Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > France : La dénonciation de la mixité laïque par les catholiques intégristes (...)

France : La dénonciation de la mixité laïque par les catholiques intégristes ne date pas d’aujourd’hui

jeudi 13 février 2014, par siawi3

http://www.ufal.info/ecole/ecole-breves/quand-les-associations-familiales-catholiques-denoncaient-la-mixite-la-promiscuite-et-les-petites-filles-transformees-en-garconnes-en-1935/8535

Quand les Associations Familiales Catholiques dénonçaient la mixité, la promiscuité et les petites filles transformées en garçonnes… en 1935

Par l’UFAL
Lundi 3 février 2014

Avec ce document historique, on peut constater que les récents délires au sujet d’une prétendue « Théorie du genre  » ne sont pas nouveaux : en 1935, les Associations Familiales Catholiques dénonçaient déjà« les petites filles transformées en garçonnes dès l’âge de treize ans  » àcause de la « promiscuité qui se pratique en classe (sic) et en récréation  », que « cela suffit pour que plus d’une élève soit déjàallée se faire soigner aux Maternités  », et que bientôt on aura « l’enseignement sexuel avec exercices pratiques de pièces anatomiques articulées  », le tout àcause de la « lèpre de la laïcité  ».
Hier comme aujourd’hui, les adversaires de la laïcité ont toujours agité les mêmes chiffons rouges !

Le texte : « La lèpre de la laïcité : La coéducation des sexes et la gémination des écoles : La coéducation des sexes par la gémination des écoles a fait, depuis la guerre, des progrès effrayant. C’est la « lèpre de la laïcité  ». Par milliers se comptent les écoles géminées, c’est-à-dire les couples d’écoles dont l’une réunit grands garçons et grandes filles sous la direction de l’instituteur, l’autre petits garçons et petites filles sous la direction de l ‘institutrice. La coéducation et la gémination sont en effet immorales. Par la promiscuité des filles et des garçons, elle excite leurs sens plut tôt qu’on ne pense, elle enlève aux jeunes filles la réserve et la pudeur et en fait des GARÇONNES dès l’âge de treize ans. Mais n’oublions pas que l’âge de la scolarité va être prolongé jusqu’àquatorze ans, et avec lui la promiscuité ; Que les cours complémentaire se poursuivent jusqu’à16 ans et avec eux la promiscuité ; que la coéducation a été établie dans les collèges et les lycées dans les classes supérieures et avec elle la promiscuité jusqu’àl’âge de dix-sept àdix-huit ans ! La promiscuité se pratique en classe et en récréation, et cela suffit pour que plus d’une élève soient déjàallée se faire soigner aux Maternités. Que sera-ce lorsque, àl’exemple des Soviets, abominables apôtres de la coéducation, la promiscuité des sexes se pratiquera dans l’internat et dans la serre surchauffée des dortoirs, après que dans la journée on aura donné aux filles et garçons réunis l’enseignement sexuel avec des exercices pratiques de pièces anatomiques articulées ! N’y a-t-il pas un plan abominable de déchristianisation par la corruption de l’âme et du corps de la jeunesse ?  »