Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Turquie : la police est intervenue contre les femmes.

Turquie : la police est intervenue contre les femmes.

lundi 24 juin 2013, par siawi3

link to slideshow : Turkey : Feministlere ’gazli’ müdahale ! / Feminists ’soft’ intervention ! (Dogan News Agency) + summary & another photo ; Pots and pans : The sound of music (Aylin Öney Tan : Fork & Cork - Hürriyet Daily News) / Liens à des dias : Turquie : Feministlere ’gazli’ müdahale ! / Intervention “douce” de féministes
(Dogan News Agency)

Intervention “douce” de féministes !

Source : http://www.dha.com.tr/dhaalbumdetay.asp?kat=36831&page_number=1

Texte original turc : http://www.dha.com.tr/feministler-gazli-mudahale-gezi-parki--son-dakika-haberi_486400.html

De soft ’intervention féministes !
Taksim, Istiklal Street, environ 15 personnes qui avaient protesté la police est intervenue contre les femmes.
Habib ATAM / ISTANBUL, (DHA)
16/06/2013 18:12

Source : http://www.hurriyetdailynews.com/Default.aspx?pageID=447&GalleryID=1474&gpid=20

Intervention de la police dans l’avenue Istiklal

Photo DAILY NEWS/ Emrah Gürel
http://www.hurriyetdailynews.com/images/Gallery/g_41041.jpg

 : http://www.hurriyetdailynews.com/pots-and-pans-the-sound-of-music.aspx?pageID=238&nID=48896&NewsCatID=473

La batterie de cuisine : Le son de la musique
Aylin Öney Tan - aylin.tan hdn.com.tr

C’est apparu comme dernier recours. Que peut-on faire quand on est privé soi-même de toute forme d’expression…Pleurer ? C’est ce que font les bébés. Mais si on n’entend pas votre voix, et que vous craigniez de recevoir une gifle dans la figure au moment où vous pleurez, vous avez besoin d’un moyen d’expression plus fort, et un certain son qui monte, plus bruyant que pleurer et crier. C’est ainsi qu’a pris naissance de frapper sur des casseroles.
Bientôt, cela a été partout. Certains ont commencé avec le bruit timide d’une cuillère et un verre à thé, certains ont été plus audacieux en transformant des chaudrons en tambours. La révolution des ustensiles de cuisine a commencé et continuera.
La batterie de cuisine semble être la seule arme de femmes au foyer et de mères. Les tappant pour créer un orchestre quelque peu désorganisé pourrait être le seul moyen de soulagement pour les masses qui se sentent refoulées. La surdité du Premier ministre aux cris de « l’autre moitié », parle du bruit des casseroles comme d’une pollution par le bruit, mais pour beaucoup, cet orchestre harmonieux cacophonique joue la musique de la liberté.

Utiliser des ustensiles ménagers comme moyen de manifester n’est évidemment pas une invention nouvelle. On l’a connu avant, dans beaucoup de pays, dans beaucoup d’occasions. En réalité, on le connaît sous le terme espagnol de Cacerolazo ou Cacerolada, dérivé de cacerola signifiant « casserole à ragoût » C’est aussi connu en anglais (et en français ER) simplement comme « casseroles ». Cela a été la réponse de gens dans les rues à des dirigeants sourds aux revendications du public. Cela a commencé au Chili dans les années 70 comme moyens de protester contre les défauts de l’administration Allende. Cela a été adapté par beaucoup de pays latins, peut-être parce qu’ils on une culture infusée par le rythme. A Buenos Aires, il y a juste quelques années, le son de cacerolazo a résonné jour et nuit, résonnant dans les rues et les places pendant des heures. C’était la rébellion de la classe moyenne quand les comptes en banque ont été gelés. Les Argentins semblent aimer le bruit des casseroles, en novembre dernier la Plaza de Mayo a résonné par les vibrations de 8N, la manifestation massive anti-Kirchnerisme. La frappe latine s’est répandue aussi dans d’autres pays, tous captivés par l’impulsion de manifestants. Il y a juste un mois, les Vénézuéliens qui frappaient sur des casseroles ont été arrêtés par la police.
(Remarque Edith : ces exemples sont plutôt réactionnaires !)

