Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Afghanistan : « A l’aide, les talibans sont devant chez moi ! » : à Kaboul, (...)

Afghanistan : « A l’aide, les talibans sont devant chez moi ! » : à Kaboul, deux militantes féministes portées disparues

mercredi 26 janvier 2022, par siawi3

Source : https://www.nouvelobs.com/monde/20220126.OBS53710/a-l-aide-les-talibans-sont-devant-chez-moi-a-kaboul-deux-militantes-feministes-portees-disparues.html


« A l’aide, les talibans sont devant chez moi ! » : à Kaboul, deux militantes féministes portées disparues

Capture d’écran de la vidéo de Tamana Zaryabi juste avant son arrestation. (DR)

Parawana Ibrahimkhel et Tamana Zaryabi, deux militantes afghanes, ont été arrêtées peu après avoir manifesté pour le droit des femmes à travailler et étudier. Leurs proches sont depuis sans nouvelles.

Par L’Obs

Publié le 26 janvier 2022 à 14h43 · Mis à jour le 26 janvier 2022 à 14h54

« Aidez-moi ! Les talibans sont devant chez moi et je suis seule avec mes sœurs ! » Ce sont les mots de Tamana Zaryabi, une militante afghane pour les droits des femmes, juste avant d’être arrêtée, ainsi que ses sœurs, à son domicile de Kaboul, mercredi 19 janvier. Ses proches sont depuis sans nouvelles.

Lire aussi : A Kaboul, des Afghanes tentent de manifester contre le régime taliban

Dans la vidéo, on l’entend demander aux hommes devant sa porte de partir et de « revenir demain ». Depuis, ses voisins, sous couvert d’anonymat, ont confirmé qu’elle avait été arrêtée par un « groupe armé », sans préciser s’il s’agissait d’hommes du régime.

VIDEOici 1:37

Quelques jours plus tôt, elle avait participé à une manifestation, regroupant quelques dizaines de personnes, pour le droit des femmes à travailler et à étudier. Demandant « justice », les manifestants ont également brûlé une burqa pour protester contre le port obligatoire du voile. Tamana Zaryabi appartenait au collectif Seeking for Justice, qui a organisé plusieurs manifestations similaires ces derniers mois. Comme par le passé, la mobilisation du 16 janvier a été réprimée dans la violence par le régime et plusieurs participants ont affirmé avoir été suivis en rentrant chez eux, selon un article de la BBC.

Le régime nie toute implication

Par ailleurs, une autre militante, Parawana Ibrahimkhel, a également été arrêtée à son domicile au cours de la même soirée. Le régime a nié toute implication dans leur disparition. Interrogé par la BBC, Suhai Shaheen, en passe devenir le représentant des talibans auprès des Nations unies, a indiqué que la vidéo de Tamana Zaryabi était « fausse ». Une version contestée par les amis de la jeune femme.

Lire aussi : Elles risquent leur vie face aux talibans : rencontre avec des Afghanes qui résistent

Lors de pourparlers entre les régimes occidentaux et les talibans à Oslo, la poétesse afghane Hoda Khamosh a interpellé le ministre afghan des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, sur leur disparition, lui demandant de « décrocher son téléphone pour demander leur libération immédiate ».

« Pourquoi les talibans qui nous emprisonnent à Kaboul sont-ils assis à la table des négociations avec nous à Oslo ? Que fait la communauté internationale face à cette torture et cette répression ? », s’est-elle indignée, en accusant ceux qui « restent silencieux ou tolèrent les talibans » d’être « partiellement responsables de ces crimes ».

Par L’Obs