Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Resources > « Des pays au crépuscule » Le moment de l’occupation coloniale du Sahara et du (...)

« Des pays au crépuscule » Le moment de l’occupation coloniale du Sahara et du Sahel

Book Presentation

dimanche 6 juin 2021, par siawi3

Source : https://histoirecoloniale.net/Le-moment-de-l-occupation-coloniale-du-Sahara-et-du-Sahel-par-Camille-Lefebvre.html


« Des pays au crépuscule »
Le moment de l’occupation coloniale du Sahara et du Sahel

par Camille Lefèbvre

publié le 4 mai 2021 (modifié le 9 mai 2021)

Contenu

« Au cœur du Sahara, des soldats français mènent depuis 2013 des opérations armées dans le désert à partir des bases de Niamey ou de Gao ». Dès les premières lignes d’un livre qui porte sur le moment de l’occupation coloniale par la France de cette même région, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l’historienne Camille Lefèbre rappelle cette actualité. Grace à l’exploitation d’une documentation très variée, notamment en arabe et haoussa, l’autrice cherche à comprendre la séquence peu étudiée de l’installation de la domination coloniale. Nous renvoyons à l’introduction et au premier chapitre du livre, disponibles en ligne, à un entretien audio avec Camille Lefèbvre, publié par Chemins d’histoire, à un numéro de l’émission de France Inter, Le vif de l’histoire, ainsi qu’à une recension dans Libération.
Des pays au crépuscule. Le moment de l’occupation coloniale (Sahara-Sahel)
par Camille Lefèbvre

Camille Lefebvre, Des pays au crépuscule. Le moment de l’occupation coloniale (Sahara-Sahel), Fayard, « L’épreuve de l’histoire », 352 p., 24 € (ebook : 16,99 €).

Camille Lefèbvre est historienne, directrice de recherche au CNRS. Elle a notamment publié Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger (xixe-xxe siècles), Publications de la Sorbonne, 2015.

Extrait de l’introduction

« Les récits que nous faisons de ces événements en France s’attachent, la plupart du temps, uniquement aux actions des militaires français. Le monde dans lequel se déploie cette guerre, qui ne dit pas son nom, intéresse toujours aussi peu en Europe et l’histoire commune de la France et des pays saharo-sahéliens est rarement utilisée pour penser le présent. Les discours médiatiques sont en effet agités par d’autres questions, notamment celle de la place de l’islam et des populations racisées dans la société française, qui sont tout aussi rarement lues au regard de leur généalogie coloniale.

Pourtant, loin d’être des faits séparés, ces événements et ces discours composent différentes faces d’une même question, celle de la complexité des legs de la colonisation. Les phénomènes coloniaux ont, de fait, changé les sociétés saharo-sahéliennes, autant qu’ils ont changé les sociétés européennes et ont noué de manière forte les destins de l’Europe et de l’Afrique. Pour mesurer l’importance historique de ces phénomènes et leurs effets de long terme sur nos sociétés, il faut comprendre comment s’est construite la domination coloniale, comment tout cela a commencé.

[...] Le moment de l’occupation coloniale est une période incertaine, personne ne sait ce qui va advenir, le monde semble sur le point de changer et les statuts et les hiérarchies sociales d’être balayés. Certains parmi ceux qui sont statutairement dominés choisissent alors le parti des militaires français. Mais, rapidement, une forme d’alliance tacite se noue entre les officiers et les élites politiques et religieuses de la région. Cette histoire devient celle d’une domination fondée sur le racisme (celle de la colonisation), qui rencontre un monde organisé autour des hiérarchies statutaires liées à la naissance (celui des sociétés saharo-sahéliennes), dont les groupes dominants s’accordent, pour un temps, sur la préservation des hiérarchies sociales et des privilèges. »

Lire l’introduction et le premier chapitre. .
Cavaliers du sultan de Damagaram (Zinder)

°

Deux émissions à écouter

Le vif de l’histoire, émission de Jean Lebrun sur France inter
L’arrivée des Français dans le Sahel

Chemins d’histoire,
un podcast d’actualité historiographique animé par Luc Daireaux
Les débuts de l’occupation coloniale au Niger,
au tournant des XIXe et XXe siècles, avec Camille Lefebvre

°

Comment la domination coloniale a commencé

par Jean-Yves Grenier
publié le 6 mai 2021 dans Libération.