Dans le cas turc, cela doit s’être trouvé dans les gènes du peuple turc. Le sens du rythme turc est en fait bruyant, très bruyant. Pas de célébrations sans davul-dümbelek, des tambours qu’on tappe à chaque occasion possible. Toutes les équipes de football vont aux matchs avec leurs propres tambourineurs, un mariage n’est pas complet sans un joueur de tambour et même au petit matin, l’appel pour jeûner pendant le Ramadan est fait par des joueurs de tambour arpentant les rues. Tout ustensile de cuisine peut être transformé en un instrument de musique par les Turcs, il est facile d’imaginer les casseroles comme des tabors ( ???), les assiettes comme des tambourins. Cogner des cuillères en bois pour commencer une danse est l’équivalent turc des castanuellas espagnoles.

Dans l’histoire de la Turquie, il y a une connexion délicate entre les tambours, les armes et les ustensiles de cuisine. La garde d’élite connue comme les Janissaires, détenait de grands pouvoirs dans l’Empire ottoman. Les janissaires avaient l’habitude de lever des chaudrons pour commencer une émeute, renversant complètement le chaudron à soupe, et frappant dessus avec des louches comme sur un tambour. L’organisation janissaire était basée sur le modèle d’une cuisine. Les officiers de haut rang étaient appelés çorbac (des hommes de la soupe). D’autres grades militaires étaient désignés par des termes culinaires ; asçibasi (le chef coq), le karakullukçu (le laveur de vaisselle), le çörekçi (le boulanger) et le gözlemeci (le faiseur de crêpes). Le corps entier était connu comme l’ocak (l’âtre de feu) et le chapeau du janissaire était orné d’une cuillère. Les décisions importantes étaient prises en se réunissant autour du chaudron sacré. Donc transformer le chaudron en tambour frappé par la cuillère signifiait plus que ce qu’il faisait entendre. C’était une pure rébellion. Aucun Sultan ne pouvait fermer les yeux ou garder les oreilles sourdes au son du chaudron frappé par les janissaires.

Quand le Premier ministre ordonnait aux mères de prendre soin de leurs enfants, le message était saisi. Les mères suivaient ses commandements et se dirigeaient vers leurs enfants. Elles étaient immédiatement sur la place, avec, bien sûr, leur batterie de cuisine.

Cacerolazo a été la réponse des Latins à une mauvaise gouvernance. Ainsi, frapper sur des chaudrons pourrait bien être la réponse turque aux politiciens sourds qui refusent d’écouter la voix du peuple. Beaucoup de sultans ont souffert de conséquences mortelles avec des chaudrons provoquant des émeutes. Pourquoi ne pas répéter l’histoire ?

Laissez aller le rythme ! Renversez le chaudron, frappez sur votre batterie de cuisine…
C’est la musique de la liberté.

(…)

*********************************************************************
Turkey : Mothers of protesters join demos by forming human chain in Gezi Park (H|rriyet Daily News, 13 June) Turquie : Des mères de manifestants rejoignent la manif en formant des chaînes humaines au Parc Gezi (H|rriyet Daily News, 13 June)

Source : http://www.hurriyetdailynews.com/mothers-of-protesters-join-demos-by-forming-human-chain-in-gezi-park.aspx?pageID=238&nID=48791&NewsCatID=341

Des mères de manifestants rejoignent la manif en formant des chaînes humaines au Parc Gezi

ISTANBUL

Des dizaines de mères ont formé une chaîne humaine à Taksim entre les manifestants et la police, montrant leur soutien à la manif au Parc Gesi.

Le gouverneur d’Istanbul Hüseyin Avni Mutlu a appelé les mères des manifestants du Parc Gezi à « ramener leurs enfants à la maison ». Pourtant, au lieu de suivre l’ordre du gouverneur, beaucoup de mères ont rejoint leurs enfants à la manifestation, devenant le dernier exemple de manifestants ne se souciant pas des déclarations des autorités.
Des dizaines de mères se sont tenues par la main et ont formé une grande chaîne humaine pour montrer leur soutien aux manifestations, entrées dans leur 17e jour, en montant la garde autour du parc.

Avant cela, Mutlu avait dit qu’on ne prévoyait pas d’intervention policière dans les 24 heures à venir, malgré les instructions contraires du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Mutlu a aussi donné son numéro de téléphone personnel pendant une émission sur la TV privée NTV, appelant les jeunes gens au Parc Gezi à ne pas hésiter à lui téléphoner. Il a dit aussi qu’il avait l’intention de visiter bientôt le parc.

13 juin 2013