Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Soudan : malgré l’accord, les arrestations massives se poursuivent

Soudan : malgré l’accord, les arrestations massives se poursuivent

mercredi 24 novembre 2021, par siawi3

Source : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211124-soudan-malgr%C3%A9-l-accord-les-arrestations-massives-se-poursuivent

Soudan : malgré l’accord, les arrestations massives se poursuivent

Publié le : 24/11/2021 - 04:23

Photo : Manifestation à Khartoum après l’accord du 21 novembre. © AFP

Conformément aux termes de l’accord passé entre Abdallah Hamdok et le général Al-Burhane, des personnalités politiques ont été libérées comme Omar al-Digair, chef du Parti du Congrès soudanais ou encore Yasir Arman du Mouvement de libération populaire du Soudan, Faisal Mohammed Saleh, ancien ministre de l’Information, ainsi que Saddiq Saddiq al-Mahdi, du parti Oumma. Mais la plupart des détenus restent sous les verrous et des arrestations se poursuivent selon des avocats.

Avec notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet

Min Hagak est un collectif d’avocats militants qui tente d’apporter un soutien juridique aux personnes détenues par les autorités. Pour Shaheen al-Sharif, l’accord signé dimanche ne donne aucune garantie.

« Seuls six des représentants des partis politiques ont été relâchés. Mais un grand nombre d’entre eux sont toujours détenus. Certains sont visés par des charges graves. D’autre part, aucun membre des comités de résistance arrêté n’a été libéré malgré cet accord signé dimanche. Le même jour, de nouvelles arrestations ont eu lieu. La purge se poursuit. »

Des militants, des fonctionnaires, des journalistes ou de simples manifestations, le collectif tente de recenser toutes les arrestations à travers le pays.

« Depuis dimanche, il y a eu des arrestations de membres de comités de résistance à Gedaref, Kassala, el-Obeid ou Wad Madani. La plupart du temps, ils comparaissent devant des tribunaux d’urgence, comme à l’époque d’Omar al-Bachir. Certains sont accusés de troubles à l’ordre public d’autres font face à des charges plus graves comme insulte à l’armée ou espionnage et finissent directement en prison. »

Selon le décompte de ces avocats, il y aurait eu au moins 300 arrestations à Khartoum depuis le coup d’État et près d’un millier dans tout le pays.


« Eviter un bain de sang »

Au Soudan, trois jours après la signature d’un accord entre Abdallah Hamdok et le général Al-Burhane, le pays est dans l’expectative. S’il satisfait plutôt la communauté internationale, cet accord ne remet pas en cause la mainmise des militaires sur la transition soudanaise.

Lire aussi : Soudan : les zones d’ombre de l’accord entre Abdallah Hamdok et le général al-Burhan

Douze des dix-sept ministres issus des Forces pour la Liberté et le changement ont rendu en main propre leur démission à Abdallah Hamdok. De nombreux et organisations de la société civile rejettent refusent le partenariat avec les putschistes.

72h après son retour au poste de Premier ministre, Abdallah Hamdok est sorti de son silence mardi 23 novembre pour expliquer pourquoi il avait signé un accord avec les militaires. « Il n’y a pas d’accord parfait, a-t-il dit à CNN. C’est un bon accord, un accord avec lequel on peut travailler, et qui pourrait permettre une normalisation de la situation, et permettre au pays d’avancer. Nous avons signé cet accord afin de sauver la vie de notre peuple, afin d’éviter un bain de sang, et remettre le pays sur les rails. Cet accord a le potentiel de débloquer la situation. Mais surtout il peut nous permettre de revenir vers un processus politique qui nous amènera à des élections et au transfert du pouvoir a un gouvernement élu et permettra au peuple de choisir le gouvernement de son choix. »

Abdallah Hamdok a également ajouté qu’il allait travailler en vue de l’organisation d’élection crédible en 2023, comme prévu par les accords de paix. De nouvelles manifestations sont prévues jeudi.

°°°

Source : https://actu.orange.fr/monde/putsch-au-soudan-des-hommes-politiques-liberes-les-ministres-pro-civils-demissionnent-CNT000001GIGBO/photos/un-manifestant-soudanais-brandit-un-drapeau-a-khartoum-le-21-novembre-2021-7ac20cef682f8316334d987e4d392ddd.html


Putsch au Soudan : des hommes politiques libérés, les ministres pro-civils démissionnent

Photo : Un manifestant soudanais brandit un drapeau à Khartoum, le 21 novembre 2021 1/3 © AFP

A lire aussi :
Soudan : pas de négociation avec l’armée après le putsch, dit une ministre
Au Soudan, le Premier ministre de retour, un nouveau mort chez les anti-putsch

AFP, publié le lundi 22 novembre 2021 à 20h39

Plusieurs hommes politiques détenus depuis le coup d’Etat militaire du 25 octobre au Soudan ont été libérés, a indiqué lundi l’un d’eux à l’AFP, au lendemain d’un accord critiqué entre l’armée et le Premier ministre Abdallah Hamdok censé relancer la transition au Soudan.

