Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > Algérie : 20e vendredi du mouvement populaire

Algérie : 20e vendredi du mouvement populaire

dimanche 7 juillet 2019, par siawi3

Source : https://www.tsa-algerie.com/20e-vendredi-du-mouvement-populaire-ce-quil-faut-retenir/

20e vendredi du mouvement populaire : ce qu’il faut retenir

Riyad Hamadi

05 Juil. 2019 à 22:24

Des manifestations pacifiques monstres se sont déroulées ce vendredi 5 juillet dans plusieurs villes du pays. Les Algériens sont sortis en masse à l’occasion du 20e vendredi du mouvement populaire, qui a coïncidé cette fois, avec la fête de l’Indépendance nationale. L’objectif était de réaffirmer leur détermination à poursuivre leur mouvement populaire jusqu’au départ du système, et de se réapproprier la fête de l’Indépendance et de rendre hommage aux martyrs qui ont libéré le pays de la colonisation. Mission accomplie.

Marée humaine

Le mouvement populaire a du souffle et il l’a encore prouvé ce vendredi. Les appels massifs à manifester ce vendredi lancés tout au long de la semaine, qui vient de s’écouler, ont été reçus cinq sur cinq par les Algériens. Malgré la chaleur, les vacances, les blocages et les menaces, les manifestants ont été très nombreux à marcher à Alger, Oran, Constantine, Tizi Ouzou, Bejaia, Annaba, Mostaganem, Jijel, Djelfa, El Tarf, Bejaia, Ain Temouchent, Mascara, Tiaret, Sidi Bel Abbès, Chlef, etc. Les Algériens restent mobilisés pour maintenir la pression sur le pouvoir qui peine à trouver des solutions à la crise que vit le pays depuis plusieurs mois.

« Non au dialogue avec la bande »

Sans surprise, les manifestants ont réitéré leur principale revendication portant sur le départ des symboles du régime de Bouteflika, à la leur tête, Bensalah et Bedoui. « Irhalou, dégagez », ont scandé les manifestants, un peu partout dans le pays. « Pas de dialogue avec la issaba (bande) », ont encore réclamé les manifestants pour signifier leur refus de l’offre de dialogue de Bensalah, et souligner leur manque de confiance dans le régime. Les manifestants ont célébré le 5 juillet en scandant « Tahia El Djazair » ou « libérez l’Algérie ». Ils ont également scandé des slogans hostiles au régime et ses symboles, tout en réaffirmant leur attachement à l’unité nationale. « Les Algériens khawa khawa », a été l’un des slogans dominants lors de 20e acte du mouvement populaire.

Répression

Les manifestations de ce vendredi, qui se sont déroulées globalement dans une ambiance bon enfant, ont été ternies par l’image d’un policier antiémeute qui donne des coups de matraque à un manifestant tombé par terre. La scène s’est déroulée à Alger en fin d’après-midi. Les images de l’intervention brutale de la police ont été partagées sur les réseaux sociaux, et ont choqué les Algériens. Dans la matinée, les policiers fortement déployés, ont procédé aux interpellations de manifestants isolés. Ils ont également empêché les manifestants de manifester sur la place Audin pour des raisons inconnues.

°°°

Source : https://www.tsa-algerie.com/manifestations-monstres-pour-le-20e-vendredi-les-algeriens-maintiennent-la-pression/

Manifestations monstres pour le 20e vendredi : les Algériens maintiennent la pression
Samir Allam

05 Juil. 2019 à 18:16

Le vingtième vendredi du hirak a tenu toutes ses promesses. La forte mobilisation annoncée depuis une semaine a été au rendez-vous. Des centaines de milliers d’Algériens ont marché à travers de nombreuses wilayas du pays pour réitérer leurs principales revendications, à savoir le départ des symboles du régime et la mise en place d’une véritable transition démocratique.

Depuis le début du mouvement populaire le 22 février, ce vendredi est sans doute celui qui a connu l’une des plus fortes mobilisations, malgré la chaleur et les vacances.

À Alger, malgré un impressionnant dispositif de police destiné à la fois à empêcher les manifestants de rejoindre la capitale et à restreindre les espaces pour les marcheurs, les rues étaient noires de monde. Ailleurs, notamment à Constantine, Oran, Tizi Ouzou, Bejaia, et dans plusieurs villes, on parle de mobilisation historique.

Premier enseignement de cette nouvelle journée : la mobilisation ne faiblit pas et les derniers obstacles placés sur le chemin du hirak ont été franchis avec succès.

« Partez, libérez l’Algérie ! », « Pour un État civil, non à la dictature militaire », « Ou c’est vous ou c’est nous, on ne s’arrêtera pas », « Non au dialogue avec la Issaba », « Non aux élections avec les 2B » ou encore « Les Algériens sont frères », « Libérez Bouregâa », « Libérez les détenus du hirak » sont autant de slogans scandés en ce 20e vendredi qui coïncide avec la célébration de la fête de l’Indépendance.

Le fait de voir les mêmes slogans revenir au fil des semaines montre au moins une chose : les Algériens pensent que le hirak n’a pas encore atteint ses objectifs, malgré certaines avancées.

Ces manifestations monstres à travers le pays se déroulent alors que les initiatives politiques, à la fois du côté du pouvoir et de celui de l’opposition, se multiplient. Mercredi, le président Abdelkader Bensalah a dévoilé la dernière offre du pouvoir : la mise en place d’une instance dirigée par des personnalités indépendantes avec comme objectif de mener le dialogue et de préparer l’élection présidentielle.

Pour sa part, une partie de l’opposition regroupée au sein des Forces du changement se réunit demain samedi 6 juillet à Ain Beniane sur la côte ouest d’Alger, en présence de personnalités nationales. Une dizaine de partis, des confédérations syndicales, des associations de la société civile et des personnalités nationales devraient participer à « la conférence de dialogue national » à laquelle est assigné l’objectif de dégager une synthèse de toutes les propositions, y compris celle du pouvoir.

« Nous souhaitons arriver à une synthèse entre la solution politique et la solution institutionnelle, donc constitutionnelle. Nous proposons le retour au processus électoral après un vaste accord entre l’opposition et la société civile et toutes les parties qui portent les véritables revendications du hirak », a résumé le coordinateur de la conférence Abdelaziz Rahabi dans un entretien à TSA.

Ce samedi, les Forces du changement tiendront leur sommet, renforcées par la forte mobilisation populaire du 20e vendredi. Une mobilisation à travers laquelle le peuple a fait connaître sa propre feuille de route. Une feuille de route que ni le pouvoir ni l’opposition ne doivent ignorer au risque de prolonger l’impasse actuelle.