Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : Lyon : une tentative d’expédition punitive menée sur une lycéenne de (...)

France : Lyon : une tentative d’expédition punitive menée sur une lycéenne de confession musulmane

samedi 5 juin 2021, par siawi3

Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/lyon-une-tentative-d-expedition-punitive-menee-sur-une-lyceenne-de-confession-musulmane-20210603

Lyon : une tentative d’expédition punitive menée sur une lycéenne de confession musulmane

Selon nos informations, le président LR de la région, Laurent Wauquiez, s’est rendu sur place. La jeune fille aurait été ciblée parce qu’elle est en couple avec un non-musulman, nous a-t-on indiqué. Le parquet de Lyon a ouvert une enquête.

Par Steve Tenré

Publié le 03/06/2021 à 19:41, Mis à jour hier à 20:19

Le lycée La Martinière-Diderot, à Lyon. Capture d’écran Google Street

Des agents de sécurité en renfort, un président de région qui se rend sur place... La situation est extrêmement tendue aux abords du lycée La Martinière-Diderot de Lyon où s’est déroulée, mardi, une tentative d’agression sous couvert de religion, a appris de source administrative Le Figaro ce jeudi 3 juin, confirmant une information d’Actu Lyon. Une enquête a été ouverte pour des menaces et actes d’intimidation à l’encontre d’une élève du lycée La Martinière-Diderot et sa famille, a annoncé le parquet de Lyon ce vendredi.

À lire aussi :« L’Homme ne descend pas du singe, il a été créé par Allah » : à l’école, aucun cours n’échappe aux revendications religieuses

Mardi, plusieurs individus ont tenté de s’introduire dans le lycée situé quartier des Terreaux. En cause, la présence, au sein de l’établissement, d’une lycéenne de confession musulmane, en couple avec un garçon non-musulman. Les individus ayant été reconduits par la sécurité, la jeune fille aurait porté plainte au commissariat de Vénissieux, où elle résiderait, selon nos confrères d’Actu, qui assurent que sa famille aurait également été menacée.

Personne n’a été blessé, a-t-on appris. D’après BFMTV, tout serait parti d’un conflit de voisinage. Une altercation avait éclaté la semaine dernière entre le petit ami de l’adolescente ciblée et une famille voisine. Les voisins auraient fait remarquer que l’adolescente sortait avec un garçon « non musulman ».

« À aucun moment le bon fonctionnement du lycée n’a été impacté »

Selon nos informations, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s’est rendu sur place jeudi soir pour prendre connaissance des faits. « Ce qui se passe là est extrêmement grave. On a affaire à des manoeuvres d’intimidation qui sont portées par des groupuscules, animés par la volonté d’imposer leur clé de lecture islamiste à notre société et dans un cas de figure qu’on ne peut pas laisser passer », a-t-il réagi. Des agents de sécurité supplémentaires seront très prochainement déployés, nous indique-t-on également.

Le recteur de l’Académie de Lyon nous a précisé vendredi matin les événements dans un communiqué. « Deux personnes se sont présentées à la loge en demandant à voir une élève de l’établissement. Les personnels du lycée leur ont refusé l’accès et les individus ont donc quitté les lieux sans manifestation de violence », assure-t-il. Et de conclure : « À aucun moment le bon fonctionnement du lycée n’a été impacté. »

Vendredi matin, le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour « déterminer la nature, la motivation et les circonstances exactes de ces faits qui pourraient s’inscrire dans un conflit de voisinage perdurant depuis plusieurs années ». Le procureur a précisé toutefois aux journalistes de Lyon Capitale que « les individus n’ont pas encore été identifiés ».

