel en cours, les 12 salariés d’Air France en sécurité

Par latribune.fr | 20/11/2015, 14:56 | 1167 mots

Image de l’intervention des forces maliennes dans l’hôtel, diffusées par la télévision malienne ORTM. (Crédits : Capture d’écran ORTM)

Une « prise d’otages » menée par « deux ou trois assaillants » est en cours àl’hôtel Radisson de Bamako au Mali où une fusillade a éclaté, avec près de 140 personnes retenues. Des Français figurent au nombre des personnes en otages. Au moins trois otages ont été tués et douze salariés d’Air France ont été exfiltrés, selon la compagnie. Une cinquantaine de gendarmes d’élite français ont été envoyés àBamako.

Publié à10h21. Mis àjour à14h56.

Une prise d’otages est en cours vendredi matin àl’hôtel Radisson, au centre de la capitale de Bamako, au Mali, devant lequel les forces de l’ordre ont établi un périmètre de sécurité après une fusillade constatée par un journaliste de l’AFP sur place.

Ce vendredi matin, des tirs d’armes automatiques ont été entendus de l’extérieur de l’hôtel qui compte 190 chambres.

Selon une source sécuritaire malienne, des assaillants sont rentrés dans l’enceinte de l’hôtel àbord d’une voiture avec une plaque diplomatique. Ce commando islamiste (selon les termes de Reuters) a attaqué l’hôtel vers 07H00 (locales et GMT, soit 8 heures, heure française), selon le porte-parole du ministère malien de la Sécurité intérieure.
14h53 - Près de 140 personnes dans l’hôtel

Dans un communiqué, le Radisson Blu Hotel estime que 125 clients et 13 employés sont encore dans l’hôtel. « Nous sommes en contact continu avec les autorités sur place. Nous vous communiquerons davantage d’informations dès que nous les recevrons », explique l’établissement.
14h29 - L’hôtel est fouillé chambre par chambre par les forces spéciales

Les forces spéciales fouillent l’hôtel chambre après chambre, selon le colonel-major Salif Traoré, interrogé par RFI Afrique.

Le militaire explique en outre àla radio qu’une trentaine de personnes ont été évacuées et d’autres se sont échappées seules. Il confirme qu’il y aurait « deux àtrois tireurs ».
13h15 - Les membres d’Air France en sécurité

La compagnie aérienne Air France a annoncé que ses 12 membres d’équipage présents dans l’hôtel ont été exfiltrés et sont en sécurité.

« Air France est restée en contact permanent avec son équipage (2 pilotes et 10 PNC) présent au moment des événements. La totalité de l’équipage est maintenant en lieu sà»r », peut-on lire dans un communiqué de la compagnie.

13h08 - Des gendarmes d’élites français envoyés àBamako

Une cinquantaine de gendarmes d’élite français sont en partance pour Bamako, a déclaré àReuters un porte-parole de la gendarmerie.

Selon ce porte-parole, il s’agit d’une quarantaine d’hommes du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) et d’une dizaine d’experts de l’institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale (IRGN).

13h00 Hollande affiche le soutien de la France

François Hollande a déclaré que « la France fera en sorte avec ses moyens dur place d’obtenir la libération des otages au Mali » et affiché le soutien de la France au pays.

« Je viens d’avoir le président Ibrahim Keita du Mali. Je lui ai assuré que la France était disponible pour apporter aux forces de son pays le soutien nécessaire. »

Le président de la République a évoqué la présence « des touristes ou des responsables d’entreprises de nombreuses nationalités » au sein de l’hôtel.

Il a également lancé un appel àla vigilance aux ressortissants français du Mali.
12h56 - Plusieurs dizaines d’otages libérés selon les médias locaux

Selon la télévision publique malienne, 80 otages ont été libérés.
12h20 - Témoignage d’un otage libéré

Interrogé par France 24, un otage libéré témoigne.

11h37 - L’assaut a été donné

Au moins trois otages ont été tués, selon le ministère malien de la Sécurité intérieur, qui a déclaré que l’assaut de l’hôtel a été donné.

« L’assaut vient d’être donné. Les forces spéciales ont pu libérer une dizaine de personnes », a déclaré àl’AFP le porte-parole du ministère, estimant le nombre des assaillants à« deux ou trois ».

« Notre objectif est de neutraliser » les terroristes sans faire de victimes, selon le ministère malien de la Sécurité qui dirige les opérations, dont les propos sont rapportés par RFI Afrique.
Des otages libérés

Certains des 170 otages (« 140 clients et 30 employés ») auraient été libérés, notamment ceux capables de réciter des versets du Coran, selon les services de sécurité.

Des Français parmi les otages

Des Français figurent au nombre des personnes retenues en otages dans l’hôtel Radisson de Bamako, a appris l’agence Reuters dans l’entourage du président français, François Hollande.

« Nous sommes dans l’attente d’informations précises et vérifiées. Il y a en effet la présence de Français. Le président suit la situation en permanence », a déclaré la source de Reuters.

D’après une source diplomatique française citée par l’agence de presse, le GIGN malien est sur place et la France apporte au Mali un soutien logistique et en matière de renseignement.

Selon RFI, il y aurait également des ressortissants turcs et chinois parmi les otage. Selon l’AFP, il y aurait également une vingtaine d’Indiens.

Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, a fait taire les rumeurs soufflant qufaisait partie des otages. Il a expliqué qu’il était au Mali hier, et non pas aujourd’hui.

Un précédent attentat jihadiste meurtrier le 7 mars

Le 7 mars, un attentat contre un bar-restaurant àBamako avait coà»té la vie à5 personnes, dont un Français et un Belge. Il s’agissait de la première attaque de ce type perpétrée dans la capitale du Mali.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés àAl-Qaïda après la déroute de l’armée face àla rébellion, d’abord alliée àces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Ils y ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés àla suite du lancement en janvier 2013, àl’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis àpartir de juin au sud du pays