Subscribe to Secularism is a Womens Issue

Secularism is a Women’s Issue

Accueil > fundamentalism / shrinking secular space > Tunisie : La justice s’acharne sur les jeunes révolutionnaires

Tunisie : La justice s’acharne sur les jeunes révolutionnaires

lundi 23 juin 2014, par siawi3

Source : http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2014/06/16/la-justice-s-acharne-sur-les-jeunes-revolutionnaires-tunisiens_4438923_1466522.html

La justice s’acharne sur les jeunes révolutionnaires tunisiens

LE MONDE | 16.06.2014 à 11h47 • Mis à jour le 17.06.2014 à 07h35 |
Isabelle Mandraud (Thala, Menzel Bouzaiane et Ksibet, Tunisie, envoyée spéciale )

Safouane Bouaziz avait 27 ans quand, le 24 décembre 2010, ce mince jeune homme a lancé le célèbre slogan du soulèvement tunisien « Achaab yourid iskat annidham » (le peuple veut la chute du gouvernement). Il sera confronté aux juges mardi 17 juin, à Sidi Bouzid, berçeau de la révolution. Le même jour, à Kasserine, autre chef-lieu emblématique du « printemps arabe », un verdict devrait être prononcé contre Issam Amri, frère de Mohamed, 18 ans, tué par balle à Thala le 8 janvier 2011. Trois ans et demi après la chute du régime de Zine El-Abidine Ben Ali, plus de 130 procès, impliquant des dizaines de jeunes qui ont participé à la révolution tunisienne, sont en cours.

Alors que la Tunisie vient de mettre en place le 9 juin, l’Instance Vérité et Dignité chargée de recenser et d’indemniser les victimes des régimes Bourguiba et Ben Ali depuis le 1er juillet 1955, les poursuites judiciaires se multiplient contre ces jeunes, accusés de violences et d’incendie contre des postes de police. Sous la pression des familles qui ont mené une grève de la faim, l’Assemblée nationale constituante a voté, le 2 juin, une loi d’amnistie pour la période du 17 décembre 2010, date du début du soulèvement, au 28 février 2011. Or, les affrontements se sont poursuivis bien après. Mises en lumière par l’arrestation le 13 mai du blogueur Azyz Amami – relaxé depuis – et l’un des principaux animateurs de l’appel « Moi aussi j’ai brûlé un poste de po...

Voir le reste de l’article sur le site original