En 1898, l’armée française envahit les régions du Sahara et du Sahel, entre le Niger et le lac Tchad. Camille Lefebvre étudie la courte mais intense période, entre 1898 et 1906, où l’occupation devient colonisation, focalisant ses recherches sur deux villes, Agadez (Sahara) et Zinder (Sahel), alors au centre des échanges commerciaux et culturels transsahariens. Période incertaine car si nous savons aujourd’hui que la présence française est appelée à se prolonger, il n’en est pas de même pour les acteurs de cette histoire. La force du travail de Camille Lefebvre est de mettre cette incertitude, et l’inquiétude qu’elle suscite, au cœur de ses réflexions. Elle montre en particulier que « ce moment ne devait pas être compris comme l’opposition de deux camps unifiés, d’un côté colonisateurs, de l’autre colonisés, et que les réactions à l’effraction coloniale ne pouvaient pas être réduites à une opposition binaire entre résistance et collaboration ». Elle s’efforce pour cela de mobiliser des sources provenant des deux côtés, en particulier des documents en arabe ou en haoussa qui expriment le regard porté par les souverains et les lettrés de la région.

« Puissance islamique » à la « légitimité divine »

Dès avant 1898, l’arrivée des « chrétiens » donne lieu dans le Sahara et le Sahel à un intense échange d’informations grâce à la correspondance diplomatique habituelle entre sultans et notables. Tout au long du XIXe siècle, les appels aux jihads étaient cependant lancés dans cette région contre les païens ou les mauvais musulmans, non contre les chrétiens. La mise en place de la domination coloniale ne découle pas d’un programme cohérent mais d’une série d’improvisations. Les officiers français n’hésitent pas à présenter la France comme une « puissance islamique », invoquant « la légitimité divine du pouvoir obtenu par la force ». Dans la correspondance qu’ils entretiennent en arabe avec les chefs locaux, ils affirment que c’est Allah qui leur a donné le pouvoir. Souverains et lettrés musulmans ne sont pas dupes mais ils reconnaissent la supériorité technique de l’armée française. C’est bien grâce à cette supériorité, explique Camille Lefebvre, que moins de 80 militaires français et, sous leurs ordres, environ 600 tirailleurs ont réussi à prendre le contrôle des deux villes et d’un espace de près d’un million de kilomètres carrés.

Ce déséquilibre des forces conduit à une violence dont l’euphémisation est une caractéristique des discours coloniaux. Pourtant, les fusillades de population civile, les incendies d’habitats et les tirs au canon sur les villages ne sont pas des pratiques rares pour les colonnes militaires parcourant le pays. Décidé par les officiers, cet usage de la violence est mis en œuvre par les tirailleurs, ces « mercenaires de l’occupation ». Leur contrôle, fait observer l’historienne du CNRS, est essentiel à la domination coloniale. Il passe par l’établissement d’un camp situé aux marges de la ville où les tirailleurs sont sous les ordres des quelques officiers français qui leur laissent dans les faits une large autonomie, en particulier la disponibilité de femmes, qu’il s’agisse d’épouses ou d’esclaves. D’origine géographique très variée, ces symboles de l’ambiguïté coloniale sont souvent eux-mêmes d’anciens esclaves ou des cadets sociaux qui trouvent dans l’armée une opportunité de s’enrichir grâce à leur solde et aux pillages.

Gravure de tirailleurs sénégalais illustrant l’exploration du Haut-Niger par le commandant Gallieni en 1880-1881. (Selva/Leemage)

« Plus confiance aux jeunes qu’aux riches dignitaires de la cour »

Une autre caractéristique de cette première domination coloniale est l’indifférence des militaires au statut social des populations. « Ils ont tendance à faire plus confiance aux jeunes, aux esclaves, aux pauvres, voire aux femmes esclaves, plutôt qu’aux riches dignitaires de la cour », ce qui introduit une profonde déstabilisation dans l’ordre symbolique de cette société. La partie la plus faible de la population est sensible à ces discours mais la parole coloniale concernant l’esclavage, alors largement répandu sur le continent africain, n’est pas tenue. Si son abolition sur le territoire de l’Afrique occidentale française est proclamée en 1905, les militaires en poste affirment dans le même temps qu’elle est contraire aux mœurs locales. Ils cessent dès lors rapidement de la mettre en œuvre, laissant par exemple les tirailleurs capturer et asservir des femmes au cours de leurs raids. La « grande nuit » de la colonisation, selon l’expression d’Achille Mbembe, n’en est qu’à ses débuts mais son ambiguïté est déjà bien installée.