À VOIR AUSSI - « Mon fils m’a demandé si le prénom Pierre existait » : Lydia Guirous réagit et dénonce le communautarisme islamique

Video ici : 2:19

La rédaction vous conseille

Tenue, comportement à l’égard des femmes... L’inquiétante hausse des conflits liés à l’islam en entreprise
Jean-Marie Rouart : « Le laïcisme n’est pas capable de répondre à l’islam conquérant »
Lyon : le lycée La Martinière-Duchère, un établissement sous protection renforcée

°°°

Source : https://www.lefigaro.fr/faits-divers/lyon-le-lycee-la-martiniere-duchere-un-etablissement-sous-protection-renforcee-20210305

Lyon : le lycée La Martinière-Duchère, un établissement sous protection renforcée

FOCUS - Les abords de l’établissement de secteur du quartier sensible de La Duchère sont, depuis plusieurs mois, le théâtre d’agressions.

Par Margaux d’Adhémar

Publié le 05/03/2021 à 18:52, Mis à jour le 05/03/2021 à 19:32

Photo : Début février, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s’était déjà alarmé face à la situation du lycée La Martinière. JEFF PACHOUD / AFP

Jeudi 4 mars, une trentaine de jeunes se sont retrouvés devant le lycée lyonnais La Martinière pour s’adonner à des violences urbaines, incendiant plusieurs véhicules. Tous étaient cagoulés, manifestement au courant qu’une vingtaine de caméras de vidéosurveillance avaient été installées quelques semaines auparavant pour lutter contre l’insécurité qui règne dans le quartier, et que l’établissement avait été placé sous protection policière la veille. Des mesures prises après une série d’agressions aux alentours de l’établissement. Mais pourquoi ce lycée en particulier fait-il l’objet d’une telle surveillance ?

À voir aussi - Les images des violents affrontements dans le quartier de La Duchère à Lyon

À lire aussi :Dans l’Eure, des petits caïds sèment le trouble dans une classe de CP et CE1

« Le climat de violences qui règne aujourd’hui au lycée La Martinière Duchère est purement inacceptable. Nos lycées doivent être des sanctuaires de la République », s’était indigné dans un communiqué le 1er février dernier le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, alerté des difficultés que rencontrait l’établissement. « D’habitude, ce lycée tire vers le haut le quartier, et là c’est plutôt le quartier qui tire vers le bas ce lycée », déplore-t-il auprès du Figaro.

Un constat partagé par des parents d’élèves. « Malgré l’excellence de La Martinière, je n’enverrai pas mes autres enfants dans ce lycée, à cause de l’insécurité qui rôde autour », souffle Marina, mère de 5 garçons, dont Célestin*, 17 ans. Scolarisé en classe de terminale au lycée La Martinière-Duchère dans le 9e arrondissement de Lyon, Célestin a été violemment agressé à la sortie des cours. Un soir vers 17 heures, alors qu’il se dirigeait vers l’arrêt de bus qui se trouve à seulement quelques mètres de l’établissement, cinq jeunes collégiens, masqués et cagoulés, se sont jetés sur lui : « Ils l’ont attrapé par-derrière, par la capuche, et ils lui ont dit ’on te tapera jusqu’à ce que tu nous donnes ce qu’on veut’ », raconte la mère de famille. Célestin, « qui depuis plusieurs années fait de l’aïkido », a réussi à garder son sang-froid jusqu’à ce que les personnes se trouvant à l’arrêt de bus interviennent, interpellées par les voix des agresseurs. Il a été immédiatement transféré à l’hôpital, où les médecins lui ont diagnostiqué un œdème cérébral et prescrit cinq jours d’ITT.

« C’est l’arrêt de bus des petits bourgeois qu’on peut aller voler »

« Cela fait environ six mois que ça dure, alors on s’est arrangées avec différentes mamans pour le covoiturage : je ne veux surtout pas que mon fils sorte seul. À l’intérieur du lycée les enfants ne sont pas en danger, c’est l’environnement autour qui est à surveiller, surtout l’arrêt de bus, qui est connu pour être l’arrêt de bus des petits-bourgeois qu’on peut aller voler », confie un parent d’élève, dont le fils fait partie des 2300 adolescents scolarisés à La Martinière.