« J’ai été libéré tard (dimanche soir) alors que j’étais détenu à l’isolement depuis le 25 octobre, complètement coupé du monde », a déclaré Omar al-Daguir, chef du parti du Congrès, une des nombreuses formations de la société civile soudanaise à avoir rejeté l’accord de dimanche.

D’autres politiques ont recouvré la liberté, selon M. Daguir, à l’instar de Sedig al-Sadeq al-Mahdi, un dirigeant du parti al-Oumma —le plus grand du pays— qui est depuis apparu dans les médias. Yasser Arman également, conseiller de M. Hamdok et figure centrale des Forces de la liberté et du changement (FLC), bloc pro-civil né de la révolte qui a chassé le dictateur Omar el-Béchir du pouvoir en 2019.

Mais il n’y a toujours aucune nouvelle des dirigeants civils ayant participé avec l’armée aux institutions politiques intérimaires durant plus de deux ans.

Tous avaient été arrêtés à l’aube le jour du coup d’Etat, avant l’annonce par le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, de la dissolution des institutions du pays et de la mise en place de l’état d’urgence.

Dimanche, après environ un mois en résidence surveillée, le Premier ministre est lui réapparu en public pour la première fois pour signer avec le général Burhane un accord en 14 points, prévoyant notamment sa réinstallation dans ses fonctions et la libération des « détenus politiques ».

« Revers »

Malgré une répression sanglante qui a fait 41 morts et des centaines de blessés, ainsi qu’une longue coupure des communications, les Soudanais ont défilé par dizaines de milliers ces dernières semaines contre le pouvoir militaire, réclamant notamment la liberté pour leurs responsables civils.

Et s’ils avaient brandi des photos de M. Hamdok, longtemps resté le seul dirigeant « légitime » du Soudan à leurs yeux, les manifestants déchiraient dimanche le portrait du Premier ministre, désormais perçu comme un traître à la « révolution » de 2019.

« Nous ne doutons pas de son intégrité (...) mais ce qui s’est passé hier constitue un revers », a estimé l’ex-cheffe de la diplomatie Mariam al-Sadeq al-Mahdi, balayant l’éventualité que l’accord Burhane-Hamdok soit un nouveau « point de départ ».

La diplomate fait partie des 12 ministres (sur 17) issus des FLC à avoir annoncé lundi leur démission, après avoir réaffirmé la veille l’impossibilité de négocier ou d’établir un partenariat avec les putschistes.

Seul le ministre du Commerce Ali Geddo a « refusé de démissionner », selon le texte publié par les responsables. MM. Khaled Omar Youssef et Ibrahim al-Cheikh, respectivement ministres des Affaires parlementaires et de l’Industrie, demeurent eux en détention tandis que deux autres n’ont pas participé à la réunion.

« Suicide politique »

Autre fer de lance de la révolte anti-Béchir, l’Association des professionnels soudanais a dès dimanche accusé M. Hamdok de « suicide politique » via son accord avec le général Burhane.

Tous deux ont pourtant affirmé s’allier pour remettre la transition démocratique sur les rails.

Le général Burhane a renouvelé lundi encore, lors d’une réunion avec l’armée et des paramilitaires, sa promesse de mener le Soudan vers des « élections libres en juillet 2023 », dans ce pays sous dictature militaire quasiment en continu depuis 65 ans.

Une promesse cosmétique, selon des experts, pour qui le chef de l’armée a réussi, grâce à l’accord de dimanche, à consacrer sa mainmise sur la transition, tout en satisfaisant la communauté internationale.

La Troïka —les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Norvège— à la manoeuvre sur le dossier soudanais, l’Union africaine, l’Union européenne ainsi que d’autres pays occidentaux ont salué l’accord, tout comme l’Egypte et l’Arabie saoudite, deux alliés arabes de l’armée soudanaise.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui s’est entretenu avec MM. Burahne et Hamdok lundi, a toutefois réclamé davantage de « progrès » avant de reprendre l’aide financière au pays qui a été suspendue après le coup d’Etat.

Volker Perthes, représentant des Nations unies pour le Soudan, s’est lui réjoui de la libération des hommes politiques, mettant toutefois en garde : « Tous les détenus devraient être libérés immédiatement pour que l’accord politique soit pris au sérieux ».