Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > Uncategorised > « Algérie française » : grave dérapage au Parlement français

« Algérie française » : grave dérapage au Parlement français

vendredi 1er juillet 2022, par siawi3

Source : https://www.tsa-algerie.com/algerie-francaise-grave-derapage-au-parlement-francais/

« Algérie française » : grave dérapage au Parlement français

Par : Rédaction

28 Juin 2022 à 19:12

Il fallait s’y attendre. L’entrée en masse des députés du Rassemblement national (RN, extrême-droite) à l’Assemblée nationale française, avec 89 élus aux dernières législatives, devait transformer cette dernière en tribune pour les nostalgiques de l’Algérie française.

Et le ton est donné dès la séance d’inauguration de la nouvelle législature présidée, comme le veut le règlement, par le doyen (d’âge) des députés, José Gonzales, 79 ans, élu du RN.

Gonzales est né à Oran et est militant encarté du Front national, ancêtre du RN, dès sa création il y a 50 ans. Le parti avait été fondé par Jean-Marie Le Pen, lui-même ancien militaire ayant servi en Algérie, autour des nostalgiques de l’Algérie française. Cette nostalgie, José Gonzales n’a pu s’empêcher de l’exprimer dans son discours inaugural.

« Nous, les rapatriés d’Algérie, on a laissé là-bas une partie de la France qu’on aimait », a-t-il dit, avec un brin d’émotion. « J’ai tenu à l’exprimer, car nous les rapatriés d’Algérie, nous sommes des vrais patriotes, nous avons aimé la France de là-bas et nous aimons la France d’ici », a-t-il déclaré sous les applaudissements d’une partie de l’assemblée, notamment des députés de son parti, et la réprobation essentiellement des élus de la Nupes (alliance de gauche), deuxième force de l’assemblée derrière le parti présidentiel.

Les réactions d’indignation se sont multipliées chez les députés de gauche qui ont parlé de « honte », de « déchéance » et de « triste et grave jour » pour l’assemblée.

« On est vite dans l’ambiance »

Sandra Regol, élue des Verts, s’est dite abasourdie après avoir écouté José Gonzales sur « l’Algérie Française perdue ». « Je suis abasourdie. Quelle déchéance », a-t-elle dit.

« Première rentrée parlementaire et on est vite dans l’ambiance », a écrit pour sa part sur le même réseau social la députée de la Nupes, Aurélie Trouvé. Et d’ajouter : « Le doyen de l’assemblée nationale du RN entame un discours d’accueil plein de nostalgie de l’Algérie française. Il nous dit avoir laissé là-bas un bout de France. J’ai déjà la nausée »,

Thomas Portes, de la France Insoumise (Nupes), a écrit : « L’ouverture de la XVIe législature est marquée par des applaudissements nourris pour le discours du doyen de l’Assemblée (RN) qui fait référence à l’Algérie Française. Horreur et dégoût. »

« Triste et grave jour que celui où un député ouvre une nouvelle législature en faisant part de sa nostalgie de l’Algérie française (José Gonzales est doyen de l’Assemblée et a décidé carte au FN depuis les années 1970) », a dénoncé de son côté Marion Beauvalet, activiste féministe et écologiste.

Sabrina Sebaihi, députée des Verts, a décrit Gonzales comme un « nostalgique des assassins de l’OAS ».

A quelques jours de la célébration du 60 anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, la sortie du député RN s’apparente à une provocation. L’extrême-droite est décidée à marquer cet anniversaire à sa manière.

Ces derniers jours, le maire RN de Perpignan a organisé un événement où la ville est déclarée « capitale des Français d’Algérie » avec des hommages à « l’œuvre coloniale », à l’OAS et aux auteurs du putsch d’Alger, fomenté en 1961 par des généraux opposés à l’indépendance de l’Algérie.