À lire aussi :Nancy : un lycée cible d’une violente intrusion

Début février, Laurent Wauquiez s’était déjà alarmé face à la situation : il s’était rendu sur place et avait proposé au maire de Lyon Grégory Doucet de « travailler en commun » afin « d’investir des moyens pour assurer la sécurité à La Duchère ». L’élu avait refusé, indiquant que « les règles élémentaires d’efficacité recommandent de ne pas superposer les intervenants. Nous serons plus efficaces en restant dans les compétences qui sont dévolues à nos collectivités respectives ». « Je regrette que, depuis son arrivée, le maire de Lyon ne fait que sous-estimer les questions de sécurité par idéologie et sectarisme. C’est une erreur », souligne Laurent Wauquiez. « On parle de gamins de 12-14 ans qui agressent des professeurs sur le parking, de bandes de jeunes qui pénètrent dans le lycée de La Martinière pour provoquer les élèves, qui insultent et rackettent les étudiants. Il y a incontestablement un problème de sécurité dans le quartier », affirme le président de la région.

Un mois après le déplacement de Laurent Wauquiez, mercredi 3 mars, une réunion a été organisée afin de répondre aux inquiétudes des parents d’élèves relatives à l’insécurité du quartier, mais aussi à certains comportements au sein de l’établissement. Le préfet en charge de la sécurité Thierry Suquet ainsi que l’adjoint au maire à la sécurité de Lyon Mohamed Chihi étaient notamment présents. « Nous allons apporter une réponse extrêmement forte afin de réprimer ces comportements », assure au Figaro l’adjoint à la sécurité. « Nous avons identifié ces agresseurs, qui ont entre 10 et 15 ans, et nous allons mener une action autour de trois termes : prévention, surveillance et répression. Ainsi, jusqu’aux vacances d’été, nous augmenterons la présence de la police municipale et nationale aux abords du lycée, notamment aux heures critiques, lors de l’entrée et de la sortie des élèves, et nous allons installer plusieurs caméras de vidéosurveillance. Enfin, nous avons sollicité l’Association Lyonnaise Tranquillité Médiation (ALTM) qui sera chargée de former certains élèves à la médiation des conflits, car nous souhaitons miser sur la prévention par les pairs », précise l’élu.

Une mixité sociale menacée

Contactée par Le Figaro, la Fédération des Parents d’Élèves (FCPE) s’est dite « mitigée » face au bilan de cette réunion : « d’un côté les parents sont rassurés par la décision de déployer des forces de l’ordre, mais d’un autre nous sommes un peu déçus, car nous attendions des actes plus concrets, comme le déplacement de l’arrêt de bus ». Le proviseur a souligné à cette occasion « le calme et le sentiment de sécurité » qui règne au sein de l’établissement, rappelle de son côté Mohamed Chihi

À lire aussi :À Lyon, l’insécurité exaspère les habitants

« Les élèves sont en sécurité au sein du lycée, le vrai problème, c’est ce qui se passe autour », insiste cependant le porte-parole de la FCPE. « C’est un lycée d’excellence où il y a une vraie mixité sociale, avec, d’un côté, des élèves dont La Martinière est le lycée de secteur, et, de l’autre, des élèves qui viennent des quartiers plus favorisés avec des parents issus d’une catégorie socioprofessionnelle plutôt aisée. Mais, avec ce qui se passe, je crains que certains parents retirent leurs enfants de l’établissement, ce qui serait regrettable, car on perdrait cette mixité ».

À la suite des dernières violences, le rectorat de Lyon a annoncé dans un communiqué que les cours étaient suspendus ce vendredi 5 mars. L’établissement était fermé « pour la journée, pour permettre un temps d’échange avec les équipes ». Le recteur Olivier Dugrip a par ailleurs condamné « avec fermeté les faits qui se sont déroulés et qui ont mis en péril la sécurité des élèves et du personnel ».

La rédaction vous conseille

Mulhouse : une institutrice et directrice d’école maternelle menacée de mort
Coups de feu, intrusions, violence... Des écoles nîmoises minées par le trafic de drogue
Un lycée du Puy-de-Dôme fermé à la suite de menaces de mort