Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Manifestation monstre à Hongkong : une impasse pour le régime de Pékin  (...)

Manifestation monstre à Hongkong : une impasse pour le régime de Pékin ?

jeudi 20 juin 2019, par siawi3

Source : https://www.lemonde.fr/international/live/2019/06/17/manifestation-monstre-a-hongkong-une-impasse-pour-le-regime-de-pekin_5477410_3210.html

Manifestation monstre à Hongkong : une impasse pour le régime de Pékin ?

La correspondante du « Monde », Florence de Changy, spécialiste de la région, répondra à vos questions à 13 heures.

LES FAITS
SUIVEZ LE LIVE DE L’ÉVÉNEMENT

Près de 2 millions de personnes – sur 7,4 millions d’habitants – ont défilé, dimanche 16 juin, pour exiger le retrait de la loi d’extradition vers la Chine continentale, que le régime de Pékin avait tenté de faire passer en urgence.
Les manifestants de cette région administrative spéciale, rétrocédée par le Royaume-Uni à la Chine en 1997, demandent la démission de la chef de l’exécutif, Carrie Lam.
Ville prospère, jouissant de libertés impensables dans le reste de la Chine, Hongkong n’entend nullement se faire absorber par le régime communiste.

Le Monde aujourd’hui à 13h55

Tchat

Bonjour,La Chine peut elle se permettre de « lâcher » Hong Kong au risque d’une contagion à d’autres territoires sur lesquels elle entend garder main mise (Taïwan...) ?

-Irish21

Florence de Changy : Je ne suis pas sûre de ce que vous voulez dire par “lâcher”... Mais en aucun cas la Chine ne voudrait lâcher Hongkong, qui est la seule ville véritablement internationale de Chine et qui continue d’avoir un rôle important d’intermédiaire entre la Chine continentale et le reste du monde. Taiwan est, de fait, indépendante depuis 1949, et elle avait été sous contrôle japonais pendant cinquante ans de 1895 à 1945, donc même si la Chine de Xi Jinping affiche des velléités de reprise de Taiwan, son indépendance de fait est une réalité depuis soixante-dix ans.
Le Monde aujourd’hui à 13h52

Tchat

Peut-on imaginer que Pekin en reste là ? Quid de l’avenir de HK ?

-Musachi

Florence de Changy : Pékin vient de réaffirmer son soutien à Carrie Lam (lundi soir ici). Il est délicat, voire périlleux pour Pékin de la désavouer à la suite à des manifestations. Cela créerait un précédent ingérable. En même temps, si le gouvernement n’accède pas à certaines demandes des manifestants dans les jours ou semaines qui viennent, la crise va s’amplifier et devenir de plus en plus compliquée à gérer. Tout indique que le gouvernement central cherche un “plan B” mais le profil d’un chef de l’exécutif qui soit suffisamment loyal à Pékin tout en ayant la confiance des Hongkongais n’est pas facile à trouver !
Le Monde aujourd’hui à 13h46

Tchat

Quid des réactions en Chine ? La presse en parle-t-elle, si oui sous quel prisme ? Il me semblerait surprenant que les chinois continentaux aient accès à la même info que nous.

-Cyril

Florence de Changy : Lors de la manifestation du 9 juin avec 1 million de personnes, le China Daily avait affirmé que 800 000 personnes favorables à la loi d’extradition avaient manifesté...
Le Monde aujourd’hui à 13h45

Tchat

Bonjour,Un appel à une grève généralisée avait été lancé pour ce lundi, savez vous s’il a été suivit et dans quelle proportion ? Merci

-Benoit_38

Florence de Changy : Cet appel à la grève ne semble pas avoir eu un gros impact. Sans doute à cause d’ordres, suivis de contre-ordres.
Le Monde aujourd’hui à 13h40

Tchat

Ces manifestations ont-elles une dimension historique ? La population hongkongaise s’était beaucoup plus mobilisée lors de la révolte des parapluies.

-Youhou

Florence de Changy : Ces manifestations ont de toute évidence une dimension historique, ne serait-ce que par leur ampleur. Hongkong ne compte que 7,3 millions d’habitants. C’est en soi exceptionnel d’assister à une telle mobilisation, qui plus est sans dérapage violent (je ne parle que des deux marches des dimanches 9 et 16 juin).

La “révolte des parapluies” a duré soixante-dix-neuf jours, l’enjeu était très différent. En 2014, les Hongkongais voulaient “gagner” quelque chose, ils se battaient pour une façon plus démocratique d’élire leur chef de l’exécutif et refusaient la proposition de Pékin. Ils n’ont finalement rien obtenu, et la proposition de Pékin n’est pas passée.

Mais cette loi d’extradition, qui est au coeur des manifestations en ce moment, c’est, du point de vue des Hongkongais, un énorme recul. C’est ou ce serait une brèche irréparable au principe qui régit Hongkong jusqu’en 2047 : un pays, deux systèmes. C’est pour cela que cela touche très profondément à l’identité hongkongaise.
Le Monde aujourd’hui à 13h38

Sur « Le Monde.fr »
Vidéo. Pourquoi Hongkong est (encore) dans la rue
Le Monde.frVidéo - Un million de personnes ont défilé le 9 juin dans les rues de Hongkong, un record depuis la rétrocession du territoire à la Chine en 1997. Mais depuis dix ans, ces manifestations monstres se succèdent. Explication en vidéo.
Le Monde aujourd’hui à 13h32

Tchat

J’ai lu que le système électoral favorisait les partis pro-Pekin. Pouvez vous expliquer comment ?

-Lea

Florence de Changy : C’est un raccourci qui couvre des situations différentes selon les élections. En commençant par le “haut”, l’élection du n° 1 de HK, le ou la chef de l’exécutif, seuls 1 200 “électeurs” ont droit au vote et ce collège électoral est composé d’acteurs de la vie économique, sociale et politique de sorte à quasiment garantir qu’au moins une majorité de ces “grands électeurs” voteront pour le candidat préféré de Pékin. Avant cette étape, il est également difficile, mais c’est arrivé, pour des candidats prodémocratie de se qualifier.

Au Legco, (Legislative Council), le Parlement, la moitié des sièges sont attribués à des élus représentants des professions ou des spécialités. Le camp “pro-establishment” y est toujours majoritaire. L’autre moitié des sièges est attribuée par circonscriptions (comme en France). Il y a également 5 “supersièges”, pour lesquels tout le monde peut voter. Surtout, depuis les élections de 2016, le gouvernement a imposé de nouvelles règles qui ont empêché certains candidats de l’opposition de se présenter (c’est le cas de tous les membres du parti Demosisto) et a également disqualifié six parlementaires de l’opposition, notamment pour avoir “mal prêté serment”...

Au niveau local, la démocratie est la plus réelle mais les candidats pro-Pékin disposent souvent de plus gros moyens de persuasion.
Le Monde aujourd’hui à 12h45

Sur « Le Monde.fr »
Face à Pékin, Hongkong fait bloc
Le Monde.frLa population du territoire est habituée à défendre ses libertés, au risque de susciter la colère de la puissance tutélaire, la Chine dite « continentale ».