Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > impact on women / resistance > Egypte : C’est une révolution du peuple, pas une crise ou un coup

Egypte : C’est une révolution du peuple, pas une crise ou un coup

jeudi 25 juillet 2013, par siawi3

Nawal El Saadawi
5 juillet , 2013

Toute révolution dans l’histoire a eu sa contre-révolution. Des forces internes et externes s’allient, comme elles l’ont fait en Egypte pour avorter la révolution du 11 janvier 2011. Dans cette révolution du 30 juin 2013, elles ont échoué et continueront à échouer parce que la jeunesse égyptienne, les hommes et les femmes, qui se rebelle contre les Frères musulmans, a appris sa leçon du passé. Leur conscience s’est approfondie avec l’organisation et l’unité.

34 millions d’hommes et de femmes sont allés dans les rues et les squares. Ils étaient déterminés à faire tomber le gouvernement religieux sous le contrôle des Frères musulmans ainsi que tous ceux qui les soutiennent dans le pays et à l’étranger. Ils voulaient expulser tous ceux qui emploient la religion pour des gains économiques et politiques et chasser Morsi. La volonté du peuple est plus puissante que l’armée, la police, des armes religieuses ou économiques. C’est la leçon de l’histoire humaine. Il n’y a pas de principe plus élevé que la vérité et la sincérité dans la quête de la liberté, de la justice et de la dignité.

Le régime des Frères musulmans a essayé de diviser le peuple en croyants et en hérétiques, mais il a échoué. Il a essayé d’encourager ses partisans à attaquer les manifestants, mais il a échoué. Le pouvoir de millions était comme la mer qui se protège elle-même avec sa propre force et ses vagues énormes qui emportent les djinns et les fantômes. L’âge des djinns, des esprits et des sottises est terminé. La lumière de la connaissance, de la vérité, de l’amour et de la créativité augmente chaque jour.

Des milices des Frères musulmans ont tué des jeunes hommes et femmes, mais les multitudes dans les rues, dans les environs et à la campagne ont continué à grandir. Elles n’ont pas peur des balles, elles n’ont pas reculé d’un pas mais ont continué à avancer jusqu’à renverser le régime.

Et pourtant, les impérialistes et américains prétendent que ceci n’était pas une révolution qui réclame un nouveau régime légitime mais simplement une crise.

Nous avons besoin d’une nouvelle constitution qui réalisera les principes de la révolution : l’égalité pour tous sans distinction de sexe, de religion ou de classe. On ne devrait pas se ruer sur des élections présidentielles ou parlementaires. On ne doit pas placer la charrue avant les bœufs. On ne doit pas répéter les erreurs.

La démocratie, c’est plus que des élections. La légitimité signifie davantage le pouvoir des gens que l’urne électorale.

On a besoin d’une direction commune, révolutionnaire et pas d’un seul dirigeant. Les milices armées des Frères musulmans ont tiré sur le peuple et la révolution s’est tournée vers l’armée nationale et l’armée a répondu. La police a servi le peuple et pas le régime. Ceci est une révolution historique et pas un coup d’état ou un mouvement de protestation ou un soulèvement scandalisé. C’est une révolution qui continuera jusqu’à ce que ses objectifs soient réalisés.

Le 5 juillet, j’ai regardé un groupe d’hommes américains sur CNN qui menaçaient de couper l’aide au peuple révolutionnaire égyptien. Et j’ai éclaté de rire. J’espère qu’ils vont couper cette aide ! Depuis l’époque d’Anwar Sadat, dans les années 1970, cette aide a détruit notre vie politique et économique. Cette assistance aide les US plus que n’importe qui d’autre. Cette assistance va directement dans les poches de la classe dirigeante et la corrompt. Cette assistance a renforcé l’autorité coloniale américano-israélienne dans nos pays. Tout ce que le peuple égyptien a gagné de cette aide est plus de pauvreté et plus d’humiliations.


Cet article est traduit de l’anglais : voir original à
http://www.siawi.org/article5731.html